👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Depuis le temps que j'en entendais les louanges, me voilà au terme de la première saison. Bilan globalement positif, avec quand même de gros bémols. Je m'explique : voilà une production française ambitieuse, bien menée, bien jouée, bien écrite, bien ancrée dans le réel, bien vraisemblable, bien photographiée, bien notée par la critique, bref, bien en tous points, dirait-on. On aurait mauvaise grâce à se plaindre. Donc plaignons-nous un peu... De ce dernier épisode fourre-tout et expéditif, pour commencer. Mais surtout d'un point de vue plus général, de l'effet de loupe des séries les plus populaires sur les travers les plus tordus de notre société. A la fois, c'est une forme de dénonciation plutôt efficace, mais j'ai bien peur qu'elle ne soit contre-productive. Là où James Bond restait volontairement dans le domaine de la caricature plaisante (et je ne dis pas que ça ne peut pas faire un mal idéologique certain...), ces séries réalistes présentent les paranos et les manipulateurs comme le top de l'intelligence humaine, et leur triomphe à la fin (oups, spoiler) lorgne méchamment du côté de l'apologie de la perversité dans les rapports diplomatiques. Sans se draper dans un angélisme bêlant, quand même, je tique. Les services secrets sont probablement un mal nécessaire, puisque tous les pays en sont dotés, mais ça rappelle quand même la logique délétère de l'escalade nucléaire. Nous voilà donc à financer avec l'argent de l'éducation et des hôpitaux des névrosés professionnels surentrainés à la paranoïa et au mensonge. Qu'ils pensent mettre ces compétences pathétiques au service du Bien (de la Fraaance!, et là, bon, ça se discute aussi...) me rend plus inquiète que confiante. Alors, bien sûr, la série ne vante pas vraiment les vacheries que ces demi-dieux bureaucratisés à l'extrême pour plus de sûreté commettent à l'encontre de civils naïfs ou de ressortissants étrangers abusés, mais il me semble quand même que le message sous-jacent, c'est que le jeu en vaut la chandelle et qu'on ne fait pas d'omelettes sans casser d’œufs. Moi, je trouve ça grave. Et surtout, ce Grand Jeu dont il se rincent la bouche avec gourmandise est un jeu de dupes, et personne n'en sort gagnant. Ce biais de compétition entre les pays et les gens est le plus grand leurre de l'expérience humaine et ne produit que des perdants, ou des victimes, ou des criminels. Et ça, ça ne va pas du tout et ça ne peut pas tenir lieu de réussite. Pas même télévisuelle.

il y a 4 ans

Le Bureau des Légendes
SanFelice
7

Les Patriotes

Eric Rochant, c'est quand même le mec qui nous avait pondu le meilleur film d'espionnage français (le seul bon film d'espionnage français ? Le seul où on n'imite pas bêtement les classiques...

Lire la critique

il y a 6 ans

33 j'aime

1

Le Bureau des Légendes
CineFun
8

Le Bureau des Légendes

Bienvenue au cœur de la DGSE dans les bureaux parisiens des services secrets français là où chacun reste à sa place enfin presque, c'est pas bordel et compagnie comme Homeland qui a son charme...

Lire la critique

il y a 2 ans

30 j'aime

4

Le Bureau des Légendes
jaklin
8

Aspects cachés de la troisième guerre mondiale au 21 ème siècle

Les séries en tant que genre m’ont toujours inspiré de la méfiance : schéma narratif très codé, scénario artificiel pour garder le spectateur, choisi parmi une population souvent jeune et peu...

Lire la critique

il y a 10 mois

28 j'aime

55

Watchmen
ChristineDeschamps
5
Watchmen

Critique de Watchmen par Christine Deschamps

Il va vraiment falloir que je relise le somptueux roman graphique anglais pour aller exhumer à la pince à épiler les références étalées dans ce gloubiboulga pas toujours très digeste, qui recèle...

Lire la critique

il y a 2 ans

20 j'aime

3

Chernobyl
ChristineDeschamps
9
Chernobyl

Critique de Chernobyl par Christine Deschamps

Je ne peux guère prétendre y entendre quoi que ce soit à la fission nucléaire et, comme pas mal de gens, je présume, je suis bien contente d'avoir de l'électricité en quantité tout en étant...

Lire la critique

il y a 2 ans

11 j'aime

3

La Vérité sur l'affaire Harry Québert
ChristineDeschamps
2

Critique de La Vérité sur l'affaire Harry Québert par Christine Deschamps

Un livre que j'avais vraiment dévoré adapté en minisérie par le maître Jean-Jacques Annaud. Il y avait de quoi être impatiente, même sans avoir vu le moindre teaser indécent de TF1, chaîne dont je...

Lire la critique

il y a 3 ans

8 j'aime

3