👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

De la main de Shinichirō Watanabe (Cowboy Bebop, Samurai Champloo,...), il aurait été étonnant que son nouvel anime ne soit pas brillamment exécuté. Et, effectivement, Terror In Resonance regorge de potentiel. Construisant, de prime abord, une atmosphère mature et mélancolique saisissante, Watanabe profite du format très court de la série (seulement onze épisodes) pour éviter les longueurs et aller à l'essentiel avec rythme. La contrepartie étant, toutefois, que certains éléments abordés semblent sous-développés. Par ailleurs, l'intrigue dérive quelque peu de son réalisme glaçant des premiers épisodes pour se conclure en une dramaturgie fataliste touchante. Ainsi, les deux adolescents terroristes du départ n'apparaissent être que des pions d'un échiquier plus vaste, entre complots géopolitiques, sectes transgressives et vindictes personnelles, sur fond d'énigmes mythologiques et d'introspection. A priori, rien de très novateur parmi tous ces thèmes, si ce n'est la manière dont Watanabe parvient à les imbriquer et les mettre en scène.

Chaque épisode est beau, poétique, porté par un montage exemplaire véhiculant de nombreuses idées et explications, sans forcément sortir un mot. Il en va aussi de l'ambiance sonore intimiste - signée Yoko Kanno - absolument splendide et prenante, renvoyant aux meilleurs moments d'Ergo Proxy. Enfin, sans être particulièrement remarquable, l'animation n'en demeure pas moins superbe, et surtout extrêmement peaufinée, que ce soit dans les détails urbains qui nous immergent instantanément dans un Tokyo plongé dans le chaos, ou bien la richesse des jeux de lumière et de quelques effets numériques qui confèrent à Terror In Resonance cette atmosphère presque onirique. Le chara design s'avère plus classique, mais donne suffisamment d'identité aux personnages pour qu'on prenne plaisir à les suivre - quand bien même ils ne sont pas tous dûment approfondis. Au final, Terror In Resonance tire assurément partie de cette ambiance adulte et stylisée pour gérer au mieux sa charge émotionnelle, et ainsi accoucher de réels instants de grâce.
AntoineRA
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 7 ans

2 j'aime

Terror in Resonance
Skidda
7

Critique de Terror in Resonance par Skidda

Ahhh le solide Shinichiro Watanabe comme directeur, l’éclectique Yoko Kanno à la musique, le prometteur studio MAPPA à l’animation. Avec une équipe aussi magnifique, cet anime ne peut qu’être...

Lire la critique

il y a 7 ans

34 j'aime

Terror in Resonance
Petitbarbu
4

Watanabe Baboune ?

Dernier animé en date d'un maître en la matière, Terror in Resonance résonne faux. Car après un premier épisode prometteur qui pique la curiosité de l'amateur en la matière, Watanabe jette aux orties...

Lire la critique

il y a 6 ans

27 j'aime

6

Terror in Resonance
Gand-Alf
5

Numbers.

En parallèle à sa série "Space Dandy" pour le studio Bones, Shinichirô Watanabe réalise "Terror in resonance" pour le studio MAPPA, avec la complicité de Kazuto Nakazawa au chara design et de Yoko...

Lire la critique

il y a 7 ans

24 j'aime

7

Caldera
AntoineRA
9
Caldera

Critique de Caldera par AntoineRA

Il y a des jours, comme ça, où on tombe sur des courts-métrages d'orfèvres. C'est le cas de Caldera, découvert via une news sur le site Allociné. Réalisée par Evan Viera, l’œuvre a déjà récolté...

Lire la critique

il y a 9 ans

14 j'aime

2

Wanderers
AntoineRA
9
Wanderers

Critique de Wanderers par AntoineRA

Derrière ce court-métrage, dépassant tout juste les trois minutes, se cache un véritable bijou d'émerveillement cosmique. Wanderers est une ode à l’exploration spatiale et sa colonisation, que ce...

Lire la critique

il y a 7 ans

13 j'aime

Minutes to Midnight
AntoineRA
7

Critique de Minutes to Midnight par AntoineRA

C’est étrange comment on peut en venir à renier, voire haïr un groupe pour, la majorité du temps, se faire bien voir parmi la communauté Metal. C’est le cas de LINKIN PARK. Le nom vous donne des...

Lire la critique

il y a 9 ans

13 j'aime