La maman.

Avis sur The Handmaid's Tale : La Servante écarlate

Avatar M.H A.
Critique publiée par le

Le roman est certainement meilleur que la série, je peux pas croire. Les personnages sont aussi crédibles et complexes que dans une comédie des années 90. Le flic de Beverly Hills est probablement plus féministe que cette série prétentieuse et superficielle. Le rythme est d'une lenteur quasi insoutenable. J'ai essayé de m'y plonger avec la meilleure des intentions, mais je ne comprenais pas ce que je j'étais supposée ressentir avec tous ces gros plans et cette musique dramatique incessante.

Je pourrais résumer le synopsis des trois épisodes que j'ai écoutés ainsi: Une maman veut retrouver son enfant. Des mamans se font violer et pleurent quand "leur" enfant est donné en adoption.(L'enfant du viol planifié dans un monde injuste-futuriste)

Est-ce supposé être révoltant, sachant qu'aujourd'hui des millions de femmes se font violer, tuer et mépriser quotidiennement partout? Peut-on réellement trouvé cela plus sidérant que la souffrance actuelle de millions de femmes dans le monde?
Non.
Ce livre a été écrit dans les années 80 et je peux comprendre que c'était très cool qu'une femme écrive de la science fiction féministe mais aujourd'hui, avec cette mise en scène pompeuse et les personnages simplets, cette série fait juste pas de sens.
C'est limite révoltant de voir ainsi un grand média-producteur-diffuseur de médiocrité en stock profiter de la vague féministe actuelle pour se faire de l'argent et du capital de sympathie sur le dos des femmes qui ont non seulement souffert à l'époque, mais qui souffrent encore aujourd'hui. Le problème persiste toujours et encore, même en Amérique et en occident et cette série en est la preuve. La femme n'est pas considérée comme une personne en soi. C'est à dire une personne qui peut être n'importe quoi.
Pas nécessairement putain, pas nécessairement maman.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 319 fois
4 apprécient · 4 n'apprécient pas

Autres actions de M.H A. The Handmaid's Tale : La Servante écarlate