La Folie des Glandeurs

Avis sur Orelsan : Montre jamais ça à personne

Avatar Freddy K
Critique publiée par le

Depuis longtemps, comme un pari un peu fou sur un avenir improbable et incertain , Clément filme de manière compulsive et admirative son frère Aurélien et ses potes. Au tout début du commencement, alors que finalement il n'existe encore strictement rien à voir, peut être même pour simplement faire partie de la bande, Clément Cotentin capture donc le néant avec la promesse un peu folle que ses images serviront peut être plus tard à expliquer la genèse d'une formidable Succes Story digne du cinéma. Bienvenue donc à Caen au début des années 2000 dans un petit appartement bordélique en compagnie d'Orel, Gringe, Skread et Ablaye , quatre potes dignes d'un film de Kevin Smith qui rêvent sans trop se prendre la tête de simplement sortir un album de rap. Bienvenue aussi 20 ans plus tard sur Amazon Prime pour un six fois 45 minutes qui raconte de l'intérieur et avec le regard compatissant d'amour fraternel l’ascension fulgurante mais semé d’embûches de celui qui est devenu Orelsan, un poids lourd incontestable du rap français et un putain d'artiste.

Orelsan : Montre Jamais ça à Personne c'est presque l'anti Validé et sa ribambelle de cliché sur le rap game gangsta et ses péripéties bien trop spectaculaires pour être toujours tout à fait honnêtes, la série remet juste en perspective la trajectoire super attachante et bordélique de quatre potes provinciaux ordinaires liés par la musique mais surtout une formidable et indéfectible amitié. Bien loin d'être la formidable trajectoire d'une étoile filante qui brille depuis toujours Orelsan : Montre Jamais ça à Personne est souvent plus proche de la poésie maladroite et hésitante des hasards et du chao que du conte de fées musical à la Disney et c'est bien pour ça que c'est absolument formidable.

Dans le documentaire, parmi les nombreux intervenants, on entend Olivia Ruiz dire d'Orelsan et de sa bande : " Il y-a des petits garçons derrière ses vrais bonhommes et que c'est bien ça qui les rends si attachants" . Et effectivement au fil des six épisodes c'est bien ce sentiment qui prédomine, celui de voir des potes hésitants, maladroits, glandeurs, immatures, ordinaires mais toujours profondément sincères dans tout ce qu'ils entreprennent avec passion. Et si le succès et le talent d'Orelsan sont désormais incontestables le documentaire montre aussi combien ce type tout aussi ordinaire que génial n'aura cesser de se construire sur des échecs, des doutes, des faux pas et des gadins. Le documentaire revient donc sur les débuts hésitants et les revers comme après l'élimination un peu foireuse au premier round d'un battle de rap face aux cadors de l'époque (Booba - Diam's - La Fouine- Rim'K). Et puis forcément dans un désir de ne rien occulter, d'autant plus que tout est toujours finalement constructif chez Orelsan, la série documentaire revient sur la tempête médiatique et politique engendrée par le titre Sale Pute qui déchaînera les gardiens du bon goût incapables de comprendre un texte et l'intention de son interprète. A priori détaché voir amusé, on découvre aussi combien Orelsan sortira marqué par cette histoire avec les dates de concerts annulés, le tribunal médiatique permanent et la récupération politique qui de la gauche à l'extrême droite en passant par moults associations s'unira dans une même bêtise militante et aveugle. Cette dépression loin de le faire renoncer servira (aussi) de moteur au grand retour d*'Orelsan* plus affûté que jamais avec Le Chant des Sirènes en 2011. Il ne suffit pas de bêtement contempler les réussite pour gagner, le documentaire semble aussi nous dire voilà mes échecs et mate. Au plus haut du succès, loin de lui tourner la tête et l'éloigner des propriétés premières Orelsan restera le même et fera même preuve d'une magnifique démonstration d'amitié en ramenant Gringe dans le game via le projet Les Casseurs Flowters avec l'éternel fidélité du cœur. On découvre également au fil des épisodes la très belle relation qu'entretien Orelsan avec sa famille, son frère bien sur l'éternel témoin invisible, mais aussi ses parents, sa sœur, ses touchantes grands mères, une relation d'amour sincère y compris à travers l'acidité du texte Défaite de Famille de 2017.

Même si vous n'aimez pas le rap ou que vous en avez une vision caricaturale, je ne saurai que trop vous conseiller de regarder Orelsan : Montre Jamais ça à Personne car le parcours atypique de ce mec est vraiment super attachant et que souvent cette bande de potes aussi drôles que touchants semble sortir d'un délirant sitcom magnifiant la loose comme le plus beau terreau des réussites. Parfait prolongement du film Comment c'est Loin ou de la série Bloqués , le documentaire permet de retrouver cette belle bande de glandeurs magnifiques (et finalement surtout sacrés bosseurs) qui renvoie aussi à des choses universelles comme les hésitantes et éternelles galères d'une jeunesse en quête d’identification et de réussite. Si Orelsan : Montre Jamais ça à Personne est une vraie et belle réussite, il faut forcément saluer le formidable boulot de Clément Cotentin qui en plus de sa géniale prémonition sur la réussite de son frangin a tiré de plus de 3000 heures de rushs grâce à un art consumé du montage un récit addictif qui n'est jamais redondant, gratuit ni emmerdant à suivre. Même si j'aime beaucoup Orelsan et Les Casseurs Flowters depuis longtemps je ne m'attendais pas du tout à bouffer les six épisodes comme ça en deux jours avec autant de plaisir et même d'émotion.

Cerise sur le gâteau c'est un pur bonheur de réécouter les albums d'Orelsan après avoir vu la série et en connaissant les petites histoire autour de leurs créations. Une évidence s'impose alors, tout est déjà là en filigrane des différents titres car comme pour tous ses artistes qui ne trichent pas toute la sincérité transparaît dans leurs œuvres. D'une piaule minable et bordélique à Bercy , de la provocation adolescente de Sale Pute au touchant romantisme de Paradis , Orelsan a évolué mais Aurélien n'a sans doute pas vraiment changé, on retrouve toujours chez lui la sincérité un peu gauche des glandeurs magnifiques et les blessures mélancoliques déguisées sous des provocations adolescentes. La série se termine sur cette promesse que ce n'est que le début , que la fête n'est pas finie. Alors vivement la suite que l'on retrouve au plus vite le regard bienveillant de clément, le génie d'écriture d'Orelsan, la classe imparable des instrus de Skread, la fabuleuse nonchalance de Gringe et la patate et l'humour de Ablaye.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2583 fois
64 apprécient

Freddy K a ajouté cette série à 1 liste Orelsan : Montre jamais ça à personne

Autres actions de Freddy K Orelsan : Montre jamais ça à personne