Saint Carnage: Knights of the Pire Adaptation Ever

Avis sur Les Chevaliers du Zodiaque

Avatar MrJ
Critique publiée par le

Yep carrément je pense qu'on peut le dire, jamais je n'avais vu un tel carnage, oui même Dragon Ball Evolution a plus de sympathie à mes yeux, fin bref c'est l'heure de tirer sur l'ambulance à coup de lance-roquette et expliquer pourquoi le résultat est aussi mauvais et révoltant.

Tout d'abord pour me situer vite fait je suis un fan de la "2ème heure", grosso merdo j'ai découvert Saint Seiya au début des années 2000 lors des rediffusions sur AB1 (pour l'anecdote la chaîne venait de finir de diffuser l'intégrale de DBZ et la remplaçait du coup par Saint Seiya) le coup de foudre n'a pas été immédiat mais au fil du temps j'ai accroché et j'étais assez fier quand j'avais afin la collection complète en 28 tomes en 2007. Vous l'aurez compris Saint Seiya est une Madeleine de Proust et il va de soi que je vais être exigeant avec tout ce qui est rattaché à cet univers.

Je ne vais pas m'étaler sur mes réactions lors des annonces, des trailers etc et je vais direct passer à la série, je vais m'attarder sur le premier épisode car c'est un exercice assez remarquable de médiocrité absolue, on découvre Seiya et sa sœur Seika dans leur chambre et première chose qui fait grincer, Seika maîtrise le cosmos, dès lors des militaires débarquent et tentent d'enlever nos amis qui sont sauvé par... Aiolia Chevalier du Lion ! Ce dernier met en déroute les militaires et déjà on a un bel exemple d'animation foireuse où notre ami utilise son plasma foudroyant sur un hélicoptère qui a pour effet de le mettre en panne, oui oui, pas le détruire, le mettre en panne, le chevalier part alors avec Seika blessée laissant seul Seiya dans sa chambre car oui vous l'aurez deviné, même si ce n'est pas clairement dis dans la série, Seika va devenir Marine, bon le showrunner n'a sans doute pas lu plus de 10 tomes du manga, bref ellipse, Seiya tente de sauver un gars agressé par des délinquants mais va se faire à son tour tabasser par les mecs qui en profitent pour filmer afin de poster ça sur les réseaux (trop en 2019 le modernisme tya compris le sang) mais plot-twist, Seiya éveille son cosmos et met en déroute ses adversaires qui en profitent pour faire passer Seiya pour un méchant (le pouvoir des images tavu), ce dernier est alors enlevé par Mitsumasa Kido qui va alors lui raconter toute son histoire, du coup on apprend que lorsqu'il a découvert Aiolos agonisant avec Athena dans ses bras il n'était pas seul, son associé du nom de Vander Graad (agrou agrou le grand méchant avec une grosse cicatrice au visage) était avec lui, très vite se dernier a décidé de fonder sa propre armée dans l'unique but d'attaquer le sanctuaire et ainsi faire la guerre aux dieux, on apprend aussi du coup qu'il a tenté d'attaquer Seiya et Seika enfant car ils avaient le cosmos en eux, oui, le showrunner croit que la Force et le cosmos sont la même chose. Dans les dernières minutes nos amis sont attaqué par le fameux Vander Graad mais parviennent à s'échapper, Seiya parvenant même à lancer les météores de Pegase qui dans la série deviennent de vrais boules d'énergies (alors que de base c'est juste une illusion d'optique causé par la rapidité des coups de poings) mais bon je pense qu'on a compris que le showrunner a torché le manga en 2min.

Du coup notre ami Seiya fini sur une île et est formé par Marine, affronte des années plus tard Cassios dans un combat bien mou, on retrouve d'ailleurs comme dans le dernier film d'animation les armures stockées dans des médaillons, on a aussi le fameux combat entre Seiya et Shina et nouveau changement puisque cette dernière ne porte pas de masque, en fait dans le série les femmes chevaliers n'ont pas de masque (hormis Marine qui cache son visage), ce qui dans le cas de Shina sonne un peu comme du foutage de gueule.

Par le suite notre héros part dans le désert du Mexique (on sait que c'est le Mexique car il porte un sombrero) pour le fameux tournoi galactique qui a lieu sous le désert dans un vieil entrepôt désaffecté et c'est parti pour un festival, les combats sont incroyablement mauvais, plats, aucune dimension épique, la série tente même de vaguement respecter le manga en introduisant Hyoga comme un antagoniste sauf que si dans l'oeuvre d'origine il était perplexe sur le but de sa mission et restait en retrait ici il arrive direct en mode grand méchant pour changer d'avis au bout de 5min parce qu'il a parlé avec Saori, d'ailleurs on nous explique que le sanctuaire veut la mort de Saori car la prophétie annonce qu'Athena va perdre les prochaines guerres (j'ai plus les mots)

