" Dis, et si on s'embrassait? "

Avis sur Seishun Buta Yarou

Avatar Angel Adfectus
Critique publiée par le

Critique divisé en deux parties: une après le visionnage des 3 premiers épisodes, l'autre après la saison complète.

Premièr avis (04/11/18).
Seishun buta Yarou, anime sortis du light novel de Kamoshida Hajime, inconnu de mémoire. Quelle fut ma surprise quand j'ai découvert qu'il était le créateur original de l'excellent Sakurasou no Pet na Kanojo que j'ai complètement dévoré. Je l'avoue, cela va peut-être biaiser mon point de vue sur cette oeuvre-ci, car faut dire que je l'ai vraiment apprécié.L'histoire de Seishun Buta Yarou se centre sur Sakuta, un jeune lycéen d'apparence normale qui a pourtant une mauvaise réputation à l'école dû à un acte sévère dans le passé qui n'a en réalité pas eu lieu. Il rencontre dans la bibliothèque de l'école une Bunny Girl que tout le monde ignore: Mai. Il s'avère que cette dernière est une célébrité qui a fait plusieurs séries TV. Problème: elle devient invisible à l'oeil de plus en plus de monde, jusqu'à finir inconnue pour l'ensemble des personnes. Et c'est ainsi que l'intrigue commence.Il faut dire que la thématique centrale basée sur le thème de la mémoire n'est pas nouvelle. On le retrouve dans de plus en plus des séries et films à succès: Your Name, Re:Zero... Mais c'est un sujet épineux car il aborde de fortes dissonances entre un personnage X qui se souvient d'une chose et d'un personnage Y qui ne se souvient pas de la même chose. Cela crée une forte tension pour X qui ne sait plus quoi faire. La mémoire veut être préservée. La perte entache l'estime de soi et fait plonger dans le désespoir. Ainsi, Sakuta va essayer de comprendre le phénomène qu'il est en train de voir et va par la suite des choses découvrir qu'il est aussi concerné par la même chose. Cela entraine des tensions supplémentaires. Nous n'avons plus affaire à un personnage détacher de l'enjeu, mais inclus dans l'enjeu. On rajoute une romance derrière, un tel mystère lié à des phénomènes psychologiques et le tour est joué.

Un des intérêts que je tiens à souligner est la présence de réelle théorie. Le chat de Schrodinger est un cas connu en mécanique quantique et en exemple d'expérience de pensée tout comme la boîte noire de Skinner en Psychologie expérimentale. L'histoire se fixe sur le syndrome de la puberté et l'exploite à fond, quitte à sortir d'une réelle psychologie pour en concevoir une histoire qui ne sort pas du champ de la réalité.
C'est ici que je trouve un point de césure avec ce que j'aurais aimé. On sort de la réalité pour agrémenter l'histoire avec de la pure fiction (pour créer plus de choses et que ce soit plus stimulant, évidemment) et on extrapole le concept de base. J'avouerais ne pas connaitre de "syndrome de la puberté", et malgré mes recherches je ne trouve pas d'explications rattachées de façon psychologique (je tombe sur beaucoup d'articles au niveau corporel, très peu sur un cas pathologique/psychotique/névrotique). Il existe en effet certains syndromes qui montre certains comportements similaires (moins poussés) lié à des thématiques d'anxiété sociales, d'angoisse, dépression etc. J'apprécierais que l'anime étaye un petit peu la chose et plonge dans ses différentes thématiques, ne serait-ce qu'en surface.

Côté plus pragmatique, les personnages ne sont pas vraiment excentrique comparés aux anime du genre. C'est même plutôt l'inverse. On trouve beaucoup de dialogue direct avec dû rendre dedans, ce qui facilite les sketchs. Et à vrai dire, c'est plutôt agréable car ça n'explose pas à l'image, mais explose sur le message. L'animation est d'une qualité tout à fait raisonnable (j'ai pu voir certains plans bien fournis de personnages qui n'étaient pas si bâclés que cela). Petit plus sur certains plans 3Ds qui passent vraiment bien (qualité de l'eau en fond à l'épisode 2 à titre d'exemples).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1215 fois
3 apprécient · 3 n'apprécient pas

Angel Adfectus a ajouté cet anime à 1 liste Seishun Buta Yarou

Autres actions de Angel Adfectus Seishun Buta Yarou