Amène moi mon flingue mon bulletproof, viens débarasser

Avis sur Le Jour où tout a basculé

Avatar larmesdeplomb  
Critique publiée par le

De nos jours, les gens ont complètement été lessivé par le nouvel Hollywood, machinerie Américano-sioniste et grande arme du soft power des Etats-Unis d'Amérique. De par cette propagande menée par des hauts dirigeants tirant les ficelles a découlé une mentalité abjecte : le public veut toujours plus. Le cinéma indépendant ne l'intéresse pas, ce qu'il veut, c'est voir Di Caprio fourrer une meuf dans un bateau avec des FX qui pourraient racheter un arrondissement entier de Paris. Ce qu'il veut, c'est voir Iron Man qui fume d'autres robots en faisant des blagues sur les meufs, l'alcool et les armes.

Dans une volonté très indépendantiste qui ravit surement tous mes amis corses, Le Jour où tout a basculé offre une nouvelle vision, entre le nanard et le film politique, une sorte de production 2.0 où flirtent discrètement divertissement et dénociation (allitération en D).

"J'me lève à 15h, me couche à 6h du mat' et veut du Moët, c'est la patate ouais"

Il est à mon sens important de parler de l'horaire et du lieu de diffusion de ce programme.
Ce programme est tout d'abord diffusé sur France 2, à un horaire que l'on peut qualifier d'horaires de chômeur ou de retraité, c'est à dire de 16h a 17h, puis sur Chérie 25 de façon quotidienne. Il est en effet amusant de voir que, même au niveau de son horaire de diffusion et de l'endroit de diffusion, le grand-écart artistique (et aussi politique) est grand et maitrisé. Transmis en effet à un horaire où se côtoient les téléfilms sur Noël et les rediffusion de reportage animalier, on ne peut pas dire que LJOTAB soit correctement médiatisé, en faisant un objet télévisuel confidentiel et côtoyant étroitement les nanards des autres chaines du PAF. Mais, en parallèle, cette émission est protégée (au début de sa diffusion) par France 2. Amusant de voir, donc, que c'est au sein d'une représentation étatique que l'émission combattant fièrement le monstre hollywoodien vit.

"Fuck ton vécu ficelé comme un Scorsese"

LJOTAB propose un divertissement simple et efficace.
Les acteurs sont de simples intermittents du spectacle, les décors sont cheaps, l'interprétation est bancale et la musique est totalement libre de droit et / ou impayées.
C'est dans cet esprit proche du DiY que s'exprime pleinement l’âme de l'émission : elle propose de raconter le vécu, le vrai, de gens de la vie réelle (2.0). Pas de fioritures, pas de salaires extravagants à donner a des acteurs pour jouer un SDF ou un esclave, non, ici, il n'y a que du vréel, que du trill, que du hood.
En passant du kidnapping de la fille de Gérard Majax a de sombres histoires de meurtres, d'abus de personnes, de haine, nous vivons simplement ce que vit le monde. Et ça, c'est beau.

Dans un milieu toujours plus cloisonné, toujours moins inventif et avant-gardiste, il est toujours agréable de retrouver sa dose pendant une dure journée de travail en bas des blocs.
Nique Hollywood et ses lobbys, et vive LJOTAB.

"Acteurs gangsters sont trop tils-gen. Est-ce le game ou la gay pride ?"

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 964 fois
5 apprécient · 5 n'apprécient pas

Autres actions de larmesdeplomb   Le Jour où tout a basculé