L'appartement de la cinquième rue

Avis sur L'appart du 5e

Avatar Bastien Gaudreault
Critique publiée par le

J'ai envie de tirer sur l'ambulance aujourd'hui. Personne ne connais cette série, à part moi et les gens qui tomberont par hasard sur la page SensCritique. Enfin, commençons depuis le début:

Sans avoir aucune idée comment fonctionne la télé française de mes voisins de l'est, je sais que la télé pour les jeunes québécois suit un archétype redondant. Si redondant que les gens qui créé ces séries savent que c'est de la merde, mais continueront à les produire. Encore et encore, si ce n'est que pour ce faire du fric facile. Une recette assez simple: un comédien populaire auprès des jeunes, des personnages invincibles, littéralement des fonctions sur 2 pattes, de la romance de merde, de blagues qui donnent le goût de s'ouvrir les veines. L'Appart du 5e suit cette archétype.

Dans cette série, Greg, Vicky et Justine ("ils ont pas de nom de famille, ils ont pas besoin de nom de famille", disent les auteurs) vivent dans un appartement, et découvrons très tôt dans l'intrigue une mallette contenant des dossiers et un squelette humain. Ce squelette appartient à un certain Théofil Langevin (il a le droit à un nom de famille lui, j'y reviens), assassiné il y a 50 ans dans ce même appartement. Ce dernier revient en fantôme, et demande l'aide aux 3 protagonistes pour résoudre le mystère de sa mort. Mais ils doivent faire vite, car Gonzague, le maitre-fantôme de Théofil, veut le faire suivre sa destiné de fantôme, obliger de hanter les vivants.

Personnages aux en couleurs mesdames et messieurs! On sort les caractéristiques des personnages du chapeau de paille!! C'est comme ça qu'on fait d'la télé. Greg est le beau garçon un peu idiot, Vicky est la fille rebelle-artiste qui se fout de tous le monde, et Justine est la nerd. Sans jamais vous avoir montré la photo des personnages, seuls leur noms est un bonne indice. Vicky? C'est pas le nom d'une fille qui brise les lois ça? Moi aussi j'peut faire d'la télé si il faut juste prendre 1 minute pour créer des personnages.

Enfin, Théofil, interprété par Yan England. Si vous êtes français, vous connaissez Yan England comme étant nominé aux Oscars 2013 dans la catégorie "meilleur court métrage de fiction" pour son film Henry.

Bref, vous ne connaissez pas Yan England.

Par contre, seul le nom Yan England provoque chez le pré-adulte québécois la rage, la haine, le méprit, et tous ses synonymes. Je n'est rien contre Yan, au contraire, je ne veux pas recevoir des briques aux visages, mais depuis des années, son nom est partout. Il est la coqueluche de cette décennie. Une simple apparition dans la série Trauma, suivi de Une Grenade avec ça? et BOOM! On le voyait animer 3 KARV l'anti-gala consécutif (genre de Kids Choice Award).

Pour vous, ça ne veut rien dire, mais pour un québécois, revoir EEEENCOOOREEE monsieur England sur le petit écran, ça crève le cœur. Sa carrière ce détruit à petit feu, et c'est assez malheureux, puisque c'est un super comédien.

Bref, puisque Yan est populaire auprès des jeunes, la cible de la série, il est évident qu'il prendra le rôle du personnage principal, et le privilège d'un nom de famille à la suite de son prénom. Théofil n’interagit qu'avec les protagonistes car ils ont tous fait un pacte de sang. Ainsi, tous les autres personnages ne peuvent voir les fantômes, bien que certains savent qu'ils existent. Frank Ostiguy, personnage secondaire dont le nom de famille est littéralement un gros mot ("Osti" est un juron bien populaire au Québec) (c'est faire une émission pour enfant et appeler son personnage "Jean-Michel Je-nique-ta-mère-la-pute". Pas top). Frank veut devenir humoriste, et c'est le personnage le moins drôle de la série.

Pour résumer: Personnages peu intéressant, intrigue qui tourne en rond sans jamais faire aucune sens. Les décors sont dégelasse (tous en jaune/vert/brun, sans vie, sans couleur, ça donne le gout de changer de chaîne), la bande son est à chier. Les effets spéciaux sont digne d'un film amateur de 7 ans. Rien n'est bon dans cette série, même si on gratte comme il faut. À brûler au plus vite!!

Aussi, Vicky tombe amoureuse de Théofil, car il est lui aussi incompris et seul dans son monde. Car oui les enfants, la Spectrophilie, c'est bien!

Et dans 2 ans, ça sera la Necrophi...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 704 fois
1 apprécie

Autres actions de Bastien Gaudreault L'appart du 5e