C'est mal barré !

Avis sur Notre planète

Avatar cinematod
Critique publiée par le

Une fois encore on a droit à un spectacle merveilleux, on en prend plein les mirettes. Par contre ça s'éloigne de ce qui a fait la force des productions de Sir David Attenborough, à savoir certes une alliance d'images époustouflantes et de vulgarisation mais aussi un accent scientifique mettant à dessein en scène le Monsieur sur le terrain, en déroulant ce fil scientifique de façon dès lors bien plus intéressante et enrichissante. D'accord, là il ne fait que prêter sa voix et ne tient pas vraiment les rênes, ce qui est pardonnable vu son âge vénérable et la quantité de choses qu'il mène néanmoins par ailleurs, ceci expliquant sans doute cela. Cependant ce "Our Planet" est à la limite du documentaire ma-tu-vu et simpliste très à la mode, dans le sens où c'est surtout un défilé beau et spectaculaire. Ce genre n'est visiblement toujours pas has-been. Pourtant sur cette question il n'y a pas photo : la Nature est infiniment merveilleuse, et d'ailleurs ça commence à notre porte et non aux antipodes tropicaux, ce que bien des humains ont tendance à ignorer et surtout négliger.
M'enfin, le message, présenté en préambule de chaque épisode et qu'on devrait bourrer dans le crâne de pas mal de terriens dangereux à très gros portefeuilles, c'est sans doute qu'avant de déployer des moyens incroyables pour aller "conquérir" [salir, exploiter, piller et pourrir conviendraient mieux] des corps célestes inhabitables il est bien plus impératif de d'abord prendre soin et sauver la boule bleue, la seule planète qui soit le foyer et l'avenir de la vie et donc de l'humanité. Or, plutôt que d'être optimiste ou pessimiste il faut surtout être réaliste : c'est vraiment très-très mal barré !
A partir d'ici j'occulte le texte pour, heu, les âmes sensibles ;-) :

Il n'y a pas besoin d'être devin pour dessiner l'avenir quand la population humaine mondiale pèse toujours plus lourd et depuis longtemps trop lourd, sans doute 70 fois trop désormais [avis personnel]. C'est pourtant simple : une espèce "pèse" trop lourd quand de façon récurrente l’Écosystème ne parvient pas à s'affranchir de ses déchets. Donc, on est à des années lumière de l'équilibre concernant l'humain, lequel est d'ailleurs un cas unique... et indécrottable ; pire encore il rejette volontiers la faute sur d'autres espèces, s'il le faut dites "nuisibles"!! Une spécialité gauloise. C'est dans la Loi. Au XXIème siècle non mais on croit cauchemarder!
Alors, pour couronner le tout, qu'une infime poignée d'humains projette de s'enfermer à très grand frais et moyens et à titre de "colons" dans des bocaux sur les hostiles Lune et Mars, c'est de la pure connerie vu l'urgence qu'il y a à mettre vraiment les moyens -ils existent donc- à avant tout "réparer" la Terre en gardant les pieds dessus. Encore faut-il soulever le paillasson et envisager de regarder la clé en face.
Sir David a dit quelque chose comme: « Au lieu de contrôler l'environnement de la planète pour le bénéfice de la population, peut-être devrions-nous contrôler la population pour assurer la survie de notre environnement. » ; c'est clairement juste, sinon que le Sir a eu la délicatesse d'insérer le "peut-être". Sur la base de son expérience de médiatique naturaliste bourlingueur forte de plus de 5 décennies, il est très engagé depuis des années dans cette sensibilisation et prise en compte des problèmes de surpopulation, sauf qu'en France ses conférences et documentaires sur la question ne sont pas diffusés.
Dans l'Hexagone, les médias s'en tiennent obstinément aux documentaires bêtement beaux et spectaculaires, au mieux aux messages primaires, qui lissent l'ignorance du fier et orgueilleux peuple gaulois dans le sens du poil...
Dire que la natalité est encore et toujours encouragée, portée comme une bonne nouvelle, sociale, économique, c'est à pleurer! C'est grave, aussi car c'est la traduction qu'on a deux générations de trains de retard, parce que la machine que l'humain a générée est devenue infernale : elle roule sur les rails d'une inertie imparable, c'est scientifique, mécanique, logique, inertie dont on ne réalise à l'évidence pas la portée dévastatrice avant que la vapeur puisse espérer se renverser. Si tel n'était le cas, Sir David ou d'autres clairvoyants n'auraient pas à tirer la sonnette d'alarme... et n'auraient pas l'oreille de puissants... dont tout porte à croire qu'ils soient en fait impuissants... ou à la rigueur résolus à organiser leur survie de nantis misérables! En définitive, pour le reste du troupeau, la chute et/ou le choc seront très durs, comme d'habitude!
Au final, cette série documentaire a malheureusement de forts airs de requiem planétaire... une messe anticipée où l'humanité entraîne immanquablement dans sa ruine une nature pour sa part innocente. Qu'en restera-t-il?
C'est tellement dommage quand-même... tellement dommage!

STOP ! HALTE ! Houla! Mais que dis-je?!? Coupez tout! Heu... Ôtez moi ce miroir que je ne saurais voir.
Ce discours n'est pas admissible enfin!! Il faut être optimiste! Il faut croire en l'Homme, en sa science, etc. C'est bôôôôô. Amusons-nous et dormons tranquilles (jusqu'en 2100 comme dit Janco).
J'irai bien faire du ski moi tiens, c'est important le ski... ou les soldes...

(Ha - ha - ha - ha !... rire genre celui de Fantomas...)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 13 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de cinematod Notre planète