Nous, les clichés

Avis sur Nous, La Vague

Avatar Filou De Dubai
Critique publiée par le

Tout d’abord, cette série n’a presque rien à voir avec le film de Dennis Gansel (que je recommande fortement). Le film de 2008 traçait l’histoire d’un professeur qui mène une expérience sociale dans sa classe pour démontrer à quel point les gens peuvent être influençable sous une autorité. Nous, la vague dévie (un peu) du sujet. Ce sont des jeunes lycéens qui veulent se rebeller contre le méchant système capitaliste. C’est comme si Netflix en a profité pour « surfer » (haha pas mal) sur le succès.
Bon pour commencer l’histoire. Ça se passe dans la ville fictive de Meppersfeld et on suit des lycéens prêts à affronter le bac. Ou la matura. On fait la connaissance de Tristan un grand blond, un peu mystérieux mais super bg. Il rencontre 4 autres personnages dans ce lycée. Le premier est un arabe refugié Rahim où les parents vont se faire exclure de leur appartement. Le second Hagen, un enfant de fermier qui est en colère contre la déchetterie locale car cela a pollué tout son champ. Ensuite on a Zazie, l’archétype de l’anarchiste qui n’aime personne et qui est juste présente parce qu’elle déteste le système. Et enfin Lea la bobo qui est en pleine crise d’adolescence et qui veut changer le monde. Ensemble, ils se rebelleront contre tous les méchant capitalistes jusqu’à ce que ça dérape.
Et là les personnages principaux sont réussis en vrai. Chaque personnage a tout de même une profondeur. Rahim c’est le refugié en colère, Hagen le fermier qui veut juste re-avoir son champ et Léa c’est l’exemple parfait de la nativité adolescente. Même Zazie qui au fond a juste besoin d’amour et même le beau Tristan et juste sans autorité et donc hors de contrôle. Mais le problème ce sont les clichés. Mon dieu il y’en a tellement. Et pour ça je vais devoir spoiler un peu.
Commençons par les méchants. Autre que les capitalistes il y’a aussi le parti du NFD (subtil) et les néo nazis adolescents. Mon dieu ils sont ridicules. Le discours que fait le président de l’NFD, le fait que les néo nazi (si on peut les appeler comme cela) ont des PINS avec le drapeau de l’Allemagne et qui disent des propos racistes tellement exagérés pour leur âge que ça en devient ridicule. Ensuite le policier. Oh ce sacré policier. On nous le présente en tant que méchant parce qu’il tue une vache. Et aussi il tire sur Lea. Il est juste la représentation du mal de l’état. Mais personne ne s’est dit que c’est de la merde quand ils ont écrit cela ? N’oublions pas les riches. Dans l’épisode 5, l’équipe de choc infiltre un dîner avec plein de riches. Et Tristan sort un discours sur le fait que les 1% c’est trop cool et que les pauvres c’est nul blabla… et que font les 1% ? Eh ben ils gueulent qu’il a raison. Ils sont tellement fiers d'être riches mon dieu.

C’est ça le problème avec cette série. Je ne sais pas si c’est une critique de l’extrême gauche ou droite parce que les deux sont tellement stéréotypés que ça fait juste mal de voir cela. Le pire c’est qu’il y’a de l’idée. Les personnages sont intéressants, l’histoire aussi en vrai. Mais les clichés gâchent tout et rendent cette série banale et ridicule.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 334 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Filou De Dubai Nous, La Vague