"Pour une fois qu'on fait un truc ambitieux en France!" Ah non...

Avis sur La Révolution

Avatar MrCrepe
Critique publiée par le

C'est en connaissance de cause que j'ai voulu voir cette série française produite par Netflix sur la révolution de 1789. Ou plus exactement, comme annoncé dans la bande-annonce, cette série uchronie fantastique prenant place juste avant la révolution. J'ai donc voulu la voir par pur sadisme, pour me moquer de ce déchet. A mon grand désarroi, c'était encore pire que ce à quoi je m'attendais. Huit épisodes de stupidité, à peine drôles, surtout nuls. Dire qu'ils veulent en faire une saison 2...

Commençons par l'un des points qui a fait le plus débat dans les autres critiques que j'ai pu lire sur ce site ou ailleurs : l'anachronisme et le fantastique. Alors oui, comme tout le monde, j'aurais aimé voir une série sur la révolution française, avec un vrai propos politique et historique. Mais les réalisateurs ont choisi d'en faire une série fantastique, pourquoi pas. Après tout, nous pouvons apprécier les surprises et les choix inattendus.

Quant aux anachronismes en tout genre, j'ai pu lire qu'ils étaient volontaires et que le but n'était pas de faire un documentaire historique. Certes, c'est d'ailleurs répété plusieurs fois et annoncé dès les premières secondes avec une citation de Napoléon sur l'histoire qui ne serait que des mensonges sur lesquels nous nous mettrions d'accord.

Mais c'est bien beau de le faire exprès, mais si ça ne sert à rien, autant s'en priver. Prenons le cas du vaccin. La série nous présente Joseph Guillotin, l'un de nos personnages principaux, comme l'inventeur du terme et du concept, au cours d'un dialogue où il nous présente la chose comme si c'était évident (pour ceux que ça intéresse, le terme vaccin vient de l'anglais, puisqu'un certain Edward Jenner l'a inventé en 1796, cf Wikipédia).

Eh bien, ici, à quoi sert l'introduction de cet élément ? Qu'apporte-t-il à l’histoire ? Remplacer le terme vaccin par "remède" et vous verrez que rien n’y change. Cela ne sert à rien et est totalement ridicule. Certains m'objecteront peut-être que ça sert à nous introduire le personnage, sa personnalité et son génie. Bon alors sa personnalité de gentil médecin qui veut sauver la veuve et l'orphelin, ça valait le coup et son "génie", il est désamorcé dès que la fille du peuple nous explique le concept à l'oral, comme si c'était évident. Et encore une fois, pourquoi ne pas en faire un remède ? Qu'est-ce que ça changerait, à part un tout petit peu de cohérence historique ?

Mais restons encore un peu sur ce problème de l'anachronisme. Dès les premiers plans du premier épisode, alors que nous découvrons une France en ruine, dans une ambiance post-apo légèrement steam-punk, sur fond d'une musique dramatique par ce que c'est trop dark, la caméra s'attarde sur un graffiti au mur du premier étage d'un palais. "Ni roi, ni maitre". Outre le fait qu'ils aient réussi à écrire sans faute un graffiti au premier étage d'un palais - habiles ces révolutionnaires affamés - cet anachronisme pose un problème. Je ne suis déjà pas sûr que les graffitis politiques comme celui-ci, surtout écrits à la peinture, existaient à cette époque. Mais surtout, le slogan fait évidemment référence au slogan anarchiste "ni dieu ni maitre", prenant son origine dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Mais je sais ce qu'on me dira, c'est fait exprès. D'accord, mais alors en quoi est-ce fait exprès ? Qu'est-ce que cela montre ? Cela nous ramène à notre époque, à nos révoltes, ce qui est d'ailleurs l'un des messages très subtils de la série. C'est comme une note d'intention : regardez, on va dire que la révolution c'est bien, on est des anarchistes ! Sauf que pour une série anarchiste, elle rentre bien dans tous les clichés du médium, j'y reviendrai. Mais surtout, le slogan est très mal utilisé. Le slogan anar mettait dans le même mépris l'autorité religieuse et politique. Ils refusent et le dieu, et le maitre. Or, ici, on refuse le maitre… et le maitre ! C'est une répétition ! Ça n'a aucun sens ! Il aurait fallu mettre "ni dieu ni roi", ça aurait déjà été mieux. Mais surtout, pourquoi ne pas reprendre une phrase de l'époque, sur le pain pour le peuple par exemple. Tout est comme ça, des anachronismes gratuits, sans intérêt, inutiles.

En parlant d'inutilité… le fantastique. Par ce que c'est bien gentil de vouloir faire une série fantastique "ambitieuse" en se pavanant dans les interviews par ce que les français sont frileux quand il s'agit d'avoir de l'ambition mais qu'eux ils font un gros truc aussi bien que les américains, mais en l'occurrence, c'est surtout aussi pourri que les américains. C'est simple chaque cliché existant dans les séries ou les films d'actions et de fantastiques grand public venu d'outre-Atlantique est repris. Les zombis-vampires joués par des acteurs au charisme d'un mérou battant mollement le pont d'un bateau de pêche, les personnages stéréotypés, les messages pseudo-féministes, libertaires ou égalitaires, les dialogues pompeux, mais surtout vides (tels que le "Tu te trompes" asséner avec la conviction de ce pauvre mérou lâchant déjà le mince fil de désespoir qui le relie encore à notre monde et qui est répété au moins trois fois par épisode), les rebondissements scénaristiques éculés et des ralentis, partout, toujours, tout le temps, avec une grosse musique pour bien te dire ce que tu dois ressentir et qui n'en finissent pas, comme une phrase qui prendrait 4 lignes…

Il est donc inutile de venir dire qu'on a enfin une série qui fait preuve d'ambition en France puisqu'elle ne le fait. D'autant plus que de l'ambition, dans l'audiovisuel français, il y en a. Je ne suis pas très porté séries même si Kaamelott, en termes de série française d'époque utilisant de nombreux anachronismes, fait déjà beaucoup mieux avec moins de budget. Mais au cinéma, nous avons toujours su faire preuve d'une grande créativité. Nous sommes d'ailleurs l'un des plus gros cinémas au monde, artistiquement et historiquement parlant.

