Un nouveau super-désastre pour DC Comics

Avis sur Powerless

Avatar Roch Prods
Critique publiée par le

Chronique basée sur les premiers épisodes de la série.

Emily Locke (Vanessa hudgens), jeune provinciale idéaliste, est la nouvelle recrue de Wayne Security, une filiale de Wayne Enterprises travaillant dans la conception d’équipement servant à protéger la population des dommages collatéraux causés par les supers-héros et super-vilains. Le fameux vaccin anti-gaz hilarant du Joker c’est eux ! Malheureusement, depuis ce succès planétaire, l’équipe a bien du mal à trouver un nouveau produit aussi performant… et se font largement devancer par Luthor Corp dans le domaine ! Emily fait office de dernière chance pour Wayne Security et son boss, Mr Wayne… Bruce Wayne ? Pas du tout ! Mais son cousin, Van Wayne, bien plus mineur et vantard que le reste de sa célèbre famille et voulant seulement sortir de son trou paumé pour rejoindre Wayne Enterprises à Gotham ! Si Emily et son équipe ne créent pas un nouveau gadget populaire, Wayne Security fermera ses portes… Arriveront-ils à produire un exploit ?

Contrairement aux adaptations et productions Marvel Studio, DC nous propose encore une fois une série ne faisant partie d’aucun univers télévisés déjà établi par la marque. Point de Gotham (la série), ni de Arrow-Verse de la CW et encore moins du DC Extented Universe (cinéma). C’est donc une nouvelle version de l’univers DC que l’on nous propose, afin de bien perdre une fois pour toute le public à travers toutes les adaptations. L’avantage étant cependant de pouvoir être vu indépendamment du reste, mais avec un pitch pareil, la série aurait gagné à s’inscrire dans un univers que l’on connait déjà. On aurait bien aimé voir en guest par exemple un BatFleck Wayne pour le lancement du show ! (ne me dites pas que ce n’est pas réalisable, Samuel L. Jackson étant bien passé dans Agents of SHIELD !).

Mais si le manque d’univers connecté me chagrine (vraiment par rapport au pitch), ça ne devrait pas impacter sur les véritables qualités du show… non ? Sauf que le tout manque terriblement d’ambition et ce à tous les niveaux ! On l’attendait pour avoir une série qui prend à contre-pied les mondes super-héroïques avec une bonne dose de second degré et on se retrouve finalement avec une comédie de bureau tout ce qu’il y a de plus classique. Le show ne sort jamais de son cadre de sitcom que l’on bouffe depuis des années, avec son intrigue bouclée en un épisode, ponctuée de blagues plus ou moins réussies (mais plus raté quand même) et devant être finie avant la prochaine page de publicité. Si vous n’êtes pas étranger à The Office par exemple, vous ne serez pas perdu outre mesure en plus de bien vous ennuyer au passage ! Powerless inscrit sur le papier son univers super-héroïque, mais ne le met jamais réellement en avant au-delà de clin d’œil plus ou moins appuyés. Et quand il le fait, un manque de budget flagrant rend les scènes visuellement atroces !

Bon, j’ai dit que c’était trop classique… mais on peut faire du bon classique non ? Effectivement, mais Powerless ne rentre jamais dans cette case. Au delà de sa construction, l’écriture est également complètement aux fraises, aussi bien pour les dialogues que pour les blagues retombant toutes comme un gros soufflé. Le mordant que l’on attendait laisse place au politiquement correct à outrance. Ce n’est pas non plus les personnages qui relèveront le niveau car jamais réellement approfondis. Nous n’avons qu’une « bande de geek » version télévisée de plus, à ranger du côté des stéréotypes de la culture numérique. Heureusement, il reste une partie du casting pour se divertir un temps soit peu. Aussi bien avec l’ancienne Disney-girl Vanessa Hudgens plus charmante que jamais, que Danny Pudi (Community) faisant plaisir à voir sans forcément briller, mais surtout à Alan Tudyk en cousin de Bruce Wayne ! Il est le principal attrait de la série, sa plus grosse réussite et sa seule prise de risque. Dommage que ce soit dans un tel super-naufrage.

Powerless est une sitcom sortant du formole avec 10 ans de retard et qui aurait été quand même rater à l’époque.

Coffee Quest

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 598 fois
1 apprécie

Autres actions de Roch Prods Powerless