Mensonges : La série Canadienne EVENEMENT à découvrir absolument !!!

Avis sur Mensonges

Avatar Ingrig Chava
Critique publiée par le

Cette série policière psychologique met en scène Julie Beauchemin (Fanny Mallette) et Maxime Moreli (Éric Bruneau) deux agents redoutables et passés maître dans les interrogatoires, Bob (Sylvain Marcel), leur collègue de terrain ainsi que Marcel (Pierre Verville) leur patron. Leurs méthodes, leur expertise et leur sens aigu de l’analyse leur permettent à tout coup de résoudre les enquêtes, mais leurs investigations ne se limitent pas seulement à débusquer les criminels, elles servent aussi à découvrir les mensonges qui les impliquent eux et leur entourage. Parallèlement aux intrigues policières, la série raconte l'histoire de ces deux spécialistes du mensonge qui, au fil de leurs enquêtes, vont aussi faire éclater les secrets cachés au coeur de leurs vies personnelles. Ce n'est qu'au terme de ce difficile voyage qu'apparaitront enfin leurs propres vérités. Les enquêtes sont bouclées à chaque épisode, mais la trame de leur vie personnelle se poursuit (10 épisodes d’une heure).

Dès son lancement en mars 2014 au Canada, Mensonges a battu des records de visionnement.

Produite par Sophie Deschênes de Sovimage, réalisée par Sylvain Archambault (Le Négociateur, Piché : entre ciel et terre), idée originale et auteur Gilles Desjardins (Musée Éden), la télésérie met en vedette Fanny Malette (19-2, Vertige),Éric Bruneau (Toute la vérité, Le règne de la beauté), Sylvain Marcel (19-2,Miraculum) et Pierre Verville (Les Boys, Les Lavigueur).

La série a obtenu 3 PRIX Gémeaux à l' ACCT (Académie canadienne du cinéma et de la télévision ) et a été nominée au Festival de la fiction 2014 à la Rochelle.
Mensonges a été couronné meilleure série dramatique à la soirée des 29e prix Gémeaux. Fanny Mallette a gagné le prix Gémeaux pour meilleur premier rôle féminin dans une série dramatique.

Avis de critiques : SHOWBIZZ.NET
Une série aussi affutée, insidieuse et carabinée que les crimes qu’elle solutionne. J’ai écouté les dix épisodes de la deuxième saison de Mensonges avec intérêt cette fin de semaine. Ce ne fut pas une obligation, mais un plaisir coupable que de visionner chacune des enquêtes du groupe d’investigation d’Addicktv. Pour sa récidive, Mensonges a affuté ses couteaux et précisé ses techniques d’intervention pour un meilleur résultat, plus foudroyant encore que la première fois.Le jeu est d’autant plus juste, la réalisation plus sentie et les textes davantage peaufinés. Il y a bien sûr quelques petits accrochages, notamment au niveau de la pertinence de certaines scènes qui s’aventurent sur des chemins risqués provoquant l’étonnement puis le décrochage du spectateur, mais elles sont assez peu nombreuses et ne gâchent pas le plaisir que nous avons à dévorer la saison 2 de Mensonges.

Celle-ci renferme beaucoup moins de huis clos que dans la précédente. Un nouveau patron force l’héroïne à s’éclipser davantage de sa salle d’interrogatoire pour s’aventurer sur le terrain ce qui, inévitablement, entraîne aussi le spectateur sur les scènes de crime. Cette idée de huis clos n’a, par contre, pas été abandonnée complètement, et nous en sommes particulièrement satisfaits puisque c’est précisément cet élément qui différencie Mensonges des autres séries policières québécoises.

Le duo Julie Beauchemin (Fanny Mallette) et Maxime Moreli (Éric Bruneau) prouve à nouveau son efficacité, mais dans cette deuxième saison c’est davantage le personnage de Bob Crépault (Sylvain Marcel) qui donne droit aux moments les plus mémorables. Gaffeur, maladroit, sentimental et fondamentalement bon, Bob est l’un de ces protagonistes du petit écran qu’on ne peut s’empêcher d’aimer.

Mensonges 2 mérite le détour. On ne délaisse jamais l’intrigue principale au profit d’une vulgaire anecdote. Même si les personnages s’intéressent à un meurtre qui n’a pas de lien direct avec le réseau de prostitution juvénile qui est le filon principal de cette seconde proposition, on nous laisse toujours certains indices qui pourront nous aider à résoudre, plus tard, l’énigme. L’intelligence et la psychologie sont les préfets de cette nouvelle saison qui nous rivent à notre siège et nous poussent à vouloir connaître le dénouement de l’histoire principale.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 6831 fois
5 apprécient

Ingrig Chava a ajouté cette série à 1 liste Mensonges

Autres actions de Ingrig Chava Mensonges