Une fin grotesque

Avis sur Les 100

Avatar Denis Labbe
Critique publiée par le

The 100 – saison 7 (fin)

Après la catastrophe de la saison 6 qui réutilisait des motifs recyclés des saisons précédentes, jusqu’aux dialogues, je m’inquiétais pour cette septième saison qui annonçait la fin de la série. Le moins que l’on puisse dire, c’est que je suis pour le moins partagé. Loin de l’apocalypse annoncé par certains, cette ultime saison voit un rééquilibrage de la part des scénaristes qui ont essayé de rétablir une cohérence après le naufrage des derniers épisodes de l’année précédente. Si la narration reprend exactement là où elle s’était arrêtée, elle tente néanmoins d’apporter de nouveaux éléments.
Ainsi, les différents clans de Sanctum tentent de vivre dans une entente cordiale, tandis que les personnages principaux reviennent avec leurs blessures, anciennes et nouvelles, leur attentes et leurs angoisses. Certains acteurs ont pris cher entre deux saisons, si bien qu’on a l’impression que dix ans se sont écoulés depuis, mais ce n’est pas cela le plus important. Ce que l’amateur de séries attendait, c’était de retrouver une cohérence scénaristique sans redites. Pour cela, nous ne sommes pas trompés. Tout en s’attachant à la mythologie mise en place depuis la première saison, quelques nouveaux éléments apparaissent, même si cela n’est pas toujours sensible. On comprend surtout que les scénaristes ont essayé de retomber sur leurs pieds et d’apporter des explications à toutes les zones d’ombre.
De ce côté-là, c’est plutôt réussi. De nombreuses interrogations trouvent leur réponse et les épisodes sont bien mieux menés que dans les deux saisons précédentes. En revanche, les scénaristes n’ont pas pu s’empêcher de renouer avec leurs massacres, leurs sacrifices, leurs incohérences et leurs exagérations. Ce n’est pas aussi déplorable que la dernière saison de Game Of Thrones, mais c’est assez lamentable. Plusieurs péripéties sont risibles, comme les vraies fausses morts (ou le contraire) de certains personnages importants, les changements de caractère de personnages principaux, l’effacement d’autres, l’apparition de nouveaux personnages peu cohérents grâce à des manipulations temporelles voire des allers-retours sur différentes planètes qui deviennent pénibles.
La construction des épisodes à l’aide d’analepses et de prolepses est plutôt bien sentie, mais les deux ultimes épisodes renvoient au même naufrage que ceux de la saison précédente, en pire. Ce mélange de thèmes new age, religieux, moralisateurs et pseudo-philosophiques est tellement pitoyable que ça en devient risible. Pour mieux nous faire accepter ces délires sur l’existence d’une race supérieure et d’une ascension, la production a même rappelé d’anciens acteurs qui avaient disparu, dont une depuis bien longtemps. Mais ça ne marche pas. Ce dénouement en cascade est tellement long, tellement grotesque, avec une dernière scène à se tordre par terre, qu’il gâche tout ce qui a été mis en place depuis le premier épisode. Le pire c’est la phrase « ils ne pourront pas se reproduire »… Je pense qu’il faudrait faire de même avec ces scénaristes, comme ceux de Game Of Thrones, d’ailleurs, qui sont du même niveau.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 392 fois
3 apprécient

Autres actions de Denis Labbe Les 100