👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

LOST, la meilleure série de tous mes temps

PRESENT DAY (2020)

A travers cet article, je vais parler d'une série que j'aime que dis je, que j'adore, que dis je, que je surkiffe parce que c'est la meilleure série de tous les temps depuis la création de l'univers! Enfin, en tout cas, c'est la meilleure série de tous les temps dans mon univers. Mais pourquoi donc est elle la meilleure série de tous les temps, ou plutôt devrais je dire, comme il s'agit ici d'une expérience tout à fait subjective et personnelle, de tous mes temps? Afin d'essayer de comprendre le pourquoi du comment et le comment du pourquoi du qu'en dira-t-on, je vous invite à un voyage spatio-temporel au sein de ma vie.

FLASHBACK

Nous sommes en 2005 , il est environ 14h 53 ou bien 17 h 56 je ne sais plus très bien. Je suis avachi au plus profond du canapé, telle une larve en manque d'inspiration. Je regarde la télé, ou bien c'est elle qui me regarde, et je me noie un peu plus chaque seconde dans la piscine de merde qu'est tf1. Alors que je sors la tête de la fiente pour reprendre ma respiration et manger quelques chips périmées, une bande annonce de qualité commence à me faire douter que je suis bien sur la bonne chaîne. Cette bande annonce , c'est celle de LOST. Elle est courte ( pas comme ma b...) et assez bien foutue pour attirer mon attention de jeune dégénéré en perdition. Elle m'informe que la série commence Samedi. Une fois la bande annonce terminée, je me replonge avec enthousiasme dans le programme passionnant que j'étais en train de regarder.

Le Samedi soir arrive et à l'aide d'un flashback je me souviens de la bande annonce vu quelques jours plus tôt. Celle ci me captive autant que la première fois. Je descend donc au salon l'heure venue et m'installe confortablement dans le canapé. Après une énième page de pubs abrutissantes, l'épisode commence enfin.Les yeux de Jack s'ouvrent et les miens s'apprêtent à en prendre plein la tronche.

PRESENT DAY(2020)

Cela fait déjà 15 ans que j'ai découvert LOST, cette série révolutionnaire avec un chauve qui pète la classe. Alors que le temps a passé , mon attachement pour ce personnage à également grandi , pas comme ma chevelure qui elle a disparue au fin fond de l'océan avec la queue de l'avion. Afin de célébrer cette découverte, je décide donc unanimement en accord avec moi même de recommencer la série du début et de la reterminer jusqu'à la fin.

Je m'installe confortablement et lance le premier épisode. Les yeux de Jack s'ouvrent et les miens s'apprêtent à en reprendre plein la vue.

FLASH FORWARD:

L'année 2045 n'est clairement pas la plus joyeuse de ma vie. La récente perte d'un proche il y a quelques mois m'affecte encore. Mais depuis que je l'ai rencontré, elle a amené un peu de joie dans ma vie. Elle, c'est Theresa, magnifique jeune femme de 65 ans, qui de jour en jour illumine ma vie comme on illumine un sapin de Noël géant en fin d'année.

Un soir , alors que nous sommes installés dans le canapé , telles deux vieilles larves en manque de reconnaissance, je décide de lui faire découvrir Lost, cette série qui m'a tellement apporté.

Elle me regarde avec un sourire que je lui renvoie. Puis je lance l'épisode 1. Les yeux de Jack s'ouvrent et les nôtres s'apprêtent à en prendre plein les tronches.

Alors que les minutes défilent et que les explosions s'enchaînent en même temps que les personnages apparaissent , je me tourne vers Theresa et quelle n'est pas ma surprise de voir que ma Theresa , ma petite boule de sucre d'orge, a les yeux fermés. La déception m'envahit, en même temps qu'une petite dose de colère, et une dose bien grande d'incompréhension, comment peut on s'endormir devant LOST???!!! me dis-je d'un air anachronique.

FLASH-FORWARD:

L'année 2095 est l'année la plus triste de ma vie. Beaucoup de temps a coulé sous les ponts et l'eau a passée, emportant avec elle toutes les choses que j'aimais, à commencer par Theresa , morte écrasée par un bus à impérial robotisé. Le monde a bien changé, la chirurgie esthétique est accessible à tous désormais. La mode du moment , se faire greffer le visage de David Hasselhof sur les fesses ( me demandez pas pourquoi j'en sais rien).

Alors que les jours défilent au ralenti et que mes os s'usent en accéléré, les pensées négatives envahissent peu à peu mon esprit. Tous les soirs se ressemblent et chaque matin a la même odeur.
La routine devient de plus en plus insupportable. Ma Theresa, mes amis, les animaux, tout me manque dans cette société en permanence déconnectée.

Un soir , alors que je repense à ma vie d'un air triste , avec une musique triste en fond ( probablement There's no place like home), cette série me revient en tête , littéralement. La technologie a tellement évoluée que l'on peut désormais enregistrer nos séries et films préférées directement dans le cerveau. D'un simple claquement de doigt à la Joséphine Ange Gardien ( avec de meilleurs effets spéciaux quand même) on peut lancer n'importe quelle œuvre dans la seconde.

Une seconde c'est le temps qu'il me faut pour me replonger dans LOST. Aussitôt démarré, l'épisode me ramène dans ma jeunesse, dans ma naïveté, dans mes rêves. Alors que les yeux de Jack s'ouvrent, les miens … se ferment. Pour toujours.

