👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Étant un grand fan des séries Dardevil et Jessica Jones sur Netflix, et ayant apprécié The Defenders, j’attendais The Punisher, par vraiment avec impatience mais au moins avec envie et curiosité. Je n’étais pas si impatient que ça parce que j’avais déjà été très déçu par les saisons 1 de Luke Cage et d’Iron Fist, que je n’ai pas réussi à regarder en entier. Même The Defenders souffrait de défauts importants (mon personnage préféré, Jessica, n’a rien à faire là, son intégration dans la série a été ratée selon moi). Eh bien malgré les déceptions successives, j’ai encore été déçu par Marvel et Netflix. Enfin, surtout dans les premiers épisodes.

Les problèmes commencent dès le début avec un souci récurrent au cinéma : le mauvais dosage de l’exposition. Si on s’autorise à caricaturer un peu, pour exposer le contexte dans lequel évoluent les personnages il y a, grossièrement, 2 écoles :


  • le dialogue,

  • la mise en scène.


Or, il est couramment admis que la deuxième solution est souvent plus agréable pour le spectateur. D’autant plus que le dialogue est ce qu’il y a de moins cinématographique. D’où le célèbre adage « Show, don’t tell ». Il faut s’appeler Audiard ou Tarantino pour pouvoir se permettre de remplir ses scènes de mots sans perte de l’intérêt (oui j’assume le grand écart que je fais en associant ces deux noms).

Personnellement, en tout cas, je préfère comprendre une situation avec le moins de dialogue possible. Ce n’est pas un hasard si mon réalisateur préféré est l’un de ceux qui s’est le mieux approprié le « Show, don’t tell », Stanley Kubrick.

Le premier épisode de The Punisher est bourré de dialogues d’exposition. Il y a une scène qui a failli, à elle seule, me faire arrêter la série d’entrée. Une scène où on découvre l’agent Madani en train de travailler dans son bureau. Son patron arrive et lui rappelle tout ce qui s’est passé dans sa vie et sa situation actuelle. Chaque phrase de cette scène sonne faux. Rien n’est cohérent. C’est tellement affligent que même l’actrice qui joue Madani semble être consciente de la médiocrité de ce qu’elle est en train de réciter.

Dans Eyes Wide Shut, Kubrick nous fait rapidement comprendre de manière implicite que le couple joué par Tom Cruise et Nicole Kidman est installé dans une routine, qu’ils ont des problèmes de communication, qu’ils sont riches, qu’ils ont une fille et qu’il est médecin. Tout ça en une seule scène comportant assez peu de dialogues, et les phrases prononcées ne donnent jamais directement d’informations. On comprend tout grâce à une superbe mise en scène d’une formidable simplicité.

On pourrait se dire « c’est pas grave que ce ne soit pas cohérent, l’essentiel c’est qu’on comprennent le contexte et plus vite c’est fait plus vite on passe à la suite ». NON. Le problème d’un tel gavage est qu’il me fait sortir de la série. Je me rends compte que je regarde une série, je me rends compte que ce sont des acteurs qui parlent. Et c’est là qu’est me problème. J’ai besoin d’être immergé dans une oeuvre. Quand les dialogues sont poétiques ou parfaitement calibrés ils ne sont pas forcément réalistes mais on se laisse embarquer par leur fluidité. Et quand on n’a pas suffisamment de talent pour écrire de tels dialogues, il faudrait au moins s’efforcer d’écrire des dialogues réalistes.

Par ailleurs, ce genre de dialogues, symptôme de la paresse des auteurs ou des contraintes de délais imposées par les producteurs, donnent généralement une indication sur la qualité du scénario. Et en effet, dans The Punisher on peut voir dans les épisodes suivants que la série souffre d’un problème d’écriture global. Dès le 2ème épisode on n’a évidemment quasiment plus de dialogues d’exposition (il y en a tout de même de temps en temps) mais de nombreuses incohérences situationnelles viennent gâcher des épisodes qui flirtent entre le mauvais et le très bon : un personnage qui vient de tuer 5 personnes sans hésitation se met à marcher plusieurs secondes lorsqu’il pointe son arme sur un personnage important, qui du coup aura le temps d’être sauvé, ou alors le personnage principal s’expose mais les ennemis ne touchent jamais la tête, ils ne tirent que sur le gilet pare-balle malgré leur entraînement de marines et des rafales de dizaines de balles, etc… Certes on a l’habitude de ce genre de procédés, mais je ne veux pas m’habituer à ces facilités ! Je comprendrais que certains acceptent ça mais personnellement je préfère attendre 1 an supplémentaire et voir une meilleure série ou un meilleur film plutôt qu’assister ces absurdités.

Bref, les dialogues d’exposition bâclés sont, selon moi, un mal qu’il faut éradiquer des productions à gros budget. Mais ils ont l’avantage d’êtres de bons indicateurs de la qualité de ce qui va suivre donc ils peuvent nous éviter plusieurs épisodes de souffrance que l’on regarderait avec l’espoir que ça s’améliore. Bon j’ai quand même regarder The Punisher jusqu’au bout parce que j’étais curieux et que la série a le mérite de mettre en scène un type de « héros » que l’on voit peu et de prendre des risques, mais il m’a fallu de la motivation pour arriver à regarder les 13 épisodes…

Si vous appréciez les dialogues qui expédient l’exposition n’hésitez pas à me le dire, ça m’intéresse.

DamienDaran
6
Écrit par

il y a 4 ans

Marvel's The Punisher
FloBerne
8

Miracle et drama

Saison 1 : 9/10. Au cinéma, nombre de personnages se sont fait massacrés pendant des décennies, sans vergogne ou une once de progrès. Les comics aussi ont été touchés par cette mode de la...

Lire la critique

il y a 4 ans

33 j'aime

4

Marvel's The Punisher
Jb_tolsa
8

Kill them all !!!

Après plusieurs coopérations entre Marvel et Netflix, on sentait la machine se ripper; en tant que spectateur, je ne retrouvais jamais la saveur des bastons chorégraphiées du diable de Hells Kitchen...

Lire la critique

il y a 4 ans

30 j'aime

Marvel's The Punisher
Antevre
4

Critique de Marvel's The Punisher par Antevre

Grosse déception pour cette série, qui vend un produit complètement générique là où on aurait pu espérer avoir quelque chose qui sort des sentiers battus... Frank Castle est le Punisher. Après que...

Lire la critique

il y a 4 ans

21 j'aime

La vie est belle
DamienDaran
5

La vie n'est pas si belle

Je sais c'est un classique. Je lui mets en partie la moyenne pour l'importance qu'a eu ce film dans l'histoire du cinéma, que je ne nie pas. Mais c'est un classique qui, je trouve, a mal vieilli. Il...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1

Marvel's The Punisher
DamienDaran
6

Le problème des scènes d’exposition

Article sur le site Rosebud Étant un grand fan des séries Dardevil et Jessica Jones sur Netflix, et ayant apprécié The Defenders, j’attendais The Punisher, par vraiment avec impatience mais au moins...

Lire la critique

il y a 4 ans

Alien: Covenant
DamienDaran
5

Un Alien trop convenu

Oui le titre est facile, mais c'est vrai. Cette critique ne sera pas longue, je le sens. En effet en sortant du cinéma je me suis dit que je n'avais pas grand chose à dire du film. Mais alors...

Lire la critique

il y a 5 ans