Les Contes de la ville d'Hawkins

Avis sur Stranger Things

Avatar Neo Cosmic M
Critique publiée par le

Les modes sont quelques choses qui sont difficiles à prévoir. Que ce soit en terme de film ou de série, il y a des œuvres qui surfent totalement dans une mode, certaines essayent d'en créer. Au niveau des séries Netflix, la mode a toujours été jusqu'en 2017 d'être à contre courant de ses modes. C'est à dire, proposer des séries qui n'ont pas le même ton, la même ambiance, bref en décalage avec les autres séries dites mainstream. Stranger Things est un cas particulier car non seulement elle assume pleinement la mode de la nostalgie, à savoir adapter une histoire clairement avec l'ambiance des films comme E.T, Stand By Me et les Goonies, mais se retrouve à proposer vraiment autre chose avec des séries plus actuelles. Le résultat pour une première saison est donc une série qui prend son temps à installer l'univers et les bases et est tellement ancré dans cette ambiance qu'elle arrive à créer une mythologie crédible et originale dans cette ambiance nostalgique.

Saison 1 : Disparition, monstre, télépathie et compagnie

Réalisation ambitieuse à la Netflix

La série est presque dans le même style que les films de l'époque. On a une ambiance de films d'aventure dans une ville paisible et sans histoire mais où il se passe des choses étranges. Quasiment tous les codes des films comme Stand By Me ou E.T y sont présents. Visuellement, on peut prendre la série comme un long film de 80 h. Bien sûr cette réflexion peut s'appliquer à n'importe quelle série possédant des épisodes qui se suivent mais là où dans une série en générale, on a une ambiance constante et équilibrée tout le long. Il y a même certains épisodes avec une mise en scène vraiment audacieuse pour une série (surtout pour une série Netflix). Cela dit, il faut attendre 3 épisodes pour que la série décolle. En effet, les 2 épisodes qui constituaient essentiellement de la mise en place est particulièrement classique et passe partout. Mais après la série se réveille pour en faire une série vraiment marquante à tous les niveaux. Elle réussit à mixer les genres du fantastiques, de la science fiction, d'une saga pour ado (c'est même mieux que certains films qui visent les adolescents de nos jours). Là où la série est vraiment bien est la gestion des trames scénaristiques parallèlement à la trame générale qui est bien gérée. La réalisation est vraiment bien faite et accrocheur à mesure où l'action se précise.. On a donc une série très immersive dès le 3e épisode, après 2 épisodes plutôt moyen. Quant aux personnages, ils sont certes assez nombreux mais quand même bien.

3 trames, 3 visions du problème

D'abord les héros sont le groupe de gamin, la mère de Will Byers et les adolescents.

Le groupe est constitue de Mike Wheeler (Finn Wolfhard qu'on a vu dans la nouvelle version de Ça ) qui est la tête dirigeante du groupe et le plus idéaliste, Lucas Sinclair (Caleb McLaughlin) qui est le plus terre à terre et rationnel que le reste du groupe et Dustin Henderson (Gaten Matarazzo) est le plus équilibré des 2 sans tomber dans le rôle d'intello du groupe ou de comic relief (même si le personnage zozote). Ils sont à la fois différents et semblables et forment un groupe unique un peu dans le même style du groupe des ratés de Ça. Ce sont aussi des geek fan de RPG d'héroic-fantasy. Leur but est de retrouvé leur ami Will et trouveront sur leur route la mystérieuse Onze qu'ils appellent Elfe alias Jane Ives (Millie Bobby Brown), une mystérieuse fille au pouvoir télékinésique. Clairement, c'est elle le centre de la saison 1 et qui évolue le plus. Échappée d'un centre de recherche qui exploite ses dons, elle va trouver refuge dans le groupe et essayer d'utiliser ses capacités afin de retrouver Will, malgré la peur que cela lui suscite.

L'autre groupe est représenté par la mère et le frère de Will. Joyce (l'injustement oublié Winona Ryder) est la mère typique qui s'accroche à l'infime espoir de son fils, même face à l'invraisemblable et le rejet de son entourage. Son fils Jonathan (Charlie Heaton) joue le garçon taciturne et traumatisé qui a du mal à faire son deuil mais dont les événements vont le pousser à prendre part à l'enquête, notamment avec le groupe de jeunes (on y reviendra). On peut aussi parler de Jim Hopper (David Harbour) qui est le flic shérif tout ce qu'il y a de plus classique, mais qui a une bonne évolution.

Le 3e est le groupe d'ado. En plus de Jonathan on a la sœur de Mike, Nancy (Natalia Dyer) qui est la sœur adolescente typique avec ses problèmes d'intégration et de premiers émois amoureux. Mais qui peu à peu va avoir des doutes sur ceux qu'elle considère comme ses amis et se rapprocher de Jonathan. Cependant, son petit ami Steve (Joe Keery) va lui aussi changer malgré le faite qu'il est l'archétype du beau gosse cool du lycée mais qui s'attachera sincèrement à Nancy et tentera de comprendre ce qui l'a lie à Jonathan.

Les autres personnages sont assez secondaires et limités mais ont chacun leur importance. Comme l'instituteur, les parents de Mike et Nancy et évidemment les méchants officiels. Ce qui est intéressant est qu'on a des archétypes connus mais que la série les poussent dans ce qui est bien chez ses archétypes ou les déconstruits pour en tirer de nouvelles bases.

Meilleur hommage des 80's depuis Super 8

Cette série est dans la pure veine des films fantastiques ou des sciences fictions pour enfants des années 80. Si aujourd'hui on a en tête le remake de Ça qui lui jouait plus dans la nostalgie de ce genre de films dans les années 90, le dernier film qui avait poussé cette logique aussi loin était Super 8 de J.J Abrams (je n'en connais pas d'autre donc si je me trompe la section commentaire est là pour ça). Cette saison chapitrée étale en 8 épisodes une trame bien écrite et concrète et malgré un début un peu classique pour de la mise en place, la série décolle vraiment jusqu'à devenir très intéressante. Il y a cependant, pas mal de choses à en redire au niveau de son final (le revirement de Jim n'était à mon sens pas vraiment bien avec le recul), il est spectaculaire et fait que la série aurait très bien pu s'arrêter là.

Monstre détruit , Onze dont on sent qu'elle a survécu, le secret du gouvernement dévoilé, Will de retour mais marqué par les événements, Nancy et Steve vraiment en couple avec un triangle amoureux qui sera plus intéressant à l'avenir etc...

Cela dit, la fin ouverte est plus que satisfaisante et donne vraiment une bonne porte pour une suite.

La Saison 1 de l'étrange

Dans sa saison 1, Stranger Things est une série plus qu'intéressante qui est un vibrant hommage de ce qui se faisait de mieux dans les années 80 tout en donnant un coté moderne. Hâte de découvrir la saison 2 et d'essayer la série The OA qui a acquis la réputation d'être un Stranger Things like

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 219 fois
4 apprécient · 1 n'apprécie pas

Neo Cosmic M a ajouté cette série à 9 listes Stranger Things

Autres actions de Neo Cosmic M Stranger Things