Shelby connection !

Avis sur Peaky Blinders

Avatar Mathias the Watcher
Critique publiée par le

Peaky Blinders est une série mettant en scène l'ascension d'une petite famille criminelle. Les frères Shelby ravagés par les horreurs des combats en France de la première guerre mondiale se lancent dans des larcins divers afin de s'octroyer ce qui devrait être leur revenir. Mais leurs activités vont commencer à attirer les regards sur eux. La route vers ce qui sera soit le début d'un empire ou la chute d'une famille d'influence démarre dés lors...

Inspirée de faits réels mais romancés à la grosse louche, la série impose directement un style visuel très travaillé et de toute beauté (la scène d'ouverture du premier épisode est canon). Les décors sont beaux, les plans sont toujours irréprochables, les jeux de lumière sont travaillés, la production est riche en détails et les conditions de l'époque sont bien représentées. Pauvreté d'après-guerre, montée du communisme, indépendance de l'Irlande, séquelles des soldats, reproches aux hommes qui n'ont pas servi, abandon total des combattants à leur retour; rien n'est laissé au hasard pour nous plonger dans cette époque moins souvent traitée à l'écran que l'après deuxième guerre. Et cela fonctionne, l'atmosphère est presque palpable pour le spectateur...

Mais l'attrait de cette série tient à deux éléments principaux.

La première est l'accompagnement musical. Malgré un générique de début inexistant (malheureusement car personnellement j'adore les génériques qui donnent une réelle identité à leur série), la BO de la série est géniale et très présente dans le rythme des épisodes. Malgré un genre musical qui n'est pas du tout le mien à la base (mais les fans de White Stripes seront aux anges), la musique colle parfaitement au ton de la série et lui donne toute son âme.

Mais l'aspect fondamental de la série est son casting irréprochable! Cillian Murphy (Thomas Shelby) jouant la tête pensante des Peaky Blinders est juste phénoménal dans son rôle de tête pensante. Avec un regard de dingue, Cillian porte réellement la série vers le haut dans son rôle de joueur d'échecs constamment en avance sur ses adversaires et insondables pour ses proches. Paul Anderson (Arthur Shelby) est très convaincant dans son rôle de frère ainé frustré parce tout ce qu'il voudrait être et qu'il n'est pas... Et Joe Cole (John Shelby) brille dans son rôle du petit frère un peu couillon mais dévoué à l'action. Il arrive à se montrer véritablement touchant là où on ne l'attend pas. À noter qu'ils seront ensuite rejoints par le plus petit des frères (Finn) et par Michael, le fils de Polly. Tom Hardy dans le rôle du mafieux juif impayable est totalement délirant.

Mais le casting féminin n'est pas épargné Helen McCrory (Polly) dans son rôle de pilier familial quand les hommes étaient partis à la guerre, Annabelle Wallis (Grace) dans son rôle à double facettes conquérant le cœur de Tommy, Natasha O'Keeffe (Lizzie) dans son rôle de substitut à tout ou Charlotte Riley (May) sont tout aussi bonnes dans leurs rôles respectifs.

Bref que ce soit dans les petits rôles insignifiants ou dans les plus importants, il n'y a pas la moindre erreur de casting et les acteurs font vivre littéralement la série jusqu'au travail des différents accents de chaque personnage.

Mais la seule ombre au tableau (et pas la moindre malheureusement), c'est le scénario et la construction des saisons. On assiste tout le temps au même schéma de narration : une merde surgit => je la transforme en plan d'expansion parfait => trahison => ça part en couilles grave => je m'en sors tout juste grâce à une alliance qu'on n'avait pas prévue... Ce schéma entraîne pas mal d'ellipses scénaristiques et empêche les variations de tons pour développer la série. Et finalement en assistant à ce schéma un peu forcé, ce sont les intrigues personnelles liées aux personnages qui vont susciter plus d'intérêt que l'intrigue principale. Il faut avouer que les intrigues sentimentales des personnages sont prenantes en grande partie grâce au casting qui crée de véritables alchimies.

Je regrette néanmoins certains choix au niveau de ces intrigues comme le retour de Grace. Et surtout le choix de Tommy la préférant elle après sa trahison plutôt que May, la magnifique dresseuse de chevaux et femme à la poigne bien trempée... Mais bon, chacun ses goûts, je présume...

En bref, une série riche visuellement et agrémentée d'un casting d'exception sans la moindre fausse note dont la bande son donne une véritable personnalité, mais qui peine tout de même un peu à construire son intrigue principale. Un must pour les amateurs de l'époque des années 20's, d'histoires mafieuses, de Boardwalk Empire ou des séries de la BBC. Mais les plus intransigeants niveau scénario pourrait rapidement déchanter dès la saison 2...

(Critique écrite après visionnage de la troisième saison.)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 304 fois
1 apprécie

Autres actions de Mathias the Watcher Peaky Blinders