Baratin quand tu nous tiens.

Avis sur Mytho

Avatar cinevu
Critique publiée par le

Dans une banlieue presque américaine, où les résidences se ressemblent, où le gazon est tondu et où les familles semblent heureuses, du moins en apparence. Mais dans chaque foyer se trame une intrigue, voir un drame.

On commence avec la famille d’Elvira, tous attachants mais un peu barrés. Elvira s’épuise; de son patron odieux, de son mari volage et de ses enfants qui l’ignorent. Évidemment cette tribu reste le fil rouge de la série; mais, au delà de ce foyer, on parle surtout du mensonge chez tout le monde, les voisins, la famille, les copains et les enfants.

Elvira est au bord de la crise de nerfs, et on comprend vite pourquoi. Elle dépense toute son énergie à gérer ses proches : Carole, sa fille, est une adolescente brutale et instable. Sam, son fils, se voudrait femme. Virginie,à peine 10 ans, est trop anxieuse pour son âge. Quant à Patrick, le père, il est ailleurs, entre autres, chez sa maîtresse, la pharmacienne.

Une visite chez le médecin, va changer la donne, une petite boule au sein qui pourrait ressembler à une tumeur, va déclencher l’opportunité pour Elvira de jouer la victime.

Soudain, le monde semble meilleur et chacun prend ses responsabilités. La devient plus belle car chacun s’efforce d’être meilleur.

Elvira se laisse aimer sans mauvaise intention, juste pour rétablir l’équilibre d’une famille qui lui échappe et ça marche.

Une série intelligente et amusante. Ici on parle du mensonge chez tout le monde, du plus petit au plus grand, chacun l’utilise un jour ou l’autre, pour des raisons pratiques, mais aussi pour se rassurer, se convaincre ou exister.

Une superbe série de portraits : le patron cynique, la voyante déjantée, le beau-frère dépressif, la voisine scientologue, la conscience déguisée en fantôme ou le joueur accro.

Marina Hands est bluffante, elle navigue entre naïveté et clairvoyance. Mathieu Demy est tendrement immature et les enfants sont convaincants, voilà un casting solide qui offre , dans le mensonge, des accents de vérité.

On s’amuse, on réfléchit et ça fait du bien. Anne Berest et Fabrice Gobert donne une belle dimension à cette histoire, on regrette juste que ça s’arrête mais le dernier épisode nous laisse envisager une suite alors tant mieux !
Blog CineVu

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1215 fois
4 apprécient · 5 n'apprécient pas

Autres actions de cinevu Mytho