Clash of the cuteness ! (la deuxième saison est la bonne)

Avis sur Master of None

Avatar alb
Critique publiée par le

Master of None m'avait vraiment séduit durant sa première saison, mais je l'avais trouvé un peu timide parfois, et un peu trop cliché dans sa description du trentenaire un peu désabusé.

Là je sors de la saison 2, et quelle jolie claque mes amis !

Sur la forme tout d'abord, les différentes inspirations/hommages au cinéma italien, les génériques qui sentent bon le cinéma d'autrefois, la qualité des choix musicaux, le découpage des épisodes n'hésitant pas à passer de 30 minutes à une heure quand le besoin s'en fait sentir, entrecoupé parfois de respiration à base d'épisodes thématiques mais jamais superflus, tout respire l'amour du travail bien fait, et la passion qui anime le projet

L'interprétation de Dev par Aziz Ansari ensuite : personnage lucide mais jamais cynique, toujours volontaire et sympathique, parfois en proie aux difficultés mais jamais loser ou auto destructeur. Son best bro' Arnold a lui aussi calmé son jeu pour aboutir à une relation entre les deux compères plus intime.

Et enfin... enfin la sublime Alessandra Mastronardi, qui fait fondre votre coeur en moins de 15 secondes dès qu'elle apparait à l'écran, sa Francesca est la réprésentation parfait de cet amour idéal, cette période de tous les possibles aussi merveilleux que potentiellement douloureux. Cette tension qui progresse petit à petit au fil des épisodes, à coup de sourires et d'éclats de rire, mamamia !

Cette saison 2 laisse tomber la majeure partie des sujets convenus, et parle de quelque chose de beaucoup plus profond et universel. Master of None marque définitivement sa place dans les séries qui comptent, c'est la cuisine épicée que tu veux : ca pique, mais c'est tellement bon.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1980 fois
28 apprécient

alb a ajouté cette série à 1 liste Master of None

  • Séries

    Top Séries

    Avec : Sur écoute, Boardwalk Empire, Treme, The Leftovers,

Autres actions de alb Master of None