👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Critiques de The Beast Claw

Naeloth
8
Naeloth

Monster in love

Dès les premières minutes face à mon écran je me rends à l'évidence : non, Kemonozume n'est pas un anime comme les autres. Déjà, le traitement graphique est loin, mais alors très loin des stéréotypes...

Lire la critique

il y a 10 ans

Chols
9
Colin B

Shakespeare en barre

Ce qui pourrait être ici une simple love story, "roméo et juliette like" est en fait un série furieuse qui déborde en tous sens et abonde en monstruosité pour notre plus grand plaisir. . Le premier...

Lire la critique

il y a 11 ans

Dr_Stein
6
Dr_Stein

Monstre que tu es.

Rythme plutôt bâtard, intérêt fluctuant et personnage assez peu intéressant dans leur psychologie à l'exception d'Ooba. Dommage également qu'une grande partie de l'histoire se centre autour de la...

Lire la critique

il y a 6 ans

Lighthalzen
6
Lighthalzen

1/2 chef d'oeuvre, 1/2 navet

Kemonozume, une de mes plus grosses déceptions japanimées. Ça fait un moment que je l'avais ajouté à ma liste d'animés à voir, et depuis j'avais même vu l'excellent Kaiba, l'intéressant Mind Game,...

Lire la critique

il y a 8 ans

otyugh
6
otyugh

Critique de par otyugh

Y a un super travail sur le style, cey de l'art, mais... Une forme de "osef" dans le scenario. Ce qui pourrait être fun, hein (j'ai rien contre percer le quatrième mur, rien !), mais du coup...

Lire la critique

il y a 2 ans

np237
1
np237

Hors concours.

Pour une fois, ce n'est pas Gonzo mais Mad house (pourtant plus habitué à des choses de qualité) qui nous gratifie d'un gros dégueulis de dinosaure de l'apocalypse. Non, en fait c'est pire. Cet animé...

Lire la critique

il y a 5 ans

Rarender
9
Rarender

On frôle de chef d'oeuvre, de pas si loin

Kemonozume est un anime qui apparaît révolutionnaire au premier abord, légèrement moins au second. Après avoir passé le cap des 2 ou 3 épisodes, ses graphismes très particuliers ne seront plus qu'un...

Lire la critique

il y a 5 ans