Les seules questions importantes sont celles auxquelles on ne peut pas répondre

Avis sur Neon Genesis Evangelion

Avatar Tezuka
Critique publiée par le

Un asocial dénué de volonté et détesté par son père. Une fille apathique incapable de la moindre initiative. Une femme cachant l'échec total de sa vie sentimentale sous une montagne de cannettes de bière. Une hyperactive acharnée à avoir les meilleures notes, toujours, pour surmonter son complexe d'infériorité hérité de sa relation avec sa mère. Une scientifique hantée par le fantôme de la sienne. Un marionnettiste autiste, qui a assassiné ses relations avec son fils à la mort de sa femme.

Des esprits pitoyablement faibles qui tentent de se cacher derrière des robots géants. Une menace qui vient de nulle part pour poignarder les humains après l'Apocalypse. Une organisation secrète et ses projets pour détruire l'humanité. Ou la sauver ?

Des manipulations génétiques. Des hommes, des machines, des hommes-machines. Et des monstres.

Shinji Ikari est-il une simple lopette ou le personnage le plus réaliste que l'on ait jamais vu ? Ses pulsions incestueuses sont-elles bien réelles ? Que signifie le projet ultime de la SEELE ? Qui est Rei ? Les Eva sont-elles humaines ? Et ce final si controversé, est-ce qu'il veut vraiment dire quelque chose ? Si le mythe d'Evangelion résiste si bien au temps, c'est parce ces questions n'ont pas de réponses évidentes, Hideki Anno le maître troll s'en est assuré. Ce sont donc les seules questions importantes.

Le succès d'Evangelion, c'est celui de "Gulliver", celui de "Candide", celui de toutes les fictions dont l'apparente folie nous libère. Le triomphe de l'artiste consiste en ce que le sens ésotérique de l’œuvre demeure caché. Pourquoi Neon Genesis Evangelion est-il un chef-d’œuvre ? Parce que sous des masques que l'on pourrait croire impénétrables, ceux de robots géants, de combats dantesques ou de références bibliques, Hideki Anno a trouvé un thème lui permettant d'exprimer le noyau caché de sa pensée.*

Tokyo-3, c'est chez nous. Nous sommes tous un personnage d'Evangelion. Nous sommes tous des esprits faibles habitant des corps trop grands pour nous, que nous croyons invulnérables. Nous sommes tous, un jour ou l'autre, forcés de nous arracher à nous-mêmes pour aller au contact des autres. Et alors on a la trouille, on cherche à s'enfuir, on a pas envie. Au risque de se fermer encore plus sur soi-même si les choses se passent mal. Aller vers les autres, c'est prendre le risque de souffrir. Comme deux hérissons qui quand ils se rapprochent se piquent l'un l'autre.

C'est sûr, nous sommes tous des hérissons. C'est sûr, un jour ou l'autre, on a tous été Shinji Ikari.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2120 fois
46 apprécient · 2 n'apprécient pas

Tezuka a ajouté cet anime à 9 listes Neon Genesis Evangelion

Autres actions de Tezuka Neon Genesis Evangelion