👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Saison 1 - Je connais Larry David par Seinfeld mais je n'avais jamais vu sa série perso. On m'a prévenu que la saison 1 était loin d'être la moins bonne, le côté caméra épaule, filmé façon faux doc, ancêtre de The Office, peut surprendre et déstabiliser un temps, mais putain qu'est-ce que c'est drôle, et corrosif, et anticonventionnel. On commence par détester ce grand mec, mais très vite ça change, car ce n'est pas lui qui est immonde, c'est son environnement, c'est le monde tel qu'on l'a construit. Et lui il essaie d'être droit, fidèle à ses convictions, mais dans un monde bancal comme ça ce n'est pas possible et donc tout s'effondre comme un château de cartes et lui avec. C'est vraiment hilarant et en même temps ça fout un peu les boules. Bref, j'ai super envie de continuer.

Saison 3 - Cette saison 3 commence assez mal avec tout ce que je reprochais à la 2. Des gags de plus en plus lourds et des constructions scénaristiques dignes d’un enfant de 4 ans, du genre a + b = c. Mais Dieu merci, la saison s’arrange sur sa seconde partie, et voit son climax au génial épisode 8 : "Krazee-Eyez Killa", non pas parce que Larry David corrige ses défauts, mais parce qu’il les accentue justement, allant jusqu’à la saturation et provoquant ce qu’on attend de lui in fine : de l’absurde pur. Je fais une petite pause, mais très envie d’enchaîner la 4 quand même du coup.

Saison 4 - Je pense que c'est de loin la meilleure saison à ce stade. Déjà parce qu'elle assume totalement le côté n'importe quoi de l'ensemble et que du coup ça part en vrille tout le temps, ça en frôle le surréalisme et la pataphysique, alors que j'ai l'impression que les trois premières hésitaient encore et tournaient parfois en rond. Ensuite parce que la saison forme vraiment un tout, une grande histoire, et que les deux lignes directrices sont géniales : à la fois celle de LD engagé par Mel Brooks pour jouer dans le musical des Producteurs et celle de sa femme qui l'autorise à baiser une autre gonzesse comme cadeau de leurs 10 ans de mariage. Et puis surtout parce que cette saison se termine par un grand épisode d'une heure (une première alors que les épisodes font tous jusqu'à présent maximum 30 minutes) et que cet épisode est génialissime et qu'il montre que Larry David est encore meilleure sur la durée. J'espère que ça se reproduira à l'avenir.

FrankyFockers
8
Écrit par

il y a 5 ans

Larry et son nombril
chtimixeur
9

Pretty, pretty, pretty... Pretty great !

Vous ne connaissez probablement pas Larry David, mais aux Etats-Unis, ce comédien sexagénaire est un dieu vivant. Co-créateur de la série Seinfeld, il a dirigé les 7 premières saisons et a plus que...

Lire la critique

il y a 11 ans

30 j'aime

9

Larry et son nombril
nil
5

Critique de Larry et son nombril par nil

Un ami m'a vendu la série comme étant la suite logique de Seinfeld, dont je suis archi fan. George Costanza est l'un des meilleurs personnages de fiction du monde. Il est calqué sur Larry David...

Lire la critique

il y a 11 ans

8 j'aime

4

Larry et son nombril
Fatpooper
10

Larry, le come back

Ajout : Je viens de terminer la saison 9. Habituellement j'aime regarde une série le plus vite possible. Ces dernières années, j'ai fortement délaissé ce format télévisuel, mais de temps à autres,...

Lire la critique

il y a 11 ans

7 j'aime

7

Forever Changes
FrankyFockers
10

Critique de Forever Changes par FrankyFockers

La carrière de Love n'aura duré que de 1965 à 1970. Un bien court moment, mais qui marquera à jamais l'histoire de la musique rock et qui fera du groupe le plus grand représentant du psychédélisme...

Lire la critique

il y a 10 ans

63 j'aime

10

Body Double
FrankyFockers
10
Body Double

Critique de Body Double par FrankyFockers

Pourquoi ce film est-il si important dans l'histoire du cinéma moderne ? Voici une question qui mérite d'être analysée, comme il convient aussi de s'arrêter quelque peu sur le cas Brian de Palma, le...

Lire la critique

il y a 10 ans

52 j'aime

3

Alina
FrankyFockers
10
Alina

Critique de Alina par FrankyFockers

« Je pourrais comparer ma musique à une lumière blanche dans laquelle sont contenues toutes les couleurs. Seul un prisme peut dissocier ces couleurs et les rendre visibles ; ce prisme pourrait être...

Lire la critique

il y a 10 ans

39 j'aime

3