Finalement, moi aussi je me serais endormi devant LOST...

FLASHBACK DANS LE FLASHFORWARD:

Je traverse la rue, elle me tient la main. Ah ma Theresa , ce que je l'aime, elle sent bon l'odeur de la rouille. Elle est charismatique et utile aux autres. Moi je suis aussi charismatique et utile qu'un personnage secondaire de The Walking Dead. Elle, elle change mon air pollué en air pur et mes cauchemars en rêves éternels.

Alors qu'on traverse la rue, un bus à impérial nous coupe la route vers le bonheur, et vient faucher avec force et amertume ma Theresa, mon amour , ma rose rouge, mon canari à deux têtes, mon âme sœur, mon âme tout court, mon âme tout long, mon âme mi court-mi long.

Au milieu du chaos, je reprend connaissance. Elle se trouve face à moi. «Theresa monte dans le bus à escalier, Theresa tombe dans le bus à escalier, Theresa monte dans le bus à escalier, Theresa tombe dans le bus à escalier», voilà ce qu'elle répète en boucle , tel un robot déficient.

CONCLUSION :

Au fil des années, alors que je grandissais au rythme des saisons, les personnages évoluaient. Chaque semaine, je fouillais les sites à la recherche de la moindre théorie pour combler le vide. Chaque saison était une redécouverte des personnages. Certains que je n'aimais pas beaucoup sont entrés dans le top 5 de mes personnages préférés. Alors oui la fin ne répond peut être pas à toutes les questions , ou tout du moins pas de la façon dont nous l'espérions. Mais qu'importe, comme l'a dit un des showrunners je sais plus quand et je sais plus où, «le plus important dans LOST n'est pas la destination, mais le voyage». Et en effet, LOST fut pour moi et pour un tas d'autres, un magnifique voyage. Un de ces voyages dont on aimerait ne jamais revenir.

Un jour ou bien une nuit, quand les flots de neiges tomberont par flocons, je serai sur l'île, avec mes personnages préférés. On aura des flashbacks, des flashforwards, des flashsideways. On croisera des ours dans la jungle, on se fera courser par un monstre de fumée noire, on se fera manipuler par Benjamin Linus, on tapera des chiffres maudits sur un ordinateur dans une trappe, on partira sur un radeau, on se fera kidnapper par les autres, on voyagera dans le temps avec Desmond .... On sera bien en VO. On sera bien en VF aussi même si en VF Rousseau l'allemande ( lolilol trolilol) changera de nationalité en cours de route. On fera notre propre musique, on chantera nos propres chansons. On nous dira pas qu'on ne peut pas faire quelque chose. On se perdra peut être nous aussi, au milieu de tous ces mystères, mais qu'importe. On arrivera au bout. On se dira que le voyage était pas si mal, qu'il était même franchement bien. Et puis un jour ou bien une nuit , quand les perles de pluie venus de pays où il pleut tout le temps tomberont, on reviendra. Parce que , comme dirait Jack, « WE HAVE TO GO BACK!». Et on vivra ensemble, au lieu de mourir seuls.

FIN.

REALITE ALTERNATIVE:

2005:

Je suis avachis dans le canapé telle une larve endormi en manque d'affection, d'inspiration et de reconnaissance. Je laisse, émission après émission, mon cerveau fondre au soleil comme vache qui pisse. Les jours passent , puis les semaines, puis les années.

2015:

Cela fait dix ans que je n'ai pas découvert LOST. Pour ne pas fêter ça, j'ouvre une canette de chips et un paquet de bière, ou bien est ce l'inverse, je ne sais plus. A force de m'abrutir, mon QI a considérablement baissé.

2045:

Je suis captivé devant la nouvelle émission de TF1, PLOUF. Cette piscine consiste à pousser des célébrités au fond d'une émission, ou bien est ce l'inverse, je ne sais pas, je ne sais plus. Je ne sais plus grand chose en fait. Depuis que mon QI est passé dans le négatif, je ne sais même plus dire quand j'ai faim et quand j'ai soif. C'est d'ailleurs ce qui causera ma mort dans quelques minutes. J'irai chercher un sandwich au lieu d'une bouteille d'eau et je mourrai de déshydratation

riloose
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Top 10 de mes séries préférées

il y a plus d’un an

2 j'aime

Lost, les disparus
EvyNadler
10

Comment Lost a changé ma vie.

La «critique» qui va suivre sera plus une sorte d’hommage à cette série qui est devenue ma préférée avec le temps. Je vais me trouver contraint de vous raconter quelques périodes de ma vie si je veux...

Lire la critique

il y a 8 ans

102 j'aime

22

Lost, les disparus
zaz
10

Le jour où j'ai su que ma vie allait changer

Ca y est, il est temps. Temps pour moi de vous parler de LOST. Avant de commencer, il est important de préciser certaines choses : ceux qui me suivent sur GK notamment ou ceux qui me connaissent...

Lire la critique

il y a 12 ans

67 j'aime

24

Lost, les disparus
LOSTpedia
10

"We have to go back !"

La critique est un exercice très difficile en-soi alors quand il s'agit d'en écrire une sur une œuvre qui vous a profondément marqué, ça relève de l'impossible. Mais je vais essayer de faire de mon...

Lire la critique

il y a 6 ans

62 j'aime

7