Rushident Evil

Avis sur Resident Evil: Infinite Darkness

Avatar Ota
Critique publiée par le

Resident Evil : Infinite Darkness (raccourci en ID pour la suite), une série RE que j'attendais au tournant. Contrairement aux films 3D plutôt action, cette série avait l'air de se concentrer au contraire sur le sérieux et l'effroi des racines de la série (en faisant notamment revenir Leon et Claire, les héros de RE2)

Sauf que voilà, entre avoir les ingrédients pour bien faire, l'intention de bien faire et bien faire, il y a un énorme fossé entre les 3. Et si tu t'en tiens pas au 3ème point, bah ça marche pas.

La série démarre sur les chapeaux de roue : Leon est demandé aux côtés d'une unité d'élite pour protéger le Président des États-Unis (rien que ça). Cependant, les choses dégénèrent très vite, devant faire face à une invasion de zombies dans la Maison Blanche. Apprenant que le serveur Intranet a été piraté, Leon devra découvrir qui est le coupable. Pendant ce temps, Claire Redfield travaille dans une ONG apportant de l'aide humanitaire aux victimes de la guerre civile au Penamstan.

Si on prend les points positifs : la partie de Léon est vraiment cool à suivre, puisque c'est elle qui a droit aux phases d'horreur. Graphiquement, c'est vraiment beau. Et c'est à peu près tout

Oui je reproche beaucoup de choses à ID. Déjà la partie de Claire, qui est absolument pas travaillé par rapport à celle de Leon, c'est une enquête policière somnolante au possible, elle a eu de meilleurs moments dans RE2 quand ça 1v1 du Tyran ou même dans RE Degeneration où c'était pas la meuf inutile et à sauver. Les nouveaux persos, Jason et Shen Mei, sont inintéressants au possible. Ils ont un flashback chacun. Et c'est leur développement. Oui oui. Le mastermind de la série est tout aussi nul à chier, en plus d'être mega prévisible (plus que celui de RE1 en tout cas).

Et là je vais parler DU gros défaut de la série : le rush. La série a pas le temps. On a que 4 épisodes soit 1h30 max pour développer et conclure la série (on repassera sur l'intérêt de proposer ça en série plutôt qu'en film, c'est juste débile) . Du coup la série se retrouve à rusher de manière débile, multipliant les incohérences et les moments stupides. C'est notamment le perso de Jason qui en pâtit le plus, laissant de nombreuses questions derrière lui :

Pourquoi est-ce qu'il n'est pas mort quand Leon lui a tiré dessus ? Comment a t il pu se transformer en Tyran seulement après avoir retrouvé Wilson ? Comment peut-il se transformer en Tyran et garder sa conscience ? Pourquoi a t il tué Shen Mei ?

Également, la fin est un crachat à la gueule de Leon.

Le mec te fait un discours sur pourquoi le gouvernement américain est pourri à avoir fait raser Racoon City, mais refuse de révéler les affaires d'armes bio chimiques au grand jour. Je suppose que ton discours 2 épisodes plus tôt c'était du vent ?

Je ne repasserais pas sur le bestiaire du film qui s'élève à 3 monstres, dont 1 nouveau et 1 qui est un ennemi bien connu mais encore modifié. Super.

En bref, ID s'est révélé être une série décevante pour moi. Peut-être en attendais je beaucoup d'une série qui devait se rapprocher bien plus de l'ADN horreur du 2, que de l'ADN action proposé par les 3 films 3D. Et justement, je vous conseille personnellement, plutôt que cette série, de regarder ces 3 films. Pas comme des films sérieux, mais seulement comme truc pour occuper le temps, ça marche plutôt bien. Hésitez pas à regarder Vendetta avec des amis, c'est des barres de rire assurées.

J'espère que comme la Saison 1 de Castlevania, ces 4 épisodes n'étaient qu'une ébauche et que la série reviendra avec bien plus d'épisodes, car elle a clairement en elle les ingrédients pour faire une très bonne série d'épouvante.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 717 fois
4 apprécient

Autres actions de Ota Resident Evil: Infinite Darkness