Avis sur

Lost, les disparus par Deb

Avatar Deb
Critique publiée par le

Par où commencer ? Se trouver face à une série aussi dense et tentaculaire que Lost rend bien compte de la difficulté de critiquer une oeuvre comme celle-ci avec concision. On pourrait sans peine commencer par un synopsis.

Lost, c'est l'histoire du vol Oceanic 815 et de ses survivants. Ces derniers ont miraculeusement atterri sur une île aux propriétés fantastiques et y vivent de nombreuses aventures extraordinaires pendant un bon bout de temps. Ils découvriront son histoire jusqu'à en faire partie intégrante. À la fin, tout le monde meurt. Mais ce n'est pas résumer ce qui constitue la quintessence de Lost.

Lost, c'est avant tout une relation parmi les plus complexes et les plus développées qu'il n'y ait jamais eu avec des personnages de fictions. Combinant flashbacks (qui étaient-ils avant d'arriver sur l'île ?), flashforwards (en quoi l'île les a changé ?) et flashsideways (que seraient-ils devenues sans l'île ?), la construction d'un récit omniscient dévoile au fur et à mesure des saisons une large galerie de personnages inoubliables, dont les interactions feront de la série une leçon de vie. Spectateurs et acteurs d'un combat sans fin entre la foi et la raison, entre le destin et le libre-arbitre, entre le bien et le mal, Jack, Locke et leur bande seront confrontés à des sujets métaphysiques rarement abordés en prime-time à la télévision.

Lost, c'est aussi le mythe. La Dharma Initiative, Jacob, les Autres, les reliques égyptiennes. On trouve dans la série une mythologie dépassant de loin ce qui se fait habituellement dans le petit écran. L'univers dans lequel évolue l'action offre un panel de situations ahurissant, on est passé de l'aventure à la Robinson Crusoé (saison 1) à la complexité des voyages temporels (saison 5) en passant par la découverte d'une société secrète (saison 2) et la violence du combat acharné pour le contrôle de l'île (saison 4). Dépassant le simple divertissement, le show aura réussi à créer une conscience collective autour de lui, devenue un gigantesque brainstorming que ce soit pour quelques amis dans la vie réelle, ou pour des millions de fans sur Internet.

Par où finir ? Par une remarque. On dit souvent que Lost s'est égaré dans de trop nombreuses voies sans issue, que la série n'a pas su répondre avec assez de clarté aux questions qu'elles avaient pris un malin plaisir à lancer (avec talent). Deux réponses à cela : premièrement, le degré de compréhension et de résolution de Lost dépend grandement de l'intérêt que l'on porte à la série, creusant ainsi le fossé entre ses détracteurs et ses fans. Mais surtout, quand on voit l'ampleur de la tâche, on pardonne ; comment répondre à des questions, à des situations qui dépasse l'entendement ? Veut-on vraiment savoir pourquoi et comment, quand la roue gelée tourne, un saut dans l'espace-temps se produit ?

En conclusion, Lost aura le mérite d'avoir réussi, peut-être par chance ou par accident, ce qui n'avait jamais été réussi voire tenté auparavant (à quelques trop rares exceptions près comme Twin Peaks) : faire vivre une série au-delà de la lucarne, pénétrant notre cerveau, notre monde, notre vie. Bravo, merci.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2358 fois
5 apprécient

Deb a ajouté cette série à 1 liste Lost, les disparus

  • Séries
    Cover

    Top 10 Séries

    Avec : Les Soprano, Twin Peaks, Six pieds sous terre, Lost, les disparus,

Autres actions de Deb Lost, les disparus