Le Guide du voyageur galactique

Avis sur The Mandalorian

Avatar Vivienn
Critique publiée par le

Au milieu d’une troisième trilogie en mal de reconnaissance, The Mandalorian portait sur ses épaules une double-responsabilité : celle, économique, de lancer sur de bons rails le nouveau service de SVOD Disney+, censé faire jeu égal avec Netflix en proposant des contenus originaux issus des franchises désormais estampillées Disney – et puis celle, symbolique, de redorer le blason Star Wars, malmené depuis son rachat par la firme aux grandes oreilles. Aux commandes, Jon Favreau, qui, et c’est assez rare à la télévision comme pour la saga Star Wars pour le noter, a fait confiance à ses réalisateurs – on dit, en coulisses, qu’ils ont eu de grandes libertés. Une prise de risques ? Dans la pratique, cela semble pourtant étrangement logique : loin du produit attendu, The Mandalorian s’est choisi un bien drôle de format à l’heure où l’épisodique, le formula show, est de plus en plus boudé par le public – des épisodes de trente minutes en moyenne, une narration en tâtons qui ne s’empêche pas de raconter de très courtes aventures chaque semaine avec des personnages et des enjeux que l’on ne reverra jamais par la suite. Ce n’est peut-être pas Xena la guerrière, mais le courage – ou la sénilité – de The Mandalorian intrigue. Et divise.

Forcement : si, dans le format feuilleton, il y a comme une garantie scénaristique, l’épisodique est beaucoup plus instable. The Mandalorian se mange un certain nombre de casseroles le long de ses huit épisodes – on pourrait d’ailleurs défendre que certains sont, n’ayons pas peur des mots, ratés. C’est, d’une part effectivement, la faute à des péripéties guère passionnantes – et d’autre part, la conséquence d’une tentative : celle de varier les styles, les influences, les tons, les genres. De Kurosawa au western spaghetti, en passant par le film de braquage et celui de guerre, on retrouve là des noms qui furent les inspirations, en son temps, de George Lucas à l’époque d’Un Nouvel Espoir. Ce n’est donc pas tant une nouveauté qu’un vent de fraicheur : dans ce méli-mélo qui navigue entre comique et drame, aventure et scènes d’action, on retrouve l’esprit pulp de la trilogie originale, pour la première fois depuis 1983. Un sens de l’humour, un amour de l’effet pratique, une approche du genre façon chanbara et une légèreté globale de ton qui donne aux scènes les plus dures une force décuplée : peut-être est-ce là la patte de Jon Favreau, mais dans tous les cas l’équipe derrière The Mandalorian a mieux compris George Lucas que George Lucas lui-même avec sa prélogie ; ne parlons même pas des derniers films.
Tout n’est pas millimétré et, ici et là, des fautes de goût se glissent entre deux plans, qu’il s’agisse de révéler (malheureusement) un visage dont on n’avait pas besoin, de raconter via des flashbacks un passé qui enraye un mythe, ou juste de se noyer sous une avalanche de guest-stars dont on avait aucune envie de voir venir troubler la fête. Pourtant ce qui pose problème aux détracteurs de The Mandalorian ce ne sont pas ces quelques faux pas de fin de parcours (les premiers épisodes sont assez irréprochables), mais des points qu’il convient de mesurer : un soi-disant merchandising éhonté pour peluches (alors que le personnage concerné n’a qu’une présence toute relative à l’écran), un format pas assez moderne (depuis quand c’est un problème ?) ou des enjeux flous (la finalité, au fond, serait plutôt de raconter des courtes aventures dans l’univers de Star Wars).

The Mandalorian s’apprécie comme une bonne surprise : ses bandes-annonces nous avaient vendu une série violente, noire, façon nouvelle trilogie en plus sanglante. Il n’en est rien. Pulp et légère, le premier blockbuster Disney+ n’en a pas du tout la carrure : il navigue avec légèreté dans un univers bien connu qu’on redécouvre complètement, grâce à des prises de risque de ton qui renouent avec un esprit bien différent des gros budgets actuels. Les dollars sont bien visibles, dans la qualité irréprochable des effets visuels, mais The Mandalorian ne se pavane jamais, préférant une forme de modestie narrative et esthétique qui n’est sans rappeler celle, avant les budgets de la prélogie, d’un George Lucas. Avec, en ligne de conduite, le bushido (Les Sept Samourais et Yojimbo particulièrement) et le code du pistolero (Leone, évidemment). Prendre à contre-courant les attentes était un véritable coup de poker – à moitié réussi car Disney s’est ainsi aliéné une partie de son public qui s’attendait à un Game of Thrones spatial dont on avait, au fond, pas envie. Cette même retenue qui, par moments, affaiblit The Mandalorian, dont on peine à retenir de véritables moments forts. Mais à l’heure où Netflix, Amazon et Hulu se concurrencent à grands coups de séries plus spectaculaires les unes que les autres, Disney se démarque par un grand geste d’humilité : pour impressionner, nul besoin de choquer. Il faut parfois juste savoir rire, et attendrir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1009 fois
16 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Vivienn The Mandalorian