Mieux que la BD

Avis sur Lastman

Avatar R-bert
Critique publiée par le

Enfin...ça n'engage que moi.
Je sais que l'oeuvre originelle a ses fans, et que les médias sont différent, mais il y a quand même un gros point qui me fait penser que la série est bien meilleur.

La BD n'est pas mauvaise en soi, les gars qui sont à la barre n'étant pas des novices. Néanmoins il y a un choix qui m'a toujours surpris par son ambition ou sa bêtise, c'est le fait de vouloir développer en même temps deux univers parallèles totalement différent du notre.
Alors déjà vouloir développer un univers de A à Z et de le rendre crédible c'est pas simple, mais deux...et au final ça se ressent, la cohérence n'étant pas de mise (genre les cyborgs dans le tome 3, après y passent où?), on a beau être fort en dessin on ne s'improvise pas sociologue...
Au final j'ai surtout l'impression de voir une bande de pote essayant de placer un maximum d'hommage au Club Do' dans leur oeuvre, quitte à faire n'importe quoi.

Mais revenons à la série. Elle se situe et se déroule uniquement à Paxton, la ville de Richard Aldana. 26 épisodes, OKLM, pour développer les lieux, les institutions et les personnalités de la ville. Et c'est là où ça fait plaisir, parfois j'en viendrait presque à penser que la BD est un dérivé de la série tant certains persos y sont mieux développés, je pense notamment à Milo ou Tomie Katana. J'irai même jusqu'à dire que l'anime est indispensable pour lire la BD (un comble sachant que la parution à commencer en 2013), tant l'intrigue de cette dernière manque parfois de clarté, les auteurs insérant 75 nouvelles intrigues par tome.
Tiens d'ailleurs en parlant d'intrigue, parlons de celle de la série, celle-ci mélange tournoi d'art martiaux et monster of the week. Ah! et puis beaucoup de cul aussi, c'est secondaire, mais notable quand même, on sent que les auteurs on voulu allez au bout de leur trip, et pousser au maximum les limites de ce qui était montrable, soit, je ne leur jetterai pas la pierre. Bon donc l'intrigue, honnêtement, c'est pas ouf', mais ça fait le taf'. Et c'est justement ça l'important, que ça fasse le taf'. Elle reste finalement en second plan face au talent de réalisation de Jérémie Périn. Véritable prodige de l'animation (allez voir "Dye Fantasy" sur youtube, vraiment), qui malgré un budget serré, voir insuffisant, nous sort 26 épisodes avec une patate et une rage d'enfer, la Gainax pourrait prendre des notes...c'est dire. N'utilisant aucune 3D, et beaucoup d'aplat et de plans fixes avec des animations minimalistes, les scènes ne perdent pourtant jamais en dynamisme grâce à 1001 et une petite astuces (on parle quand même d'un tournoi d'art martiaux), c'est simple on ne s'ennuie pas une seule seconde. On est très loin des animes japonais, où les gars on beau se déplacer à la vitesse du vent, ils récitent quand même les fables de la fontaine pendant leurs saltos arrières. Les auteurs n'ont d'ailleurs pas essayé de rajouter artificiellement du dynamisme avec de la musique omniprésente. Au contraire même; bien que la série ait de très bonnes pistes, la musique sera la majeur partie du temps réservé aux temps fort, et laissant place le reste du temps à un travail d'orfèvre sur l'ambiance sonore et le doublage, ce qui est tout à leur honneur.

Lastman, la série, encore une preuve que quand on lui laisse sa chance (ce qui reste rare), la France a du talent. Et c'est hélas bien le problème, car on ne risque pas de revoir ça de si tôt. Donc le mot de la fin, ça sera: profitez bien!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 393 fois
2 apprécient

Autres actions de R-bert Lastman