Plus on avance et mieux c'est !

Avis sur Poupée russe

Avatar Solveig
Critique publiée par le

Cette série porte vraiment bien son titre : à l'image des poupées russes, plus on avance dans les épisodes, plus on "creuse" : la psychologie des personnages ou encore l'intrigue.

A vrai dire j'ai commencé cette série un peu par hasard, car le pitch m'intriguait même s'il est plutôt conventionnel (l'héroïne qui meurt et qui revient sans cesse au même moment avant sa mort, c'est vu et revu dans un paquet de films et de séries). J'avais surtout envie de voir ce qu'une série Netflix ferait d'un tel synopsis et s'ils arriveraient à renouveler un peu le genre. Il faut admettre que je n'ai pas été déçue.

La série est composée de 8 épisodes d'une durée de 25 minutes environ, elle n'est pas longue et se regarde vraiment facilement. Du coup, même si durant les 4/5 premiers épisodes le spectateur est en mode "où est ce que toute cette histoire va nous mener ?" "comment faire le lien entre tous les éléments qu'on nous expose ?" on se surprend à vouloir regarder la suite, car les épisodes passent vite et distillent les éléments au compte goutte.
En fait, cette série fait partie des oeuvres où je me suis dit pendant plus de la moitié du temps "je vois vraiment pas où ça mène, j'espère qu'à la fin il y aura une sorte de twist ou au moins une situation qui me fera dire WAHOU C'EST TROP GENIAL COMME SCENARIO". D'habitude, je finis déçue dans ce genre de situation car l'oeuvre n'apporte pas un final de qualité... mais là, QU'EST CE QUE C'EST REUSSI BORDEL ! J'ai complètement accroché à l'idée et toute la symbolique de la série par rapport à la vie, la mort, le lien qu'il y a entre les deux protagonistes principaux (mais je n'en dis pas trop pour ne pas spoiler).

L'ambiance de la série en elle-même est assez originale, c'est une série qui se veut comique la plupart du temps, avec une part de mystère autour de l'héroïne et de ses morts à répétition. Mais les quelques derniers épisodes, ceux où l'on commence à comprendre les enjeux, deviennent plus sombres jusqu'à être inquiétants et malaisants. D'ailleurs, l'héroïne jouée par Natasha Lyonne est un des grands atouts de la série puisqu'elle incarne à merveille son personnage : la trentenaire junkie et dépressive. Je pensais être insensible à ce personnage au début, mais je l'ai trouvé vraiment drôle et c'est en grande partie ce qui m'a fait accrocher aux premiers épisodes qui sont plus "conventionnels" et où on ne sait pas trop où on va.

Donnez sa chance à cet OVNI qui mérite d'être regardé jusqu'au bout (en plus, ça ne prend pas très longtemps), dépassez les 4 premiers épisodes qui sont "sympas mais sans plus" et allez découvrir ce que cache cette intrigue intelligente et bien pensée.

(Gros pouce en l'air pour la BO aussi, mélange de titres électro et rock qui donne à la série un petit côté rebelle et fringuant)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 331 fois
3 apprécient

Solveig a ajouté cette série à 1 liste Poupée russe

Autres actions de Solveig Poupée russe