Inversion historiographique

Avis sur Rome

Avatar Aqquar
Critique publiée par le

Rome n'est pas exempte de défauts.

On pourrait citer le fait que la série qui se veut historique, se perd parfois dans ses errances narratives au seul profit de rajouter un peu d'action et de style à une histoire qui en possède déjà suffisamment comme ça, impliquant des changements historiques majeurs. C'est d'autant plus dommage que nombre de gens, avide de savoir, prendrons probablement ces changements au pieds de la lettre. Il sont en effet disséminé parmi tant d'éléments véridique qu'on les absorbes sans poser de question, et comment donner tort à des néophytes qui sont loin de se douter que Quintus Pompée s’appelle en réalité Sextus Pompée et qu'il n'est certainement pas mort comme un paysan des mains d'Antoine dans une arrière cours. Et c'est fort dommage car cette série avait tout pouvoir d'apporter connaissance et savoir sans en faire trop.
Ainsi, si il est agréable de voir que des évènements comme la mort de Pompée, celle de César (même sans le très cliché "Kai Su Teknon"), l'accaparation du pouvoir par celui ci après le franchissement du Rubicon etc... sont très bien représentés, on reste un peu dubitatif (en tant que connaisseur) quand Atia survit bien des années, que Cassius et Brutus ne se suicident pas mais préfèrent la bien plus dramatique mort l'arme à la main ou que l'épisode de la formation du second triumvirat est simplifié, torché, baclé comme c'est pas permis.

Mais passons outre ces considérations qui, bien que dommageables, sont compréhensibles dans le cadre de la construction du récit (mais tout de même dommageables hein). Le vrai problème de la Série, c'est la grève des scénaristes. Mais siii en 2007, les caca nerveux des scénaristes qui voulaient être encore plus payé pour continuer à pondre des scénarios de plus en plus pourris!! Bah voila, du coup la Saison 2 est baclée à partir de l'épisode 6, les évènements trop vite enchainés (Triumvirat et bataille de Philippes torchés en moins d'un épisode yay) période du second mandat triumviral totalement oublié. Conclusion de l'histoire Vorenus/Pullo indigne... C'est pas de leur faute et en même temps, c'est énervant. Du coup les personnages sont sous-developpés, essentiellement la relation entre Antoine et Cléopatre, ou encore les personnages d'Aggripa ou de Mécène.

Enfin, dernier point négatif: le manque de rationalité économique. A l'époque en effet, Rome est la série la plus cher de l'histoire. On comprend bien que tous ces décors réels ont du couter bonbon (magnifiques d'ailleurs), mais où est passé l'argent quand il s'agit de représenter les champs de bataille? Les seuls qu'on voit son représentés symboliquement, c'est dommage et on a un peu l'impression de se voir retirer un succulent gâteau lorsque l'histoire fait une ellipse peu subtile sur la bataille de Pharsale, expliquant d'on ne sait où que César l'a remporté malgré toutes les augures contre lui. C'est certes historiquement correct, mais ça semble louche dans la série.

Passons maintenant aux bon points. Je ne m'étendrais pas outre mesure sur les décors sublimes, la musique parfaite, les acteurs excellents, la direction artistique parfaitement juste.
La Rome antique, bien qu'un peu excessive dans sa représentation, semble tout à fait correcte (malgré de nombreuses incohérences temporelles tout à fait pardonnable, comme la présence de bougies par exemple), et ça fait plaisir de sortir des clichés habituels. Par ailleurs les relations sociales sont correctes elles aussi, entre esclaves/ maitres, Plèbe/ Noble, Civils/ Militaires, magistrats etc... Quelques imprécisions viennent poser quelques questions mais dans l'ensemble on apprend pas mal de choses.

Enfin, le point que j'adore dans cette série, c'est l'inversion historiographique.
En France, César, c'est le bien, et les césaricides, c'est le mal. C'est comme ça. Même avec le plus grand soucis d'objectivité, on a du mal en France (et un peu partout) à éviter cet écueil de la subjectivité. Cependant, doit on vraiment prendre parti dans l'histoire? César est associé à la gaule, et donc par extension à la France, mais ça n'en fait pas pour autant le parangon du bien. Là ou Rome est intéressante, c'est qu'elle fait la démarche analytique inverse. Elle représente bien César, Octavien et Marc-antoine (dans une moindre mesure) comme des êtres intelligents et subtils, mais aussi en manipulateurs, en arnaqueurs, voire en escrocs, tandis que les autres sénateurs, représentant le conservatisme politique, qui en viennent à tuer césar, sont presque considéré comme les gardiens d'une certain morale. En ce qui me concerne, j'ai éprouvé plus de tristesse à la mort de Cassius, Brutus ou Ciceron, que je n'en ai eu à celle de César ou Marc-Antoine, qui pourtant sont les héros de l'historiographie française.

Renverser les codes, c'est pas nouveau, mais cette série le fait bien, et avec des intentions honnêtes.
Rien que pour ça, la série vaut la peine.

Aq.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 211 fois
0 apprécie · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Aqquar Rome