👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Mais que s'est-il passé ?
Cette saison manque grandement de recherche par rapport aux deux précédentes. Et le final est un What the fuck total au format liberté féminine dans un lac qui dure beaucoup trop longtemps !
Déjà, la saison a commencé à devenir intéressante au bout du 6e épisode. Avant, c'était beaucoup de blablas et de scènes qui n'amènent à rien, du vent histoire de meubler. Genre tiens, je vais faire une thématique sur la fête des Mères au premier épisode et ainsi de suite. Puis ça devient intéressant avec le business de Piper. Mais de nombreux d'éléments sont amenés à l'arrache. La transformation de Piper en gangster est caricaturale. La fin de la dépression de Soso arrive de nulle part. Le nouveau poste de Caputo aussi. Et encore, ce personnage est celui fait partie des mieux développés dans cette saison, puisqu'on comprend pourquoi il décide d'agir comme il le fait. Sa liaison avec Figueroa par contre s'avère grotesque. Au fur et à mesure les ellipses s'accumulent. Elles doivent servir le scénario, le scénario ne doit pas se transformer en ellipse. Les flash-back ont été utilisés à outrance aussi. Dix secondes d'un moment passé et pouf, ça explique comment un tel réagit aujourd'hui. Aucune structure subtile, juste un pied-de-nez de causalité assez réducteur vis-à-vis des personnages.
Et nouvel accent sur le dernier épisode qui manque cruellement de construction. Tout se résout comme par magie dans un sommet de réconciliation ou presque. Les éléments scénaristiques difficilement semés à partir du 6e épisode se clôturent n'importe comment ou pas, il faut bien des cliffhangers. Tout est amour et beauté, les femmes s'épanouissent dans un lac à la manière d'une pub pour une nouvelle serviette hygiénique. Et qu'on ne vienne pas me parler de poésie de la liberté et des bonheurs simples. Encore heureux qu'une menace plane sur Alex et que Piper montre les dents histoire de rester dans le thème de la prison. Seuls les fils rouges Burset - Alex - Caputo - Doggett tiennent à peu près la route tout au long des épisodes.
Dommage de gaspiller une série si bien partie au départ.

Nilia
5
Écrit par

il y a 6 ans

Orange Is the New Black
Plume231
9

Remember all their faces, Remember all their voices...!!!

Saison 1 : Le générique de début où on voit défiler en plan rapproché les parties de visages de détenues, le tout entrecoupé par des images de quelques lieux de la prison qui vont très vite devenir...

Lire la critique

il y a 7 ans

64 j'aime

12

Orange Is the New Black
MadMath
9

I heart Orange Is The New Black

Je ne ferai que répéter ce que tout le monde répète depuis le 11 juillet 2013 : WATCH THE FUCK OUT OF IT. Y'a tellement de bonnes raisons de regarder OITNB que ce serait criminel de toutes les lister...

Lire la critique

il y a 9 ans

55 j'aime

6

Orange Is the New Black
Vivienn
6

Oz ♀

Saison 1 En à peine six mois, la plateforme de VOD Netflix s'est classée comme l'un des piliers de la production de séries TV : amorcée par l'indéniable réussite House of Cards, la série de Fincher...

Lire la critique

il y a 9 ans

53 j'aime

5

The Voices
Nilia
5
The Voices

Film incomplet

L'idée de base est géniale. Un homme présente des troubles mentaux graves, voit ses animaux de compagnie parler et ne prend pas son traitement. Mais Marjane Satrapi ne va pas jusqu'au bout de son...

Lire la critique

il y a 7 ans

1 j'aime

La rose la plus rouge s’épanouit
Nilia
3

Scientifique ? (article complet spoiler)

La démarche se veut scientifique dans cet ouvrage, malheureusement, elle ne l'est pas du tout. Leonardo di Caprio constitue le point de départ de son raisonnement. D'après elle, il ne ressent rien...

Lire la critique

il y a 1 an

Deadpool
Nilia
4
Deadpool

Une parodie de super-héros au goût amer

Après les critiques positives de quelques amis, je me suis dit que ça devait valoir le coup ! Deadpool détonne dans le paysage des super-héros avec un côté humoristique qui m'a bien fait rire. Mais...

Lire la critique

il y a 6 ans