Je pompe donc je suis

Avis sur Les Shadoks

Avatar Colibri des Bois
Critique publiée par le

Ah que j'aimais ça ! Une dystopie réjouissante où l'humanité prenait une claque avec humour et la voix merveilleuse du conteur Claude Piéplu. Vous êtes à plat ? Au bout du rouleau ? Totalement pompé ? Eh bien regardez ce dessin animé de notre enfance ! Quelle philosophie, rappelez-vous :

“S’il n’y a pas de solution c’est qu’il n’y a pas de problème.”
“On n’est jamais aussi bien battu que par soi-même.”
“Tout avantage a ses inconvénients et réciproquement.”
“C’est en forgeant qu’on devient musicien.”
“C’est encore dans la marine qu’il y a le plus de marins.”
“Si ça fait mal c’est que ça fait du bien.”
“La plus grave maladie du cerveau c'est de réfléchir.”
“En essayant continuellement on finit par réussir. Donc : plus ça rate, plus on a de chance que ça marche.”
“Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.”
“Avec un escalier prévu pour la montée on réussit souvent à monter plus bas qu’on ne serait descendu avec un escalier prévu pour la descente.”
“Quand on ne sait pas où l’on va, il faut y aller... Et le plus vite possible.”
“Dans la marine on ne fait pas grand-chose mais on le fait de bonne heure.”
“Au début, il n'y avait rien. Enfin, ni plus ni moins de rien qu'ailleurs.”

Les Shadoks était une série télévisée d'animation française en 208 épisodes de deux à trois minutes, créée par Jacques Rouxel et le jeune dessinateur Jean-Paul Couturier, racontée par Claude Piéplu, La série a été diffusée sur la Première chaîne de l'ORTF entre le 29 avril 1968 et 1973 (trois premières saisons) et la quatrième saison, produite par AAA, à partir de janvier 2000 sur Canal+.

La série relate les différentes histoires et mésaventures des Shadoks, des créatures anthropomorphes à l'apparence d'oiseaux rondouillards, avec de longues pattes filiformes, des ailes minuscules et préhensives, et de rares cheveux. Ils possèdent pour tout vocabulaire quatre mots monosyllabiques : « Ga, Bu, Zo, Meu ». Les Shadoks ont pour antagonistes les Gibis, êtres supérieurs qui, par pitié, aident les Shadoks qui ne représentent pour eux aucune menace réelle. Les Gibis sont coiffés d'un chapeau melon qui leur donne leur supériorité intellectuelle, leur permettant d'élaborer en commun des systèmes efficaces, de communiquer, et de se moquer des ratages des Shadoks.

Pomper, pour les Shadoks, à la longue, c'était devenu une habitude. (...) Ils avaient de grosses pompes pour les gros problèmes. Et des petites pompes pour les petits problèmes. Ils avaient mis au point aussi des pompes spéciales pour les cas où il n'y avait pas de problème du tout.
Pour ceux que la technique intéresse, disons que quand on pompait avec ça, non seulement il ne se passait rien, comme avec une pompe shadok ordinaire, mais plus on pompait, plus il n'y avait rien qui se passait.
C'était quand même une sécurité.

Colibri des Bois

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 24 fois
2 apprécient

Colibri des Bois a ajouté ce dessin animé à 10 listes Les Shadoks

Autres actions de Colibri des Bois Les Shadoks