L'oiseau s'est-il cassé la gueule ?

Avis sur L'Épervier

Avatar Raphaële Martinat
Critique publiée par le

Le titre est peut-être un peu trop ronflant mais il faut comprendre que c'est ce qui semble arriver à cette magnifique adaptation de la bande dessinée éponyme. L'épervier raconte les aventures du corsaire Yann de Kermeur qui se voit accuser de la mort de son mentor qui avait demandé son aide dans la recherche d'un trésor. Sur son chemin, il va croiser la petite-fille de ce dernier, Agnès, et plusieurs autres personnages qui vont lui être bénéfiques ou non. La série modifie l'histoire et raconte celle d'un métayer des Kermellec qui, après s'être enfui et fait pirate, revient corsaire en France dans l'espoir d'épouser sa belle, Agnès de Kermellec. Mais celle-ci vient de se marier à Hervé de Villeneuve (son cousin ?! ce n'est pas clair si les scénaristes ont gardé ce détail ou pas) et il se retrouve très rapidement accusé du meurtre du père de cette dernière. L'Epervier (car c'est son surnom pour les deux du fond qui ne suivent pas) va devoir ruser pour retrouver sa belle, le trésor et les véritables coupables.
Si l'histoire est simplifiée, du fait du format court de la série et de la bande dessinée inachevée, les personnages sont toujours les mêmes et sont toujours attachants. Malheureusement, -et c'est l'un des nombreux problèmes des mini-séries France Télévision de ce genre- les gentils sont rapidement tellement gentils qu'ils en deviennent plutôt cons (un comble pour un héros corsaire donc à la personnalité ambigüe) et les méchants deviennent trop méchants au point de sombrer eux aussi dans la débilité (bonne nouvelle donc, puisqu'elle permet aux gentils de gagner facilement).
Un autre problème qui rend rapidement cette série fade: le genre ! En effet, cette série se veut aventurière avec un brin de mystère (la légende derrière le trésor, le meilleur ami chaman qui, du fait de sa couleur, fait peur aux français qui voient en lui un démon...)... mais il semblerait que même les scénaristes tombent dans le panneau ! Je m'explique: Cha-Ka, l'ami chaman, réussit par sa simple réputation à faire peur aux soldats et à fuir. (un demi-spoil !) Malheureusement, au bout de quelques épisodes, les scénaristes semblent aussi cons que les soldats qui se sont laissés berner et Cha-Ka devient plus qu'un chaman mais un magicien qui sacrifie son âme pour pouvoir sauver celle de la femme qu'il aime. On aurait apprécié que les scénaristes ne soient pas aussi débiles que ça et ne nous prennent pas pour aussi débiles que ça. Car, ça rajoute une péripétie, de l'eau au moulin et tutti conti mais ça fait perdre le réalisme de la série et le spectateur plus sensible se retrouve mal-à-l'aise avec cette sous-péripétie voire décroche devant la superficialité de l'action...
Car la série se retrouve superficielle: les acteurs se lassent au fur et à mesure et l'intrigue s'essouffle. Elle commet aussi le tort de laisser Yann trop longtemps sur terre et tous ces rebondissements qui l'empêchent d'avancer finissent par nous énerver. On aurait aimé plus de péripéties en mer et dans les Antilles ! Mais le budget n'en a visiblement pas permis ainsi. A la place, Yann meurt une demi-douzaine de fois, avec, à chaque fois, un "on n'a pas retrouvé le corps mais c'est sûr qu'il n'a pas pu en réchapper" (bah, si, c'est le personnage principal !) et donc nous font perdre notre temps... La série tombe aussi très facilement dans une histoire à l'eau de rose avec, ce qui devait être un jeu du chat et de la souris entre les anciens amants (qui avaient, à 18 ans, la bêtise de penser qu'ils pouvaient se marier alors qu'ils vivent dans l'Ancien Régime et ce, malgré leur différence flagrante sociale -pourquoi, au fait, n'ont-ils pas laissé Yann, petit noble breton ? C'était plus crédible), un "je t'aime-moi plus, en fait si-c'est ça je ne te crois plus-ok, je t'parle plus-mais non, reste-euh ! en fait je te croyais !" qui devient rapidement très fatigant.
Pourquoi alors lui ai-je donné une note aussi positive (5) ? Et bien, parce que, malgré l'histoire d'amour parfois mitigé, les personnages qui tombent dans la débilité, les péripéties font rêver et la série réussit quand même le pari de nous faire vivre une aventure transfigurante... Plus, le jeu des acteurs et les dialogues (soigneusement bien prononcés) finissent par donner la magie au show et à faire disparaître tous ces vilains défauts. Si, un soir d'été, cette série repasse, et que vous voulez vous détendre tranquillement, n'hésitez pas !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 521 fois
3 apprécient

Autres actions de Raphaële Martinat L'Épervier