Quand la sexualité féminine s'émancipe de l'écriture misogyne

Avis sur The Bold Type

Avatar ManonLtdr
Critique publiée par le

Parlons peu, parlons orgasme.
Depuis combien de temps la sexualité de la femme est-elle abordée sur le petit écran ?
Depuis quasiment 20 ans, car il faudra attendre 1998 pour que Sex and the City parle pour la première fois de sexualité mais surtout de plaisir féminin. Quel rapport avec The Bold Type me direz-vous ? Peut-être tout simplement parce que la série créée par Sarah Watson se vante d'en être une young version plus accessible aux jeunes femmes. Pourtant sa ressemblance avec le franc-parler de SATC n'atténue en rien son originalité. Effectivement, The Bold Type est une série rafraîchissante, remplie de bonne volonté qui permet enfin de briser les tabous de la sexualité féminine chez les millénials. Dans une société soumise au dictat des réseaux sociaux et d'une société patriarchale, Jane, Kat et Sutton travaillent chez Scarlett, un magazine féminin. Sans rappeler leur aînés d'Une accro au shopping ou du Diable s'habille en Prada, ce trio rayonne par ses défauts assumés et le non tabou qui règne entre elles. Avez-vous beaucoup de copines qui iraient chercher un oeuf de Yoni entre vos jambes ?

Aujourd'hui certaines séries (certes le sujet devient moins tabou mais ne généralisons pas) abordent des personnages féminins leader. American Horror Story a fait de Jessica Lange une icône dans le style femme libre et indépendante. Orange is the new black affiche un personnage transgenre et des femmes fortes en quête de justice. Unreal dépeint le quotidien de deux productrices qui savent ce qu'elles veulent, aussi bien professionnellement que sexuellement. Tandis que You're the worst propose une vision de la femme à l'égal de l'homme aussi bien dans ses défauts que dans ses déviances.
Pourtant peu, sont-elles encore à parler d'homosexualité, d'intersexualité ou même de bisexualité. Certaines, en faisant exception au diktat de la représentation du sexe par un prisme masculin, ont permis d'ouvrir la voie à d'autres types de programmes télévisuels plus représentatifs des amours possibles. The L World a ainsi permis aux mentalités d'évoluer en présentant différentes protagonistes lesbiennes. Grey's Anatomy a, dans la même lignée montrée, des femmes médecins compétentes de toutes origines prenant en main leur vie aussi bien professionnelle, qu'amoureuse et sexuelle. Tandis que plus récemment Sense 8 décomplexait le grand public des relations passionnelles sexuelles entre un, deux ou trois hommes, femmes et/ou trans pour faire naitre la notion de pansexualité.
L'image de Bree Van de Kamp faisant du jardinage et des gâteaux est bien loin, vive la femme, son corps et son plaisir. Dans la représentation du sexe, et des relations sexuelles qui ne sont pas forcément des relations amoureuses, Lena Duhnam a permis d'apporter une vision plus réaliste de l'exploration sexuelle d'un groupe de jeunes femmes dans sa série Girls. Tous ces exemples sont seulement énoncés pour montrer un effet de causalité. Si toutes ces séries n'avaient pas, à un moment donné, montré la femme comme une personne raisonnée et non pas seulement émotive, peut-être que The Bold Type ne serait qu'une énième version de Gossip Girl.

Pourtant The Bold Type parle d'orgasme féminin, de cancer du sein, de bisexualité, de femme moderne ET carriériste, ainsi que d'émancipation monétaire. Tandis qu'une des protagonistes couche, et prend son pied pour la première fois, avec le rédacteur d'une rubrique consacré au sexe, une autre s'interroge quant à un potentiel "trouble identitaire sexuel". Dans cette rédaction régie par et pour des femmes, un seul homme trouve sa place : Ironie ? Peut-être, ou peut-être simplement un clin d'oeil à la sous-représentation des femmes dans les programmes à grandes audiences où le personnage principal est souvent un homme entouré d'hommes avec quelques personnages féminins, plus là pour remplir des quotas.

La prévisibilité du fil rouge de la série ne gâche en rien le malin plaisir qu'on prend à voir la série détruire tous les clichés homophobes, islamophobes et sexiste présents dans notre société. The Bold Type réussit à manier large diffusion (Freeform est une chaîne du câble américain), et destruction des tabous quant à la sexualité de la femme. Remercions Sarah Watson et ses homologues féminins ; Shonda Rhimes, Marti Noxon, Jenji Kohan, Lena Duhnam, Lila Wachowski qui permettent une vision plus juste et moins édulcorée de la femme dans les médias et l'art.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 747 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de ManonLtdr The Bold Type