Des personnages hauts en couleurs, captivants, mais des petits manques de liens crédibles

Avis sur Les Sauvages

Avatar Smilaf
Critique publiée par le

En quelques minutes, on s'approprie le contexte

et ses 2 familles (l'une présidentielle ; et l'autre, normale), dont chacun des membres a une spécificité marquante, presque symbolique : un futur/nouveau président, une chef d’orchestre, une directrice de campagne, un homosexuel, un homme condamné pour incitation à la haine, un prodige du piano, une ado qui prend secrètement position contre ses origines .

Tout bascule quand Krim, le jeune passionné de piano un peu mutique, tire un coup de feu sur Idder Chaouch, le premier président français d'origine algérienne.

Pas d'autre indice que son regard vide (personnage super bien interprété par son acteur malgré presque aucune parole) ; on se demande comment il a pu en arriver à cet acte (quelles volonté, faits, rencontres, personnes l'ont déclenché).

--> Moment-clé de l'intrigue, pas clair

Cet acte a été organisé par un courant xénophobe, visant les Arabes, qui a influencé le tireur, en convaincant surtout deux autres membres de sa famille… Selon moi, il était présenté de manière pas très crédible. Ici, tel qu'on en prend connaissance dans les scènes, et impliquant ces personnages-là (surtout Louna et Krim, tels qu’ils sont construits dans la série), ce n'est pas clair. Je suis restée sceptique en voyant cette séquence, car une œuvre fictive a la possibilité de nous faire croire à des histoires qui ne sont pas telles quelles dans la réalité, mais là je n’y ai pas cru. J'aimerais lire le livre pour en savoir plus.

En tout cas, là, c’est un moment où on se dit « c’est gros quand même ». Comme la séquence du stade, où tout le monde chante la Marseillaise lors d’un match PSG-Saint-Etienne, pour soutenir le président.
Ou comme les scènes avec l'enquêtrice, rejetée par ses collègues, qui lâche pas la grappe ; qui tire une tête pas possible, l’œil cerné, tellement elle cherche la résolution du problème. Mais ça fait trop, ça fonctionne pas.

Pour moi, une série agréable à suivre, intéressante et captivante

J’ai trouvé que les personnages de Fouad, sa vive tante Rabia, sa cousine Louna, la très classe Jasmine, l'énigmatique Nazir habitaient vraiment leurs acteurs. Leur bonheur des jours festifs et leurs tourments des jours sombres transperçaient l'écran de vérité. Beaucoup vantent Roschdy Zem, il m’a moins touchée. Le président idolâtré dont le moindre mot fait mouche… Sorti du contexte, ce n’est pas facile d’y faire croire, même avec toute la classe de Roschdy Zem.

Je trouve que l'étendue des personnages de ces deux familles, comme je le disais au début, par leurs caractères et leurs opinions, le fait que chacun ait quelque chose de spécial, voire caricatural de tel ou tel trait de personnalité, selon moi c’est un atout aussi. On s’attache aux personnages, ou on cherche à comprendre ce que chacun a en lui.

Bien sûr, cette série est importante et remarquée aussi par le sens qu'elle porte : la thématique de l'identité en France, du jugement sur l'origine des gens, est questionnée à travers cette intrigue. Les différentes conséquences sur le construction de soi (négatives, neutres ou positives) que peuvent avoir le fait de lier des identités au fait d'être maghrébin ou non, ou français ou non, ou les deux ; de se faire désigner de telle ou telle manière sans l'avoir choisi ; de sentir des différences de traitement de nos droits selon qui l'on est... Tout ça, c'est une certaine part de cette série, que les auteurs font questionner par l'intrigue, par les explications de Nazir comme par le discours de Chaouch, et surtout par tout ce qui est implicite, comme les trajectoires de vie très variées de chacun des personnages.

Pour résumer, je trouve donc que c'est une belle création. Moi qui ne consomme pas beaucoup de séries, j'étais intéressée par son intrigue de départ, par les personnalités qu'elle construit, par ses différences par rapport à la plupart des séries qui l'entourent. Et ça m'a bien embarquée.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 264 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Smilaf Les Sauvages