50 nuances d'orange.

Avis sur Orange Is the New Black

Avatar JulieFtis
Critique publiée par le

Moi, quand on m'a parlé d'une série sur un institut carcéral pour femmes, j'ai tout de suite eut une petite fulgurance perverse. Parce que quand on parle de prison à la télé, c'est souvent pour justifier 2 choses : la violence en huit-clos et le sexe en huit-clos. Faut être honnête.
Alors oui, on s'imagine une certaine ambiance dans les douches... Et au final pourquoi faire tomber ce cliché qui est totalement avéré ? En taule, tout le monde te manque et tu t'emmerdes grave, faut bien t'occuper. Et si t'es lesbienne c'est juste parfait. En cela, "OITNB" assumant totalement, je m'attendais à une certaine cru... heu crudité ? Bon je m'attendais à du cash quoi. Et j'en ai eut, d'autant qu'il y a le langage fleuri qui va avec (c'est fou comme les filles se lâchent quand on leur enlève toutes les platitudes sociales d'usage). Couvrez vos chastes oreilles et vos prudes mirettes. Mais ce n'est pas non plus The L Word, d'autant que y'a pas que de la bombasse hein, c'est une série réaliste donc y'a à boire et à manger comme on dit.

Alors j'aurais pu trouver cela facile et racoleur, mais au final j'ai tellement été hâpée par le jeu d'actrice de Taylor Schilling que tout cela m'a paru normal. On l'avait déjà vue dans Mercy Hospital, bof bof... Mais dans OITNB, wahou ! Comme si le personnage avant été écrit pour elle. Toujours ce petit air consterné et vulnérable, cette voix douce et timide. Une héroïne par définition plutôt neutre, simplement dépassée par la situation et, en cela on s'identifie bien à elle. On compatis pour elle mais, en même temps, on ne peut s'empêcher de ricaner bêtement quand on voit la chkoumoune monumentale qui lui tombe dessus chaque jour de son incarcération. Sa palette d'expressions est assez impressionnante, perso j'étais à fond avec elle.

Donc Chapman, petite blondinette à la vie bien rangée, fiancée au héros d'American Pie, est rattrapée par son passé de lesbienne qui, une seule fois dans sa vie a fait un petit truc illégal et se retrouve alors bouclée dans un établissement pour femmes en sécurité minimum. ("On est pas dans un épisode d'OZ", même si la violence est parfois là)
Elle y découvrira bien des choses comme le communautarisme de rigueur en zonzon, le manque d'intimité, le troc, la faim, les avances des autres détenues, la corruption et la folie. Mais tout cela avec beaucoup d'humour. Un humour tantôt gras tantôt plus sophistiqué et quelques running gags bien lolilol (perso j'adore la co-détenue qu'on ne voit nulle part ailleurs que pendue au téléphone en train de chouiner).

Le fait que son ex, qui l'a balancée au FBI, se retrouve dans la même prison qu'elle, ça complique un peu les choses aussi. Pour notre plus grand plaisir, surtout que Laura Prepon est très potable en brunette. :3
D'ailleurs du côté du casting, rien à redire. Tout le monde est parfait et j'étais ravie de retrouver Kate Mulgrew, égérie féministe de Star Trek Voyager ici transformée en matronne ruskoff assez touchante. Comme le reste de la communauté ; il faut le dire, à travers de petits flashbacks vous aurez de l'empathie pour celles que vous pensiez être de pures raclures. Non pas que le show excuse direct leurs méfaits par un passé douloureux, il démontre juste qu'on ne peut maîtriser tout ce qui nous tombe dessus et que les facteurs sont infinis. Qu'outre la dichotomie d'un esprit ni bon ni mauvais, il y a tout ce que l'on ne contrôle pas. La prison n'est qu'une bulle où se retrouvent ces schémas, sauf que c'est un univers réduit où vous n'échapperez pas à votre passé si ce dernier vous y retrouve. ...J'ai mal au crâne.

En bref, OITNB est un savant mélange de tout ce qui peut faire une très bonne série et elle en est une.
Vivement la saison 2.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 807 fois
6 apprécient

JulieFtis a ajouté cette série à 1 liste Orange Is the New Black

Autres actions de JulieFtis Orange Is the New Black