Avis sur

The Night Of par Melvin Zed

Avatar Melvin Zed
Critique publiée par le

J'ai adoré les deux premiers épisodes. Vraiment. Le reste m'a plu, mais je n'ai jamais retrouvé la force que dégageaient ces deux premiers épisodes.
Peut être parce que j'ai trouvé absolument parfaite la description du personnage et de son environnement. Parce que j'ai cru totalement à cette rencontre et à cette soirée, à la montée d'excitation cavalant de concert avec la montée des drogues, à l'étourdissement et à cette descente, interminable, absolument tétanisante, incarnation totale de l'horreur absolue. La fuite, puis ce sentiment d'être traqué, puis piégé, sont littéralement cauchemardesques. En parallèle de ce bad trip virtuose, la mise en place progressive de toute la geste policière passionne, et l'étau mis en place autour de Nazir est aussi fascinant dans son réalisme, ses attitudes, qu'il est angoissant par son aspect irrémédiable.
Le problème, c'est à partir du moment où arrivent John Turturro et Michael K Williams (Omar de The Wire), on quitte l'ultra réalisme de la mise en place pour trouver à la place une série sympa, bien foutue, pas trop mal fichue, peut-être parfois un peu mal branlée. Probablement parce que d'un coup on a deux vedettes qui bouffent l'écran, mais surtout parce que d'un côté on s'installe dans une sorte de Oz-like et de l'autre dans une série aux péripéties tout à fait classiques. Mais malgré ces réserves, The Night of reste une série de bout en bout tout à fait fascinante : on débute avec un Nazir que tout accuse mais que le spectateur sait être innocent... à un Nazir dont l'évidente culpabilité est de plus en plus remise en question par les autres personnages alors que le spectateur va, lui, se mettre à douter.
L'arrivée des autres suspects et du "passé" ou de la "personnalité" de Nazir n'est pas toujours d'une grande subtilité. Quelques trucs arrivent comme des cheveux sur la soupe en tentant de secouer un peu un série qui s'enlise peut être un peu. Le perso du croque mort, l'avocate qui emballe le prisonnier, certaines facilités ou certains clichés sont pas toujours heureux, on a, par exemple, du mal à comprendre pourquoi l'Etat abandonne finalement les poursuites, même s'ils ont une autre "piste"...
En tous cas, c'était globalement très chouette, même si le confort relatif qui s'installe au bout d'un moment reste assez terne face au brio et à la radicalité de son pilote et de son second épisode.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 145 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Melvin Zed The Night Of