J'ai pu lire également, même chez certains détracteurs de la série, que c'était visuellement réussi. Beaucoup lui reconnaissent une certaine esthétique visuelle ainsi qu'un réalisme dans la représentation des gens et des environnements (exceptés certains effets spéciaux assez criards).
Je suis assez atterré par ces remarques sur ces deux points.

S'il suffit de désaturer l'image, de mettre plein de ralentis et beaucoup de brume pour avoir une "esthétique intéressante", le public à très peu d'exigence. Copier le mauvais goût adolescent de Zack Snyder ou du Pacte des loups n'est pas faire preuve de style et de beauté formelle. D'ailleurs, je ne vois pas comment une beauté formelle pourrait exister indépendamment de tout sens. Un plan, un choix de mise en scène ou de réalisation véhicule toujours un message. Or le seul message que je vois là est "t'as vu comment c'est trop stylé, en plus y a de la brume".
D'ailleurs, cette brume, je ne comprends pas ce qu'elle fout là. A la limite, au niveau de l'arbre des enchainés, c'est grossier, mais pourquoi pas. Mais dans les autres endroits, on ne pouvait pas juste filmer les décors, juste montrer les scènes ?

Et quand au réalisme du peuple, des costumes ou de quoi que ce soit d'autre, laissez-moi rire. Le peuple est montré toujours de la même façon, sale et boueux et surtout très oisif. Sérieusement, qu'est-ce qu'ils foutent allongés par terre dans la rue ? A cette époque, le peuple ce sont majoritairement des paysans qui travaillaient la terre, toute la journée. Là, nous ne voyons que des gens affalés dans la rue ou saouls et rustres dans des tavernes. Les seules personnes du peuples qui existent un tout petit peu dans la série ne sont là que pour nous donner les informations des scénaristes ou nous fournir des scènes de torture. Ou alors, c'est notre Guillotin, issu du peuple, mais qui vit tout de même très confortablement puisqu'il a une bonne éducation, un revenu visiblement suffisant et des outils scientifiques à la pointe de la technologie. Ou encore les rebelles, menés par leur femme forte (mais qui ne prend quasiment aucune décision qui ne lui soit pas dictée par un de nos personnages principaux), qui vivent en marge et qui ne peuvent donc pas représenter le peuple français normal. De toute façon, nous ne voyons pas leur vie.

C'est tout de même surprenant dans une série qui prétend revendiquer la révolution du peuple qui va prendre le pouvoir pour pouvoir exister et être libre de ne pas le montrer du tout, ou de le mépriser. C'est non-seulement pitoyable, mais surtout hypocrite.

Je vais d'ailleurs enfoncer le clou sur les personnages : aucun n'est réussi. Là encore, nous avons droit à tous les clichés :
- Le personnage principal, Joseph, orphelin issu du peuple au passé tragique et qui a perdu son frère. Médecin gentil, il veut sauver tout le monde et pense que les nobles, quand même, ils ne sont pas très cools et que le peuple n’est pas assez considéré. C'est aussi un génie qui permettra d'inventer tous les éléments scientifiques de série.
- Son frère spirituel, le John Snow ressuscité qui possède un pouvoir puissant mais dangereux qui peut le faire tomber dans la folie (olala). Possède également la capacité de prendre des postures héroïques et de séduire n'importe quelle femme.
- La nouvelle servante de Joseph, qui se trouve également être doctorante en médecine et en biologie chimique (quel bol). Mais en fait, elle fait partie de la rébellion. C'est une femme forte (rassurez-vous elle reste un personnage secondaire sans importance, ouf) et au début elle ment à Joseph pour servir la rébellion. Joseph s'en rendra compte, boudera avant qu’ils ne s’avouent leur amour.
- La noble au cœur pur… Je ne vais même pas l'évoquer, celle-là, rien ne va, c'est une catastrophe.
- Sa petite sœur, mais en fait on ne sait pas vraiment, en plus elle est beaucoup plus jeune qu'elle (clin d'œil clin d'œil). Notre personnage handicapé qui a des visions et qui n'est pas pris au sérieux. Insupportable, pleure tout le temps.
- Et puis le méchant vampire-zombifié, fils de l'oncle de la noble (qui comme tout oncle qui se respecte, est méchant et sévère). Comme tous les méchants de la série, le fils vampire est cruel et fou, en atteste sa voix aigüe et ses postures théâtrales et incongrues. Son surjeu, servi par des dialogues d'une débilité rarement atteinte, m'a d'abord fait rire. Puis, au fil de ses apparitions plus nombreuses, il m'a lassé si bien que je n'attends plus qu'une chose : sa mort qui, malheureusement, n'est pas encore arrivée.
- Une infinité d'autre absurdités, que je vous épargnerai.

Les acteurs ne sont de toute façon pas aidés par les dialogues en général, comme je l'ai déjà évoqué plus haut. Ecriture qui vient en plus nous dégouter de son abyssale vacuité dans des voix-off surutilisées et inutiles.

Cette série reprend les pires codes les plus éculés des séries américaines et prétend être révolutionnaire. Il n'y a aucune once d'originalité ou de vision artistique. Le propos est creux, l'image est inintéressante.
En plus, il n'y a même pas de cul.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 688 fois
8 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de MrCrepe La Révolution