Zombies et vapeur

Avis sur Kabaneri of the Iron Fortress

Avatar FunkyBatou
Critique publiée par le

Le synopsis :
Dans un univers alternatif steam-punk, l'apparition inopinée des "Kabane" (cadavres en japonais) vient chambouler la progression de l'espèce humaine. Afin de se protéger de cette pandémie, les humains vivent désormais reclus dans de grandes forteresses reliées entre elles par des trains à vapeur métallisés.
Dans ce contexte nous suivons un jeune mécanicien, Ikoma, qui, n'écoutant que son courage, n'hésite pas à se dresser face aux peurs de ses congénères et à se battre pour changer le destin de l'humanité..

Sur la forme :
Associant le scénariste Ichirō Ōkouchi (Code Geass) et le réalisateur Tetsurō Araki (Death Note, L'Attaque des Titans), la nouvelle production Wit Studio (L'Attaque des Titans) était conçue sur le papier comme un futur blockbuster.
Force est de constater que sur la forme, difficile de faire des reproches : les animations somptueuses forcent le respect, les combats fluides sont violents et sans concession, même s'ils manquent un peu de spectaculaire (notamment l'affrontement final).

La direction musicale assurée par Hiroyuki Sawano, si elle s'adapte bien à l'univers déployé, semble cependant un peu trop timide et générique pour pouvoir donner une identité sonore forte à la série.

Sur le fond :
Si l'animé partait sur de bonnes bases (les trains pensés à la fois comme unité de combat et des forteresses abritant un microcosme, l'esprit de meute des kabane, les cités fortifiées, la technologie basée sur la vapeur...), celles-ci s'avèrent rapidement être autant de potentiels au final sous-exploités.

  • Les trains : sachant que chaque train possède son propre nom, on aurait pu s'attendre à ce que chacun ait ses propres particularismes, sa propre histoire, son propre mode de fonctionnement. Or, à part l'Iron Forteress (dont on sait au final peu de choses quant à son fonctionnement), aucun élément de comparaison ne nous sera offert puisque nous ne verrons que deux autres trains dans l'animé (oui ca fait peu pour une série où ceux-ci constituent le principal moyen de déplacement et d'exploration), dont un déjà contaminé par les kabane. Vu l'importance théorique de ces machines, il aurait pourtant été intéressant de connaitre le fonctionnement hiérarchique du train (comme dans snowpiercer par exemple).

  • Des cités fortifiées, véritables mini-Etats autarciques, on ne connaîtra ni leur fonctionnement politique interne (si ce n'est quelques règles de conduite pour éviter de faire rentrer des infectés), ni leurs rapports avec les autres cités. La seule qui se distingue des autres est celle du shogun, réputée imprenable (mais on ne sait pas pourquoi). On ne sait d'ailleurs même pas si le reste du monde est également touché par le fléau des kabane.

  • Enfin, rien n'est dit sur les origines de l’épidémie ni sur sa potentielle éradication.

On ne comprend d'ailleurs pas comment le méchant parvient à créer un remède avant tout le monde (le fameux plasma blanc). On peut difficilement croire qu'aucune étude sur les kabane n'ait été menée par le gouvernement, d'autant plus que certains personnages semblent avoir quelques connaissances de l'ennemi.

Il faut croire que 12 épisodes ne suffisaient pas pour pouvoir tout aborder en détail, mais quand même...

Concernant les personnages , ils répondent à des schémas éculés et peu finauds :
* le héros vertueux Ikoma abandonne toute prudence pour ses idéaux grandiloquents et son intelligence est souvent balayée par sa témérité.

Il parvient, sans qu'on sache trop comment il en a eu l'idée, de stopper sa transformation en kabane. Ses nouvelles capacités de kabaneri se réduisent d'ailleurs à une immunitée aux morsures (vu que sa capacité d'apprentissage "accélérée", notamment des techniques de combat, ne sera pas utile dans l'animé).

  • Mumei, la "petite soeur" de Biba, s'avère être tout aussi vide. Sa motivation se résume à voir sa force reconnue par ce dernier et adhère à son credo depuis que Biba l'a pris sous son aile ("les faibles n'ont pas le droit de vivre").

  • Biba, le grand méchant, motive son coup d'état (tuant au passage des millions de personnes) par un simple désire de vengeance contre son père le shogun. Aucune motivation idéologique plus profonde (du style les humains devraient être éradiques car nocifs pour eux-même, etc.) n'est avancée.

Quant aux thèmes abordés dans l’œuvre, ils sont sensiblement les mêmes que dans L'Attaque des Titans (survie de l'humanité, paranoïa et tolérance, transformation du héros en une forme contrôlée de monstre...). Rien de nouveau sous le soleil en somme.

Conclusion :
Cet anime se révèle beau et divertissant mais n'arrive malheureusement pas à se hisser à la hauteur de ses contemporains tant il est creux (ce qui est dommage lorsqu'on voit l'équipe qui a été réunie pour l'occasion). Entre explications bancales et sujets survolés, cet animé nous laisse décidément sur notre faim malgré son potentiel.
L'avantage (qui est aussi son défaut) c'est qu'il ne comporte que 12 épisodes. Vous pouvez donc vous laisser tenter si vous êtes à court de bonnes séries, sans pour autant vous investir dans quelque chose de chronophage.

Si vous voulez un scénario de qualité, avec des enjeux forts et des personnages profonds foncez plutôt sur Code Geass. Si le thème post-apocalyptique ou distopyque vous intéresse, privilégiez L'attaque des Titans, Shinsekai yori ou encore Psycho-Pass.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 620 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de FunkyBatou Kabaneri of the Iron Fortress