Poser son encéphale et apprécier le spectacle

Avis sur Lost Girl

Avatar Engy Near
Critique publiée par le

J'ai commencé cette série en partant du principe que son intérêt résidait dans son envie de faire autrement. Pour rappel, la saison 1 brandissait fièrement sa différence avec le thème du moment (et pas le meilleur): les vampires.

Du coup, parler des créatures folkloriques me semblaient être une idée en or dans ces temps quelque peu obscurs.

Et quelle erreur. Lost Girl a un seul et unique problème, et pas des moindre: Cette série n'a pas du tout réussi à cibler son publique. Le scénario, bien que complexe sur le papier, met en scène Bo, une succube, qui se nourrit de l'énergie sexuelle des êtres humains, comme tous bons Faes qui se respectent et qui se nourrissent de quelque chose d'humain. Lorsqu'elle doit choisir un camp entre la lumière et l'ombre (parce que, oui, chez les Faes on te demande de choisir si tu vas être un gentil ou un méchant pour le restant de ta vie), elle fait le choix tellement subversif de ne pas prendre un camp. Chose qu'elle va se répéter comme un mantra pendant toute la série et qui me fait dire que son anti-conformisme primaire est digne d'une adolescente de 15 ans. Donc une série résolument adolescente ?

Oui et non. Elle essaie de ramener la jeunesse en proie aux hormones en proposant du relationnel entre les personnages qui tourne plus à la partouze géante qu'à des amours mielleux. Je veux bien que le personnage principal soit constamment à la recherche de sexe mais est-ce que cela justifie que tous les autres personnages vont au moins une fois visiter son lit ? Les adolescents ne seraient donc que des créatures en manque appâtées par le joli... dos de Bo du générique ?

Pour autant, l'univers des Faes est intéressant mais développé dans les règles de l'art des mauvaises séries, c'est-à-dire de manière presque scientifique, certes, mais souvent en terrible contradiction avec ce qui a été développé plus tôt. On découvre ce monde caché en même temps que les protagonistes sous forme d'enquête assez linéaires. Personnage secondaire inutile A se fait enlever par une espèce de Fae très dangereuse que Bo; accompagnée de son chien-chien alias beau gosse qui mouille la culotte de maman alias Dyson et de son sidekick cynique et "tellement rebelle", Kenzie, vont devoir résoudre. Pourtant, pourquoi ne pas développer la politique des Faes de manière plus complexe ? Pourquoi vouloir poursuivre dans un manichéisme digne d'un Disney ? (Oui, je sais je suis de mauvaise foi parce que dans UN épisode, il y a un Fae de L'Ombre qui voudrait bien passer de l'autre côté de la barrière) Autant de question qui seront sans réponse puisque les scénaristes et producteurs de la série ont pensé qu'il serait mieux de ne pas creuser, d'autant plus qu'il est plus facile de faire des enquêtes durant la majeure partie des saisons; ça coûte moins cher après tout.

Quasiment toutes les saisons se construisent selon le schéma suivant: 10 épisodes de rien et 3 épisodes d'action intense qui donnent envie de savoir la suite. Si vous avez l'impression que la série se fout de votre gueule vous êtes sur la bonne voie.

Mais malgré cette critique des plus acide, Lost Girl se laisse regarder si on accepte de poser son cerveau dans la petite boîte prévue à cet effet. Si vous commencez à trop réfléchir, le scénario deviendra bancal et le jeu d'acteur un peu exagéré par moment. Cependant, laissez votre enfant intérieur sortir et il y aura de bons moments à passer.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2017 fois
6 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Engy Near Lost Girl