It's OK to be gay.

Avis sur Queer as Folk (US)

Avatar E-Stark
Critique publiée par le

Entre stéréotypes et clichés, Queer as Folk tente tant bien que mal de dépeindre la communauté homosexuelle, sans pour autant la vanter ou la porter en lumière, elle la dépeint surtout dans le contexte de son époque. La série parle avant tout d'êtres humains, de leurs sentiments et leurs vies respectives.

On pourra reprocher à Queer as Folk de dépeindre le milieu gay comme une sphère où le sexe fait la loi, cependant si cette image n'est pas totalement erronée, elle ne révèle en rien une généralité. J'ai pour ma part eu un peu de mal à me retrouver en tant que gay dans cette vision, mais il est pourtant vrai que beaucoup de choses sonnent ici très vraies. Notamment cette préoccupation constante pour les apparences, ou bien la façon dont on perçoit nos semblables. Si Queer as Folk montre des tranches de vie, c'est une série qui à l'inverse de Desperate Housewives par exemple ne donne pas de leçons, il n'y a que très rarement des jugements portés dans cette série. Est-ce là sa vraie qualité, celle dépeindre sans se soucier de ce que cela peut représenter ? Pour ma part je pense que oui, car nous ne demeurons finalement que simple spectateur.

Outre cet aspect audacieux, la série est également peuplée de personnages plus ou moins attachants, j'ai pour ma part trouvé le personnage de Brian très antipathique au départ et finalement assez fascinant, il contraste parfaitement avec celui de Justin. Emmet et Tedd n'étant finalement que des annexes, même si les intrigues les concernant ont de l'importance. Evidemment il est impossible de faire l'impasse sur Michael, le second personnage principal de la série. Ultra agaçant et égocentrique, que l'écriture tente pourtant de faire passer pour le "gentil" de la bande, celui sur lequel chacun devrait pouvoir s'identifier. Pour ma part il est le personnage qui m'agace le plus, d'autant plus que Hal Spark s'avère être un piètre acteur. Le couple lesbien quant à lui est là pour nous rappeler quelques sujets importants, notamment la fidélité et la famille, ce qui est appréciable et adoucit un peu l'ensemble qui verserait trop dans la débauche sinon. Bien entendu parmi les second-rôles on pense à Debbie, la mère de Michael, l'atout comique de la série qui s'avère effectivement assez irrésistible. Côté écriture il n'y a pas grand chose d'exceptionnel, si ce n'est que le tout est suffisamment bien construit pour donner envie de savoir la suite. La mise en scène quant à elle demeure plutôt bonne et offre même des moments très beaux et touchants.

Queer as Folk est loin d'être une série inégale, bien qu'elle possède des points faibles, elle se laisse suivre sans trop de soucis dès lors que l'on en accepte le côté trash et audacieux. Une série pionnière qui a marquée son temps et qui s'avère malheureusement sur bien des aspects, notamment les droits, toujours d'actualité.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1202 fois
9 apprécient

E-Stark a ajouté cette série à 3 listes Queer as Folk (US)

Autres actions de E-Stark Queer as Folk (US)