Les restes de l'humanité

Avis sur The Leftovers

Avatar Moonrise
Critique publiée par le

Dans les premières minutes de the Leftovers, 2% de la population disparaît, un peu partout dans le monde. Ce n'est pas seulement qu'on ne sait pas où ils sont ; ils se sont évaporés dans la nature d'une seconde à l'autre.

Cet événement va changer la face du monde de façon subtile. On n'a pas affaire à un cataclysme, mais à quelque chose de suffisamment gros pour émouvoir toute la planète, et d'assez irrationnel pour remettre en cause toutes les certitudes de l'homme occidental du XXIème siècle.
Ainsi les personnages de cette série n'ont pas tous vu un proche disparaître, pourtant ils semblent tous affectés d'une manière ou d'une autre. On parle à la fois d'affronter la disparition d'êtres parfois chers, et de la façon de gérer un vide qui s'étend bien au-delà. A travers le destin des personnages, la série montre comment les êtres humains y font face, que ce soit en tentant de le combattre ou en s'y abandonnant totalement. Tout comme dans Lost, de Damon Lindelof, nombre de mystères sont égrainés, mais ceux-ci ne semblent pas nécessairement être appelés à être résolus. Ils semblent avant tout là pour épaissir l'ambiance trouble et irrationnelle dans lequel baigne ce monde gagné par l'incertitude.

La foi religieuse, très présente comme on peut s'y attendre dans une série américaine avec un tel thème, semble elle-même prendre une dimension nihiliste, en particulier à travers la secte des Guilty Remnants, êtres habillés de blanc ayant renoncé à la parole, fumant sans cesse, qui ne semblent avoir pour but que de faire comprendre au reste de l'humanité que tout espoir est vain et que cet "Enlèvement" a privé toute chose de son sens. En parallèle, la foi intègre et sans concession du révérend Matt Mathison, joué par un Christopher Eccleston habité, semble presque hors-sujet dans la torpeur aride dans laquelle est plongée la planète.

Se déroulant trois ans après le désastre, la série montre le quotidien de cette humanité malade. La première saison dresse le portrait d'une ville qui doit gérer la disparition de ses habitants, à travers plusieurs personnages, dont deux (le révérend évoqué ci-dessus et sa sœur, dont la famille entière a disparu lors de l'"Enlèvement") ont droit à un épisode qui leur est dédié. Pour l'essentiel, on suit la famille du Shérif Kevin Gartner, qui n'a pas connu de disparitions, mais dont l'évolution témoigne du chaos ambiant.

Dans The Leftovers, il s'agit davantage de goûter à l'atmosphère douce-amère et lancinante dans laquelle est plongé ce monde, sublimée par la BO de Max Richter, d'en explorer les fissures et les craquèlements, que de relater une intrigue bien ficelée, qui pourrait ici se résumer par un enfoncement dans un chaos qui semble de plus en plus profond et inéluctable. Par conséquent le tout peut paraître lent et sinistre, mais cela n'est que le reflet du désarroi de ceux qui restent.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 705 fois
10 apprécient

Moonrise a ajouté cette série à 1 liste The Leftovers

  • Séries
    Cover Top 10 Séries

    Top 10 Séries

    Avec : Six pieds sous terre, The Leftovers, Breaking Bad, South Park,

Autres actions de Moonrise The Leftovers