Lorsque l'émotion prend le pas sur la réflexion

Avis sur The OA

Avatar Twipz
Critique publiée par le

Un début de série sur les chapeaux de roues, des images qu'on dirait presque volées, une jeune femme en détresse.
Incomprise, comme souvent, démente? Folle? Traumatisée? Menteuse? On ne le sait pas trop. On ne sait pas vraiment d'où l'on vient ni où l'on part mais la série nous donne quand même cette envie d'y partir.
On est assis, dans cette pièce froide, à peine réchauffée par ce chauffage d'appoint. On ne connait pas réellement les autres personnes autour de nous, ce groupe hétérogène, presque hétéroclite. On s'assoit devant Prairie. Fermer les yeux pour mieux entendre? Cette série pourrait presque n'être que simplement écoutée. Donner moins de sens aux images, se fier à son instinct.

On suffoque, pris dans cette sombre pièce glacée, au sens propre comme figuré. On est attrapé, comme ces "lab rats". On ne sait pas ce qu'on fait là. On oublie le monde extérieur. On réfléchit, on réfléchit. Sortir, s'échapper, reprendre la vie là où on l'a laissée, charmé par les mots d'un homme dévoré. Mais la réflexion s'avère inutile et si futile.

Ressentir des émotions, des sentiments. Voilà ce qui nous rend si humain, si proche et si éloigné tel ces prisonniers. Leur réalité de captif rend leurs émotions, leurs sentiments captivants. The OA. Plusieurs sens derrière deux lettres dénudées. Tenter de répondre, oh non, pas une réponse scientifique et droite, mais une réponse qui retient notre imagination et nos peurs. Qu'est-ce qu'il y a après la mort? Mais questionne également notre singularité. Deux qui ne font qu'un. Cinq.

La série parvient à faire monter cette appréhension. Prairie aussi. On a besoin de nous? Pourquoi? Dangereux? Que sommes-nous? Nous, spectateur, sommes nous censé être les témoins et raconter cette histoire par la suite? Puis vient la fin. Cette fin, qui promet tout et rien mais qui conclut avec sobriété le propre de cette série.

Oui, si on ne l'a pas ressentie, si on l'a simplement regardée, comme une suite d'images tel un film de SF, alors on a clairement manqué le but. Tout n'est pas qu'une question de mort mais également de vie! Et ça, ça fait vite oublier les lourdeurs avec Brit qui vit son rôle.

Une poésie à entendre, à voir, à ressentir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 278 fois
0 apprécie · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Twipz The OA