Ce n’est pas très surprenant, mais qu’est ce que c’est beau...

Avis sur Steven Universe Future

Avatar tawastatoo
Critique publiée par le

Au moment où j’écris ces lignes, cela fait 3 minutes et 30 secondes que le générique de fin du dernier épisode de cet épilogue s’est achevé. Et je dois bien l’avouer un grand vide s’empare de moi.

Je ne peux pas dire que j’ai toujours été là, à guetter la sortie des épisodes. Non je n’ai découvert cette série il y a un peu moins de deux ans lors de l’été 2018 alors que la saison 5 de Steven Universe était en train de sortir à un rythme assez ralenti. Cela faisait un an que je m’étais remis à regarder des séries d’animation. J’en regardais énormément lorsque j’étais plus jeune, puis lasser de ne rien découvrir d’extraordinaire, j’ai finalement arrêté. Puis La bande à Picsou a eu un remake, je l’ai regardé par curiosité, j’ai trouvé ça très sympa et je m’y suis remis.

Et 1 an plus tard je découvre Steven Universe. Les premiers épisodes sont sympas, le format 10 minutes me rebute un peu mais c’est plutôt bien géré. Puis un épisode sort du lot et me surprend totalement. Puis un autre. Oh et encore un autre, jusqu’au moment où je me rend compte que la série ne cesse de me surprendre. Et déjà alors que la saison 1 n’est pas encore terminée, les personnages ont évolué de façon... de façon... allez je le dis : PARFAITE.

Je continue mon visionage et alors que je regarde à un rythme que je n’ai jamais réussi à renouveler, les 5 saisons, je comprends que je viens de regarder ce qui est ma série animée préférée. Un coup de cœur incroyable. J’accélère un peu jusqu’à la sortie du film que j’attendais évidemment avec impatience. Au premier visionage je suis un poil déçu du manque de rebondissements ainsi que de l’histoire qui manque d’originalité alors que la série n’en manquait pas. Mais les visionages suivants me font réaliser que le film reste excellent, et notamment ses chansons juste incroyables. Et que dire de l’antagoniste qui à vrai dire porte d’une main de maître l’antagoniste.

Finalement est annoncé cette série, un épilogue de 20 épisodes. Évidemment particulièrement attendu. Que dire... Lorsque j’ai vu la série originale je me suis dit que Steven devait être très fort après tout ce qu’il a vécu pour ne pas péter un câble. C’est d’ailleurs cette évolution dans la maturité de Steven qui m’épate toujours entre le début de la série et la fin de la saison 1 (L’épisode « The Test » est pour moi l’exemple parfait). Et bien, c’est sur un pétage de câble dû aux événements de la série de base que cet épilogue va se concentrer.

L’idée est intéressante et parvient à renouveler un peu la série. Cependant, on a plusieurs soucis. Je les listes rapidement puis je vais faire dans le détail.
-On a un problème d’originalité dans un certain nombre d’épisode
-L’évolution de certains personnage n’est pas à la hauteur.
-Les musiques sont (un peu) moins marquantes
-Le concept ne permet pas de clairement surkiffé les épisodes.

Commençons par ce dernier point qui n’est pas claire. Prenons le début de la saison 5 de Steven Universe:

Steven et Connie sont en froid pendant plusieurs épisodes. Ces épisodes sont intéressants car Steven fait face à une toute nouvelle situation. Cependant, à titre personnel j’ai beaucoup de mal avec cet arc. Pourquoi? Parce que cette série suit TOUJOURS Steven Universe. Par conséquent voir Steven qui est affecté par sa dispute, et bah pour le spectateur ce n’est pas agréable. Même si d’un autre côté, l’effet est plutôt réussi puisque Rebecca Sugar réussit à faire que le spectateur ait de l’empathie pour Steven.

Et bah là c’est pareil, la majorité des épisodes, c’est Steven qui s’énerve de plus en plus facilement pour un rien. Bien que les raisons soient compréhensibles et qu’une crise d’adolescence peut également expliquer son tempérament... et bien c’est pas ultra agréable à regarder. C’est efficace parce que le spectateur ressent ce qu’il doit ressentir mais en même temps je regarde pas ce dessin animé pour voir Steven dans cet état... c’est très compliqué et, à vrai dire peut être suis-je le seul à ressentir ça, mais ce genre de sensations me font dire que j’aurais préféré que le concept de cet épilogue ne soit pas celui-là. Pourtant je ne peux par critiquer trop sévèrement ce choix, surtout qu’en essayant d’y réfléchir je ne sais pas ce que j’aurais voulu pour cet épilogue.