Ensuite avant de passer au moment culte du tournoi, l'affrontement entre Seiya et Shiryu, notre héros sors 5min sans son médaillons et attention gros problème car la bouche d'égout qui sert d'entrée dans le désert possède une intelligence artificielle et refuse de laisser revenir Seiya car il n'a pas de médaillon... on alors droit à un passage de 2min totalement surréaliste et censément humoristique entre Seiya et cette fameuse plaque qui ne veut rien entendre, c'est vraiment le néant et finalement le combat fait-il passer la pilule ? Vous l'aurez deviné, non. Alors ça suit relativement le manga mais c'est toujours horriblement plat et surtout le combat fait abstraction d'une de ses scènes cultes, celle où Seiya comprend que pour vaincre le poing inarrêtable et le bouclier indestructible il faut forcer les deux à se toucher, ce passage n'était pas juste épique et violent, il faisait porter la tension à son paroxysme avec Shiryu retirant son armure désormais inutile et Seiya qui retirait la sienne car il refusait d'affronter un adversaire désavantagé bref non ça se finit juste comme dans le manga avec le coup du poing faible au niveau du cœur.

Le combat contre Jabu et Shun est anecdotique (je ne vais pas m'étaler sur Shun qui devient une femme parce que sinon on en a pas fini) et on passe enfin à la grande bataille contre l'armée de Vander Graad, et le pire c'est que le chevaliers de bronze ne sont pas confiant ! A un moment donné il faut arrêter le foutage de gueule car en terme d'échelle de puissance à aucun moment les militaires n'ont la moindre chance, et encore une fois c'est d'une pauvreté absolue, à aucun moment il n'y a une volonté d'epicness et malheureusement le pire arrive car désormais Ikki, qui entre en scène n'est plus que le bras droit de Vander Graad et les chevaliers noirs eux sont des chevaliers "artificiels" équipé par Graad, on y retrouve même Cassios, l'ultime bataille entre Ikki et les autres chevaliers ne relève pas le niveau même si le passé d'Ikki sur l'île de la reine morte est fidèle au manga, le passage où Seiya triomphe grâce au bouclier de Shiryu, aux chaînes de Shun et à la poussière de diamants de Hyoga passe pour un vulgaire power-up de l'amitié alors qu'à la base c'est une représentation du lien fraternelle qui les unis, ce qui dans le manga donnait un mise en perspectives des motivations d'Ikki qui n'était plus de l'ordre du vilain méchant. Tout se fini sur l'effondrement de la montagne causé par Misty accompagné de Marine. Fin bref fin de saison, juste 6 épisodes et pourtant un carnage incroyable.

Un carnage qui s'explique très facilement, Eugene Son le showrunner est un habitué des séries animés américaines pour enfants, toute la série transpire la volonté d'américaniser la manga en y incorporant un style d'écriture très codifié ce qui de se fait amène la série à se vider de toute la substance de l'oeuvre d'origine pour en faire un produit aseptisé, Saint Seiya n'est pas le meilleur manga du monde mais c'est une oeuvre riche et sincère, l'écriture des personnages les rendait nobles et attachants avec pour tous de réelles motivations, ici ça devient laborieux et artificiel, la dimension tragique et violente de l'oeuvre disparaît pour être fade et sans intérêt, tout le lore de Saint Seiya est balayé sans le moindre scrupule, offrant un rendu nauséabond qui trahi totalement l'esprit de l'oeuvre originelle tout en créant des incohérences pour la suite (quoique vu le désastre il n'y aura sans doute pas de saison 2) car malgré ses défauts Masami Kurumada avait un ligne directrice et ses intrigues suivaient un fil subtilement établit, Eugene Son a pondu sa merde sans la moindre rigueur, d'ailleurs j'espère sincèrement que sa culture autour de Saint Seiya se résume a avoir survolé une page wikipédia parce que si cet homme a vraiment lu manga c'est quand même très grave pour un scénariste de métier de ne pas être capable de comprendre le fonctionnement de l'univers d'une oeuvre et d'en saisir ce qui fait sa richesse.

Certains diront "oui mé cé pour 1 otre publik" mais non, à un moment donné il faut cesser de prendre les gens pour des demeurés ou les enfants pour des abrutis, ici il est question du sacrifice d'une oeuvre pour en faire un produit commercial bas de gamme, c'est au contraire très grave et fait l’apologie du nivellement par le bas et de l'ethnocentrisme.

Bref je parle de notre ami Eugene mais mentionnons l'animation qui elle, il faut le savoir est 100% japonaise et faite par la Toei, le pire dans les consultants on retrouve Kozo Morishita, un pilier de la série originelle et qui avait aussi œuvré sur DBZ, sincèrement j'ai limite le sentiment que les japonais n'en avaient rien à branler de la série et ont volontairement décidé de ne pas se tracasser, on peut dire pareil de la bande son médiocre (on parle de Saint Seiya merde), d'ailleurs je doute que les fans prennent spécialement leur pied en entendant la version américaine de Pegasus Fantasy.

Des adaptations médiocres j'en ai vu, mais ça c'est clairement la pire, il n'y a vraiment, vraiment rien à sauver.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1375 fois
25 apprécient

Autres actions de MrJ Les Chevaliers du Zodiaque