La dualité de l'Homme, la réalité des hommes

Avis sur The Leftovers

Avatar Angel
Critique publiée par le

Véritable coup de coeur, The Leftovers est pourtant l'une de ces séries que l'on ne veut pas comprendre, que l'on ne peut pas comprendre au bout de deux épisodes. Mais on est happés par l'intrigue, un brin surnaturelle, avec cette disparition aussi soudaine qu'inexpliquée de 2% de la population mondiale. Cependant, personne n'est là pour y répondre, la vérité est ailleurs comme on l'eût dit il fut un temps et c'est ce postulat de départ qui permet au téléspectateur d'être témoin et analyste de ces fils d'Ariane pas si décousus et que l'on suit jusqu'au bout.

Alambiqué comme les aime Damon Lindelof (Lost), le scénario de The Leftovers se veut être une invitation à la compréhension des sentiments, aux doutes des hommes face à l'inacceptable, à la violence inouïe que peut provoquer une peine qu'on fera resurgir de façon décuplée.
Tel personnage est-il bon ou mauvais ? Aurait-on fait la même chose ? Pourquoi ? On se pose énormément de questions, mais de ces instants-là grandit petit à petit l'addiction et malgré le manque de réponses, aucune réelle frustration ne se fait (pour le moment) sentir. D'autres séries se seraient prises les pieds dans le tapis, The Leftovers évite de tomber et nous avec.

Avec cette série, j'ai retrouvé un plaisir perdu depuis Lost - exception faite de Game of Thrones - celui d'être impatient d'avoir ma dose hebdomadaire, celle qui va me perdre dans mes théories, mes réflexions introspectives, mes envies.

Comble du bonheur, la série est servie par un casting de premier choix avec Justin Theroux qui est une véritable révélation pour moi. En flic complètement pommé dans ses vies, il insuffle un charisme omniprésent. Le reste du cast régulier force lui aussi le satisfecit, notamment les Guilty Remnant, forcés au silence mais à l'expressivité dantesque, même si on peut parfois trouver Liv Tyler un peu en deçà des autres.

Autre grosse force de The Leftovers : sa qualité artistique visuelle et musicale. Le dernier épisode de la première saison en est un bon condensé (l'ouverture et la parfaite synchronisation sur "Ne me quitte pas" ou bien encore le passage avec une cover musicale de "Nothing Else Matters"), mais on savoure, on savoure et on resavoure. Clap clap. Les thèmes musicaux de Max Richter ("Vladimir's Blues" ou encore "The twins") resteront gravés longtemps dans la mémoire des téléspectateurs et accompagnent idéalement le montage réalisé.

S'il faudra évidemment se forger un avis définitif une fois la boucle bouclée, on voit difficilement comment il aurait été possible de faire mieux avec cette première saison et on ne peut que se ravir de savoir que HBO a commandé une seconde. D'ici là, nous pourrons nous aussi vivre des flashbacks et tenter de comprendre (ou pas, en fait) la nature de l'homme. Vaste programme, n'est-ce pas ?

MISE À JOUR POST-SAISON 2

Après un premier acte de haute volée, The Leftovers est revenu sur scène avec un second (et dernier ?) qui élève tous les éloges, toutes les satisfactions de la saison initiale. D'abord pris au dépourvu, se posant énormément de questions, le spectateur se trouve ensuite embarqué dans un torrent de perfection. Oui, le mot est balancé. Que ce soit au niveau des interprétations avec Justin Theroux ahurissant, ébouriffant, bref incroyable, ou encore Regina King du même acabit, que ce soit au niveau du scénario (cette fois-ci original et ne s'appuyant pas sur le livre) qui délivre des réponses tout en assumant en laisser de nouvelles sur la route, on touche à l'irrationnel idéal. Que ce soit la réalisation, les plans serrés, la direction artistique, on reste béat par tant de maîtrise, que ce soit le choix des musiques avec du Max Richter évidemment mais aussi la reprise de "Where's my mind" des Pixies, vous ne trouverez mieux nulle part ailleurs.

The Leftovers est ce qui se fait de mieux depuis LOST et bien que cet avis soit évidemment totalement subjectif, j'aurais presque envie de vous ordonner de vous laisser tenter si ce n'est pas déjà fait. Quitte à vous l'écrire, une cigarette à la bouche.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 825 fois
4 apprécient · 1 n'apprécie pas

Angel a ajouté cette série à 3 listes The Leftovers

Autres actions de Angel The Leftovers