👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Vieillesse vs Jeunesse : Le combat des valeurs

Inuyashiki est incontestablement un animé de qualité. Que ce soit les thèmes abordés, le scénario, les personnages, la qualité visuelle et auditive, tout est plus que correct. Mais ce qui distingue Inuyashiki, c'est qu'il a une histoire à raconter. Une histoire bien rythmée, où le découpage des épisodes montre le sérieux et la maîtrise du studio Mappa dans la réalisation de cet animé.

Tout d'abord, il faut constater que cet animé joue sur l'émotionnel. Bien entendu, des animés qui jouent dessus, il y en a plein, mais l'émotionnel ici n'est pas utilisé pour nous faire pleurer à des scènes uniquement destinées et fabriquées pour nous faire tirer une larme. Ici, l'émotionnel sert l'intrigue.
Les personnages sont développés et évoluent, mais ce n'est pas le cas pour tous les personnages. Notre vieillard Inuyashiki n'évolue pas tellement au fur des épisodes, et les projecteurs ne se tournent vers lui que durant quelques épisodes, pas durant tout l'animé. Le personnage qui apparaît le plus à l'écran est sans conteste Shishigami, notre jeune antagoniste. Le point de vue du spectateur se mettra à changer progressivement sur ce personnage, passant de l'incompréhension au début, à de la compassion à la fin. En effet, les drames et souffrances du vieillard s'estompent avec l'apparition de ses nouveaux pouvoirs, tandis que la souffrance dans laquelle le jeune Shishigami baignait depuis le début ne cesse jamais de s'empirer depuis l'apparition de ses pouvoirs. L'émotionnel aura pour rôle de faire en sorte que le spectateur s’identifie et ait de la peine pour le vieillard au début de l'animé, avant de mettre ce personnage provisoirement de côté, et de se pencher sur la cas du jeune Shishigami, sur lequel l'émotionnel se tâchera de rendre ce personnage plus approfondie et plus humain pour le spectateur. En somme, le spectateur s'identifie aux deux personnages, à l'un puis à l'autre, puis aux deux en même temps. L'émotionnel sert ici l'intrigue dans le sens où chaque personnage manque d'une chose que l'autre possède, et inversement. Ainsi, le spectateur comprend d'abord les malheurs de la vieillesse et la compassion de voir un homme bien mourir sans avoir la moindre compassion de la part de sa famille, puis le spectateur comprend les souffrances d'une jeunesse perdue dans une société en perte de valeur, et de voir un jeune psychopathe et misanthrope,qui, pourtant, avait un besoin humain de se sentir réellement aimé par quelqu'un. En somme, avoir des rapports humains authentiques à l'heure où les réseaux sociaux nous déconnectent les uns des autres devient une chose de moins en moins accessible, ce qui peut, parfois, générer des monstres. Ainsi, la jeunesse devenue monstre, car victime des réseaux sociaux et des gens souhaitant gratuitement le mal d'autrui, doit être sauvée par la vieillesse, porteuse de valeur. C'est là, précisément, que réside la thématique abordée par Inuyashiki.

Nous l'avons donc compris, Inuyashiki nous fait réfléchir sur la société, ce qui en fait sa valeur en partie.
Cependant, bien que l'animé soit bien réalisé, tout n'est pas parfait. Concernant l'animation et les graphismes, il y a des irrégularités. La 3D est horrible ! Pourtant, le chara-design et les plans en 2D sont sublimes. C'est dommage car les combats perdent parfois de crédibilité du fait qu'ils nous piquent les yeux. De même, bien que j'aie dit que le découpage du manga en épisode était bien pensé, je ne comprends pas l'utilité de l'épisode sur les yakuzas. Épisode inutile pour l'intrigue et largement en dessous des autres en terme de qualité et d'écriture. Cet épisode fait tâche, et le supprimer n'aurait rien changer à l'intrigue. C'est dommage, car le dernier épisode aurait pu être découpé en deux, afin de rendre la fin moins brusque. Malgré cela, la fin reste tout de même grandiose, elle donne sens à toute l'intrigue. En ce sens, en dépit des défauts cités précédemment, le caractère accompli du scénario (dont le mérite revient surtout au mangaka) suffit à minorer les défauts de réalisation du studio.

En résumé, très bonne série et très bonne expérience. Si vous aimez les animés sombres, gores, émouvants, avec des combats, de la psychologie, des psychopathes et quelques réflexions sur la société, alors Inuyashiki peut vous satisfaire. Pour ma part, cet animé reste original et intelligent, deux qualités infiniment précieuses aujourd'hui.

Henzo
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Top 10 Séries

il y a 4 ans

1 j'aime

Last Hero Inuyashiki
Minh-Tuan
9

Bang !

Cette saison d'automne a vu de très bonnes sorties comme Les enfants de la baleine ou encore Maho tsukai no yome, et Inuyashiki n'y fait pas exception. Seulement 11 épisodes, mais un concentré...

Lire la critique

il y a 4 ans

5 j'aime

2

Last Hero Inuyashiki
chocolat9
7

Anime choc

J'ai tenté cet anime après avoir lut les sept premiers tomes du manga. Je me souviens que ceux-ci m'avaient marqué de par leurs extrêmes violence et cet capacité à te faire pleurer de joie juste...

Lire la critique

il y a 4 ans

5 j'aime

2

Last Hero Inuyashiki
Eru
8

Quelle déception !

Pendant ces quelques dernières semaines, j'attendais chaque vendredi soir mon épisode d'Inuyashiki et le visionnais religieusement, choqué, surpris ému à chaque fois. L'anime est franchement...

Lire la critique

il y a 4 ans

5 j'aime

9

Texhnolyze
Henzo
9
Texhnolyze

Lorsque le ciel représente l'enfer, le paradis se trouve sous-terre

Je me retrouve bien malin face à un anime aussi complexe, et faut dire que sa complexité est à l'image de son univers, riche, mystérieux, fou. Je l'ai visionné deux fois, et les thématiques qui y...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

Zack Snyder's Justice League
Henzo
3

Attention : ce film est un teaser du prochain film, qui lui-même sera un teaser du prochain

Franchement, 4 heures pour raconter une histoire qui tient sur 10 lignes... Autant j'apprécie énormément un certain nombre de réalisations de Zack Snyder (dont 300 pour la gloire et son adaptation...

Lire la critique

il y a 1 an

6 j'aime

A Lull in the Sea
Henzo
10

La perle qui provient du fond de l'océan

Alors, je m'apprête à vous faire découvrir un anime qui lorsque vous verrez ma note, vous comprendrez à quel point il a été pour moi un coup de cœur. Nagi no asukara, tel est son nom, n'ayant aucune...

Lire la critique

il y a 8 ans

6 j'aime

8