La magie du football

Avis sur The English Game

Avatar Drenoul
Critique publiée par le

Je ne suis pas un fan de production Netflix, et je dois même dire que j'essaie de ne pas trop toucher de leurs séries qui se présentent sous un jour quelque peu historique. C'est souvent (pas que Netflix d'ailleurs) assez brouillon, assez trompeur pour le grand public, et ça privilégie souvent un angle de vue simpliste qui expliquerait tout.

Ici, ce n'est pas entièrement le cas. The English Game pose bien le conflit existant entre un jeu codifié par les élites et le jeu pratiqué par le peuple. On peut y apprécier le rapport bien traité entre industrialisation, football, grèves et monde ouvrier (et, je l'avoue, je m'attendais à moins de la part de Netflix sur ce sujet).

Il est cependant amusant de voir les deux personnages principaux sur le sujet de la réaction ouvrière: opposés à la violence et prônant le dialogue, essayant d'éviter les émeutes. Un bel anachronisme où on vient saupoudrer une époque passée d'idéologie actuelle: la violence des émeutes ouvrières et les grèves sont bien les seuls instruments ayant permis au mouvement ouvrier d'en obtenir plus (à l'époque, bien sûr). Comprenez pourquoi je me méfie des grosses productions sur les thèmes historiques...

Ces deux personnages principaux, l'un ouvrier, et l'autre faisant partie de l'élite, sont également caricaturaux: Suter, le joueur ouvrier, est quasi parfait, tandis que Kinnaird, le joueur élite, passe inexplicablement d'un gros con épris de lui-même a un gentleman défenseurs des opprimés. La progression du personnage n'est pas critiquable, c'est le fait qu'il progresse dans tous les domaines: en faisant preuve d'esprit sportif, avec sa femme, dans son rapport avec les autres, dans son rapport avec les moins favorisés, etc..

Enfin, et c'est mon problème central: on y parle finalement pas tant de foot que ça. Les images de matchs sont assez peu fréquentes en rapport avec les autres intrigues (familiales, amoureuses, ...). Bien sûr, on ne peut pas parler que de foot et il est normal d'introduire de l'humain là-dedans. J'aurai simplement aimé qu'on parle plus de l'origine du football (évoquée brièvement dans un épisode par le président de la FA): des défis entre villages où on est à 100 contre 100 avec une balle qu'il faut amener à un endroit, un truc qui date du Moyen-Âge !

Heureusement, la série se rachète par plein d'autres points: le traitement du monde ouvrier et de place du football dans son quotidien, la discussion des règles et des salaires des joueurs faisant écho au Fair Play Financier qu'on connaît aujourd'hui, les costumes, et bien sûr, le thème.

J'ai plus d'aise à décrire ce qui m'embête que ce qui me plait dans une oeuvre (on voit ça au nombre de caractères attribués aux points négatifs/positifs). Cependant, j'ai regardé ces 6 épisodes avec plaisir et même si j'y ai vu des défauts, ceux-ci ne sont à mon sens pas rédhibitoires.

Pour conclure, la série m'a fait réfléchir sur un point particulier. Si la série montre l'exemple d'un sens initialement social (élites VS monde ouvrier) qui porte un message fort, implicitement elle nous questionne sur le sens du football aujourd'hui:
pourquoi sommes-nous si attachés à notre équipe ?, alors même qu'elle ne nous représente pas socialement, ni géographiquement (pour la plupart aujourd'hui).

C'est le mystère, et la magie, du football !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 470 fois
5 apprécient

Drenoul a ajouté cette série à 1 liste The English Game

Autres actions de Drenoul The English Game