Nostalgie Business

Avis sur La Fête à la maison : 20 ans après

Avatar HassenDallech
Critique publiée par le

Cette série surfe sur la grosse vague de nostalgie propre à toute les époques de décadence culturelle et spirituelle. Cette nostalgie mania vient d'une certaine forme de malaise propre à chaque génération qui, face aux difficultés du monde actuelle, trouve du réconfort en regardant dans le rétroviseur. A cette époque nous étions jeune et innocent. La télévision était beaucoup moins cruelle et sombre qu'aujourd'hui. Et puis le seul soucis était d'éviter les épinards à table.

Ce revival de la célèbre série datant de 1987 ravira le temps d'un premier épisode tous les nostalgiques de la première heure. On y retrouve tout le cast original à l'exception des soeurs jumelles Olsen qui déclinèrent l'invitation. Précision les 3 acteurs principaux de la série originale ne feront que des caméos, c'est-à-dire qu'ils ne sont là que par intermittence. Mais passé cet épisode nous retrouvons une sitcom classique avec tous les codes prémâchés du genre, du sentimentalisme à outrance, des enfants bien trop en avance sur leur âge, des quiproquos éculés ( "comment? vous n'êtes pas le plombier que j'attendais? Oh la honte, je viens juste de vous demander de boucher ma fuite... MOUHAHAHAH) et des histoires venu d'un autre temps.

Je peux cependant comprendre qu'on puisse regarder cela dans l'intention de re-somber en enfance avec des histoires sans prétention, histoire de décompresser de sa journée harassante et pourrie. De plus, pour les hommes, ils peuvent apprécier la plastique siliconée d'une des sœurs. C'st toujours ça, non?

Bref, une série donc pour les fans HARDCORE de la série originale, les autres jetteront un oeil curieux mais s’arrêteront dès le deuxième épisode. On parle actuellement d'âge d'or des séries et il y a tellement de choix qu'on ne va pas perdre son temps avec cette sitcom..

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 635 fois
5 apprécient

Autres actions de HassenDallech La Fête à la maison : 20 ans après