TéléNovelas

Avis sur Les Demoiselles du téléphone

Avatar mendezouille
Critique publiée par le

Le ton est donné dés les premières secondes de la série, les femmes ont vent de liberté et c'est en cette période des années folles 20/30 que l'on suit 5 jeunes femmes, belles et rebelles. Voilà le spitch.

Pour moi la bande son très moderne n'a pas du tout été un problème, j'ai même adoré ce parti-pris, les décors sont très beaux et les costumes sont vraiment réussis.

Là ou ça se corse, finalement c'est tout le scenario et l'intrigue des personnages qui sont gnan-gnan à souhait.

Évidemment chaque jeune femme est un peu trop cliché, Marga un peu godiche parce qu'elle vient de la campagne, Angeles la femme battue qui, on le sait, va en baver sévère avant de se débarrasser de son mari, Carlotta, la fille-de, Sara la suffragette, et Lydia le personnage principal qui au fil des épisodes, acquiert le QI d'un bulot cuit.

Pire que tout; ce triangle amoureux qui s'installe très rapidement et qui nous ramène aux heures les plus sombres des télénovelas.

Le dit triangle amoureux se constitue évidemment d'un fils à papa riche, et complétement teu-bé, l'amour de jeunesse transit d'amour pour sa belle( bien que marié) et la belle Lydia au passé trouble.

On a des je t'aime-moi non plus à TOUS les épisodes, deux demandes en mariage au bout de deux mois de relation, etc

Au début et à la fin de chaque épisode on a le droit à une voix Off qui enfonce des portes ouvertes comme jamais à base de ; le bien c'est bien, le mal c'est le mal, j'ai appris il y a longtemps qu'il vaut mieux garder certains secrets....

En ce qui concerne le scénario de la première saison il tenait debout, pour la seconde saison franchement aucun personnage ne prend une décision logique, ce que je veux dire c'est chaque personnage a le choix entre un choix A, simple avec une conséquence vertueuse pour cette personne et un choix B, illogique et dont il sait que sa conséquence sera foireuse. A chaque fois le personnage choisira B. Alors je veux bien qu'il faille des péripéties car c'est une série mais à un moment où nous prend pour des jambons.

Au bout de 13 épisodes, j'abandonne, j'ai l'impression de regarder desperate housewives en vintage espagnol.

Je me sens trompée, c'est pas parce qu'on évoque du bout du bout des lèvres à un moment les suffragettes, l'identité sexuel, le féminisme que la série est féministe et pourtant c'est ce qu'on nous vend dans la BA. REMBOURSEZ

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2323 fois
8 apprécient

Autres actions de mendezouille Les Demoiselles du téléphone