Parlons rapidement des chansons, elles sont globalement bonnes, mais, pour la plupart, moins mémorables que celles de la série ainsi que du film. Mais elles se laissent écouter avec plaisir tout de même!

La série est composé d’épisodes qui varient entre excellent, et le correct. Seul un épisode est à mon sens mauvais et je vais en parler ici:

L’épisode Bluebird part d’une très bonne idée, elle prend deux antagonistes de la série originale qui n’ont jamais accepté Steven Universe, Aquamarine et Eyeball, et les faits fusionnés. Ces personnages sont excellents dans la série d’origine car ils font partie des rares personnages qui n’ont pas de rédemptions. Aquamarine est en plus un antagoniste particulièrement efficace et effrayant, qui en fait l’un des meilleur antagoniste de la série. Cependant pour une raison qui m’échappe complètement, cette série en fait des antagonistes complètement stupides tournés au ridicule. Cela gâche complètement l’évolution de ces personnages, je ne comprends pas ce choix. Et étant donné que l’épisode leur ait consacré, évidemment que je n’ai pas aimé cet épisode! De plus rien ne conclut réellement ce qu’il advient de ces personnages, ils sont présent pour un unique épisode et c’est finit. Vraiment c’est incompréhensible.

Beaucoup d’épisodes sont prévisibles au possible, je pense à Bismuth Casual, Guidance, Everything is fine, ou encore l’un des épisode final, I am my monster. Cependant ces épisodes ont beau être prévisibles, ils restent pour la plupart efficaces. Les personnages sont toujours attachants, l’identité visuelle est très réussis et l’ambiance est toujours ce qui réussit à faire fonctionner le tout.

Si certains épisodes sont un peu plats voir même ce répète un peu (on reste quand même plutôt sur la même thématique pendant les 20 épisodes) il y a des épisodes qui sortent du lot.
« I am my monster » est un épisode sans grands rebondissements mais efficace et qui reste dans ce qu’on imagine pour une série Steven Universe.
« Little Graduation » réussit l’exploit d’être un excellent épisode consacré non pas aux gems mais aux habitants de Beach-City (et ça c’est particulièrement difficile!)
« Together Forever » est l’un des épisodes les plus surprenant (pour ne pas dire le plus surprenant) de cette salve. Honnêtement il exploite une partie que jamais je n’aurais imaginé voir dans cette série.
« The Future » est l’épisode final de cette série qui conclut bien la série (même si deux/trois trucs restent un peu en suspend quand même...)

Et quand même... c’est vraiment un peu simple de passer du moment du craquage de Steven au moment où tout va mieux. Je pense qu’un épisode pour comprendre comment il sort de ce burn out n’aurait pas fait de mal...
Sans parler de l’absence de conclusion pour les deux Lapis Lazuli de l’épisode Why so blue ainsi que pour la fusion Bluebird.

Mais finalement le meilleur épisode pour moi reste quand même « Volleyball » qui est tout simplement excellent quant à sa construction avec, encore une fois une bonne surprise dans sa dernière partie.

En tant qu’épilogue, cette série remplit bien son rôle. On a une conclusion plus que satisfaisante pour tout les personnages. Certaines choses restent en suspend, mais au final cette fin elle est belle. Steven Universe Future a ses défauts et ses qualités, et il est vrai que les qualités de Steven Universe Future sont des qualités déjà présentent dans le matériau de base. Mais oui, ça suffit à rendre cette série assez bonne, pour ne pas dire très bonne. Malgré ses défauts, visuellement c’est beau, l’ambiance sonore est très bonne, les situations sont émouvantes la plupart des évolutions des personnages sont réussis et la mise en scène est toujours parfaite. Et on retrouve ce qui fait le sel de Steven Universe, et ce jusqu’au bout.

Car finalement qui d’autre que Steven Universe réussit à rendre un épisode de 10 minutes avec quasiment rien dedans comme étant une incroyable beauté. Ce final en est la preuve. Il n’y a pas grand chose dans ce final. Presque rien. Et pourtant l’épisode est beau. Le future est beau et émouvant! Ça me rappelle même Alone Together, avec la fusion de Connie et Steven. L’épisode est vide, il n’y a rien et pourtant... pourtant... putain que c’est beau.

Je n’ai pas trouvé Steven Universe Future sensationnel, mais je l’ai aimé. Je l’ai aimé au point de me regarder la quasi totalité de cet épilogue en direct, et même au point d’écrire une critique 3 minutes 30 après la fin de cette série. Et ça, je pense que c’est beau.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 303 fois
1 apprécie

Autres actions de tawastatoo Steven Universe Future