Plaisir coupable, mais plaisir avant tout !

Avis sur Suits : Avocats sur mesure

Avatar JeanneLaska
Critique publiée par le

Il y a des tas de détails que je pourrais critiquer dans cette série, qui est loin d’être la plus originale du siècle, et pourtant elle me séduit. La dernière fois que j’ai ressenti cette euphorie de fangirl, c’était pour Torchwood. Suits, donc. Un jeu de mots entre “procès” et “costumes”, très certainement, vu qu’on se situe dans le domaine du droit des entreprises, de clients pas toujours scrupuleux et des gros sous. Le genre de domaine où il faut être habillé clâsse, et où on te paye assez bien pour ça, du reste.

Notre petit génie, Mike Ross (Patrick J. Adams), je vous explique, a grillé son avenir universitaire en aidant quelqu’un à tricher. Depuis, il triche pour de l’argent, tandis que son meilleur pote deale, ce qui rapporte quand même plus. Dans un autre monde, Harvey Specter (Gabriel Macht), un avocat aussi brillant que cynique, vient d’être promu au rang de senior partner. Sa chef exige qu’il se trouve un associé parmi les jeunes gradués de Harvard… Ces deux-là se rencontrent par hasard et saisissent leur chance, même si cela signifie mentir sur les véritables qualifications de Ross : après tout, il a bien passé le barreau, à défaut d’avoir un diplôme à son nom.

Il y a plusieurs autres personnages qui gravitent autour d’eux, mais ce duo tout en contrastes est évidemment au centre de la série. Et bien sûr, les contrastes en question sont quelque peu stéréotypés : d’un côté, Mike est intellectuellement très doué, mais il n’a ni l’expérience, ni parfois la dureté nécessaire à la réussite dans ce milieu. De l’autre, Harvey est très bon et reconnu, mais il suit toujours son intérêt avant celui de la justice, ou même du client. Mike sera-t-il capable de trouver sa place dans cet univers de requins ? Et Harvey est-il vraiment aussi impitoyable et sans cœur qu’il veut lui-même le faire croire ?

Dès les premières minutes du show, j’ai vu que cela allait être cliché. Specter joue au poker et bat son adversaire avec une paire d’as ; au même moment, sa boss le texte en urgence pour qu’il règle une situation avec un client. Tout est smooth, calculé, comme ça n’arrive jamais dans la vraie vie. Parmi les autres faiblesses du script, l’épisode pilote, malgré un retournement inattendu, joue la carte du bluff plutôt que de la logique. Comme si la fin surprise n’impliquait pas sa propre dose de questions sans réponse… Ensuite, il y a des répliques qui reviennent dans la bouche de personnages différents, qui sonnent comme des tics d’auteur.

Mais… j’aime ça pareil ! C’est mignon, drôle à l’occasion, enlevé, avec des dossiers toujours plus compliqués qu’ils n’en ont d’abord l’air (à la cop show, mais appliqué au monde du droit).

Il y a aussi une petite réflexion en fond sur la façon dont fonctionne le monde : Mike Ross représente l’angle moral, qui à défaut de toujours triompher, se présente comme une motivation et une force non négligeable, tandis que Harvey Specter défend une vision basée sur l’intérêt. En d’autres termes, chacun étant motivé par son propre intérêt, il s’agit de trouver un moyen de les tenir par là pour les pousser, voire les forcer à agir de la façon voulue. C’est à la fois un peu grossier (ça reste juste un show télé) et ni faux, ni inintéressant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 496 fois
Aucun vote pour le moment

JeanneLaska a ajouté cette série à 1 liste Suits : Avocats sur mesure

Autres actions de JeanneLaska Suits : Avocats sur mesure