👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Difficile d'aborder cette émission sans produire un texte qui ne repose que sur un système de codes et d’allusions ultra référencé et qui paraîtra totalement opaque à quiconque ne sera pas du tout familier avec le milieu des drag queens. Je vais donc commencer par présenter un peu le "contexte" de cette émission et de son illustre présentateur.

RuPaul Charles, plus connu sur le seul nom de RuPaul est une drag queen américaine célèbre depuis les années 80 et qui a fait un peu de tout : de la télévision (talk shows avec Michelle Visage, son acolyte), de la musique (une flopée de tubes au succès divers dans un registre disco-pop-électro-synth-glam-gay-retro-ringard-fun), du entertainment à l'américaine (monde la nuit et des drag queens, shows, concerts, soirées, night clubbing, etc), du cinéma (en tant que drag et en tant qu'homme, cf But I'm a Cheerleader par exemple). RuPaul est bien évidemment plus connu outre-Atlantique qu'ici mais bon nombre de quadras hétéros un peu ouverts d'esprit - genre mes parents - connaissent au moins de réputation et quelques chansons.

Maintenant, RPDR. En ce moment est sur le point de s'achever la 6e saison de ce reality TV show produit par LogoTV (l'équivalent US de Pink TV dirons-nous). L'émission qui a commencé comme un petit format - moins de candidates, moins d'épisodes, moins de moyens - est devenue petit à petit un gros succès de niche sur le câble et surtout sur internet. Une septième saison est annoncée et j'en bave d'avance. Le concept est simple : chercher la nouvelle star des drag queens américaines parmi une sélection de candidats variée : des jeunes, des moins jeunes, des pros, des débutants, des noirs, des hispanos, des blancs, des gros, des minces, des androgynes, des camps, des "fish" (ceux que l'on prend aisément pour une femme).

Tout cela avec des épreuves imposées, des mini challenges, des main challenges, un défilé final et pour les deux moins bons, un duel de lip sync (une sorte de playback) sur une chanson culte du milieu gay. En face, des juges : RuPaul, Michelle Visage et Santino Rice, peu connus du grand public européen et un peu plus connu aux USA (TV reality, monde de la nuit, de la mode) et des guests, de plus en plus prestigieux : ex-membres de groupes adulés des homos, candidats de TV realités et personnalités gays ou activistes reconnues. Citons Chaz Bono (fils transgenre de Cher), Neil Patrick Harris et son mari ou encore l'actrice qui joue Cersei dans Game of Thrones rien que pour cette saison 6.

Alors évidemment, regarder cette émission (téléchargement pas forcément très légal sur le net) implique de bien comprendre l'anglais (pas de sous titres ou très difficilement, et en anglais dans le meilleur des cas) et de vite se faire à l'argot du milieu drag dont quelques dictionnaires sont disponibles en ligne : "reading", "sickening", "fishy", "fierce", "sashay away / chantay you stay", "throwing shade", "no T no shade", etc, etc. Culturellement c'est assez passionnant d'ailleurs. Perso j'aime cette émission parce qu'elle me fait rire et qu'elle a le mérite de présenter un divertissement de qualité pour le genre TV réalité : mine de rien les candidats doivent savoir chanter, danser, jouer la comédie, faire rire, improviser, avoir de l'esprit, être créatifs, coudre, etc. Et l'émission montre bien tout ce processus créatif à l'oeuvre en se focalisant sur l'atelier (workroom). Les références culturelles viennent peu à peu et sont variées (cinéma, musique, carrière de RuPaul, TV américaine, etc), elles sont un plus pour tout bien comprendre mais ne sont pas non plus toujours nécessaires.

Et puis il y a les clash entre candidats, les répliques cinglantes, les moments de pur délire, les lips sync dantesques, la folies et la démesure qu'on peut attendre d'une émission aussi délibérément queer et décomplexée. Un public masculin hétérosexuel sera peut-être un peu perdu devant tout cela, mais franchement, cela mérite le coup d'oeil si vous êtes branchés par les trucs décalés.

Et en attendant le verdict de cette saison (plus faible que les précédentes en termes de qualité je trouve), moi je vote Bianca Del Rio.
Krokodebil
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes 2014 : séries vues, entamées ou terminées et 2015 : séries vues, entamées, terminées, abandonnées.

il y a 8 ans

55 j'aime

11 commentaires

RuPaul's Drag Race
Thomas_le_Govic
8

"Chantay, you stay" !

Tout commence par un début de soirée tranquille avec mon copain d'origine américaine. Nous nous lovons l'un contre l'autre, tendrement. "Ca te dérange pas si on fume un joint ? - Non t'inquiète, on...

Lire la critique

il y a 7 ans

15 j'aime

RuPaul's Drag Race
Lenoskaa
7

We're all born naked, and the rest is love

J'aime pas la télé-réalité, rien d'original là-dedans. J'adhère pas au concept, que je trouve malsain, et jusqu'où les gens sont capables d'aller pour de l'audience. Mais je suis une fille très...

Lire la critique

il y a 5 ans

10 j'aime

RuPaul's Drag Race
plezirdezie
8

Rupaul’s Drag Race

J’avoue que pendant très longtemps, je n’ai pas été à l’aise avec le travestissement, en Martinique, où j’ai grandi, il y a pour tradition de travestir les petits garçons en filles pour le carnaval,...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

Rush
Krokodebil
8
Rush

Le bec de lièvre et la tortu(rbo).

Pourquoi aimé-je le cinéma ? On devrait se poser cette question plus souvent. Elle m'est venue à l'esprit très rapidement devant ce film. Avec une réponse possible. J'ai d'ailleurs longtemps pensé...

Lire la critique

il y a 8 ans

116 j'aime

12

Gravity
Krokodebil
8
Gravity

L'extincteur (Guyness) et la grenouille (Kenshin) : version modernisée de la fable.

Cette humble critique est une réponse, ou lettre ouverte, à trois critiques en particulier : - son titre est emprunté à celle de guyness http://www.senscritique.com/film/Gravity/critique/26614866 -...

Lire la critique

il y a 8 ans

107 j'aime

32

Mister Babadook
Krokodebil
7

Mother, son, wicked ghost.

La cinéma australien au féminin est fécond en portraits de femmes un peu paumées, ou complètement névrosées. Il y a les héroïnes têtues et déterminées de Jane Campion, les monstres effrayants (Animal...

Lire la critique

il y a 8 ans

100 j'aime

10