Psycho Pass : La couleur de l'esprit criminel

Avis sur Psycho-Pass

Avatar Guillaume Bachellerie
Critique publiée par le

Psycho Pass se déroule au Japon du XXIIe siècle. Les progrès technologiques ont permis de crée une sorte de "big brother" et un pays Pseudo utopique ou chaque citoyen est heureux (enfin doit être heureux). Ce système informatique autonome et objectif permet de mesurer instantanément l'état mental d'une personne, sa personnalité et la probabilité qu'elle commette des crimes grâce à un dispositif installé sur le corps de chaque citoyen appelé «Psycho-Pass». Lorsque cette probabilité, mesurée par le niveau du «coefficient de criminalité», est trop élevé chez certaines personnes : ces individus sont poursuivis et appréhendés ou si nécessaire, abattus. Cette tâche est effectuée par une équipe spéciale de criminels potentiels appelés Exécuteurs, qui sont supervisés par des policiers non criminels appelés Inspecteurs. Les Inspecteurs s'assurent que les Exécuteurs exercent leurs fonctions dans les limites qui leurs sont imposées. Les Inspecteurs et Exécuteurs utilisent une arme spéciale polymorphe appelée «Dominators», conçus pour tirer uniquement sur ceux ayant un coefficient de criminalité plus élevé que la normale. L'histoire suit l'unité 1 de la Division des Enquêtes Criminelles du Bureau de la Sécurité Publique.

L'animé est divisé en deux parties distinctes. Les 10 premiers épisodes servent à peindre "la toile de fond". C'est une série d'enquêtes intelligente et poussée servant à cerner les personnages, les règles du bureau, l'univers de l'animé. Le tout saupoudré d'une réflexion vis à vis de l'utopie, avec une poignée de psychologie humaine, et un bol de transhumanisme et une pincée de philosophie grâce à l'exploration des points de vue de chacun des personnages et criminels.
La seconde partie de l'animé est centrée sur la découverte d'un complot, sur la remise en question des fondements du système Sybille et le développement de certains personnages. Je ne peux en dire plus pour éviter le spoil.

Le scénario est donc souple et intelligent. On y retrouve certains éléments appréciables et détestables des séries policières TV, mais le tout ayant été retravaillé pour éviter le cliché ou le déjà-vu notamment grâce au côté SF de l'animé. On nous présente une société japonaise du XXIIe siècle plausible.
Le questionnement philosophique, la psychologie humaine, la politique sont les sous thèmes de cet animé. Il est appréciable de voir un animé traiter de ces sujets sérieux grâce à un scénario d'anticipation plutôt réussis.
En effet, les lacunes du background de l'animé ne sont pas rendus très visibles, et peu de questions se posent sur la plausibilité et le réalisme de l'univers de l'animé.

Graphiquement Psycho-Pass est au top pour son genre. Villes et environnement Urbain, péri-urbain et campagnard réussis. Effets météo et ciels réussis. Les objets, écrans, design des systèmes informatiques et des armes sont à 100% à mon gout. Les effets de tir, effets spéciaux sont réussis.

La mise en scène est un chef d’œuvre, chapeau bas pour celle-ci ! Les plans de vue sont atypiques et digne d'un film ! Certains sont semblables à ce que l'on peut voir dans Star Gate Universe. Sensation d'être observé, "filmé" depuis le plafond, angles de vues réussis.

Les personnages sont très bien travaillés sans tomber dans le cliché absolu. Leurs design est réussis et les gens réalistes, donc pas de mega boobs, mini jupes, décolletés rivalisant avec le gouffre de Padirac et couleurs de cheveux à faire pâlir un prisme !
Les caractères est humain et rend donc leurs actions plausibles. Chacun reste souple et sensibles aux arguments des autres à sa manière.
Le point négatif serait le manque de développement des personnages secondaires (hors de l'équipe d'intervention) et des autres membres du bureau de la sécurité publique.
Le seul gros bémol est le design holographique des robots de patrouilles. C'est un énorme fail. L'auteur à tirer une balle de .357 magnum dans le genou de son œuvre. Ces bonhommes holographique dont la tentative est de rendre la police "Kawaii" ruine complètement l'immersion. Si on enlève ce seul et unique détail l'animé devient du genre policier noir. Un autre design auraient franchement pus être inventé. C'est comme habiller les membres de la brigade de contrôle en bizounours dans Blade Runner.

La bande son est excellente, musiques à mon gout, openings de qualité, effets sonores réussis, ambiance son adaptée et collant avec le thème/époque.
Le doublage des voix en Japonais est réussi. Les voix collent parfaitement à chaque personnage.

Pour conclure Psycho-Pass est un excellent animé qui est pour moi un coup de cœur (D'où le 10).
Tout dedans y est réussi. Le suspense, l'intrigue et le rythme fait que vous aurez envie de le dévorer en une fois.
Les thèmes sérieux abordées dans l'animé vous donnerons envie de réfléchir.
Objectivement l'animé mériterait la note maximale si l'horrible l'apparence holographique des robots de patrouilles, qui me donne envie de me taper la tête contre la table à chaque fois, aurait été retravaillé.

Je recommande vivement, surtout aux fans du de SF et/ou du genre policier !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 720 fois
3 apprécient

Guillaume Bachellerie a ajouté cet anime à 2 listes Psycho-Pass

Autres actions de Guillaume Bachellerie Psycho-Pass